Réflexion :

Est-ce anodin d’appliquer sur la peau un déodorant, un khôl ou de mettre du rouge à lèvres au quotidien ? L’enquête développée prouvera qu’il n’en est rien.

jeudi 3 janvier 2013

Effets indésirables des cosmétiques - bilan de l’Afssaps



Dans son bilan paru en 2010, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) indiquait que les effets indésirables de certains cosmétiques étaient évidents. Voici quelques extraits :

« Les principaux produits cosmétiques impliqués, par ordre décroissant, dans la survenue des effets indésirables de nature :

- allergique sont : les tatouages éphémères noirs, les teintures capillaires, les produits de soin pour le visage, les produits de soin pour le corps et les produits d’hygiène ;

- irritative sont : les produits de soins capillaires, les crèmes de soin pour le corps, les crèmes de soin pour le visage.

Parmi les 219 effets indésirables relevés, 57 % d’entre eux ont consisté en des réactions allergiques retardées, 19 % en des photoallergies retardées, 11 % en des réactions d’irritation cutanée, 5 % en des réactions allergiques immédiates et 1 % en une réaction phototoxique.

Les manifestations ne relevant pas de mécanisme allergique ou d’irritation cutanée ont été observées dans 7 % des cas (tonsures, gênes respiratoires, vergetures, acnés, tableau associant [diabète, hypertension artérielle...]).

Très peu de réactions [photo]allergiques ont été explorées par le biais de tests réalisés avec le détail du(des) produit (s) suspecté (s). Lorsque ces tests ont été réalisés, ils ont mis en évidence les principaux allergènes suivants : octocrylene, tosylamide formaldehyde resin, menthol, tromethamine, ....

Les explorations réalisées avec les batteries de [photo] patch-tests quant à elles, ont pu révéler des positivités avec des substances pour lesquelles une pertinence clinique a été clairement établie. Il s’agit detensio-actifs (cocamidopropylbetaïnamide MEA), de colorants capillaires (paraphenylenediamine, toluene 2,5 diamine, 4-aminophenol), de filtres solaires (octocrylene, benzophenone 3 [oxybenzone], benzophenone-4, 4-methylbenzylidene camphor), de conservateurs (methylisothiazolinone, methylchloroisothiazolinone et methylisothiazolinone [Kathon CG]), de parfums (hydroxy-methylpentyl- cyclohexene-carbaldehyde [lyral], fragrance mix I et II).... »

Depuis le 1er mai 2012, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a remplacé l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). L’ANSM serait caractérisée par une nouvelle gouvernance et une nouvelle organisation destinées à garantir la sécurité des patients et des consommateurs. Peut-être seront-ils plus efficaces ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.