Réflexion :

Est-ce anodin d’appliquer sur la peau un déodorant, un khôl ou de mettre du rouge à lèvres au quotidien ? L’enquête développée prouvera qu’il n’en est rien.

lundi 31 décembre 2012

Ingrédients cosmétiques de qualité moyenne ou mauvaise (classés par odre alphabétique)


— La liste n'est pas exhaustive —


ACETIC ACID :
L’acetic Acid est un acide organique.
Considéré comme susceptible d’être toxique et nocif pour les organes non reproductifs de l’homme. Il est aussi un irritant pour le système respiratoire humain.



ACID BLACK 1 :
Colorant pour cheveux.
Selon certaines sources, il devrait être interdit, car dangereux pour l’usage des cosmétiques ; d’autres sources prétendent le contraire.
En ce qui concerne la peau, l’irritation des yeux et la sensibilisation au produit :
Une expérience avec 10 % (p / v) d’acid Black 1 dans de l'eau du robinet a permis de démontrer que la substance était non irritante pour sur la peau d’un lapin. L’acid Black 1 à 5 % (p / v) de concentration n'était pas irritant pour l'œil. Dans une autre étude, l’acid Black 1 a été un sensibilisateur modéré de la peau.
Sur base d’une faible marge de sécurité pour l'utilisation comme agent de coloration des cheveux dans la formule de teintures non oxydatives, le CSSC (Scientific Committee on Consumer Safety) est d'avis que l'Acid Black 1 peut être utilisé dans des proportions strictement observées.
Acid Black 1 (CI 20470) figure dans la liste des colorants autorisés pour une utilisation dans les produits cosmétiques, le champ d'application: 4 - colorants admis uniquement dans les produits cosmétiques destinés à entrer en contact brièvement avec la peau.



ACRYLATES COPOLYMER :
Cette substance est considérée par l'industrie cosmétique traditionnelle comme sans danger, toutefois, elle peut être contaminée avec les substances suivantes : METHACRYLIC ACID, ACRYLIC ACID, 2-ETHYLHEXYL ACRYLATE.
Peu d'études ont été menées sur l’acrylates Copolymer.
Il ne doit pas être ingéré ou avalé. Des tests sur des animaux ont également montré qu'il était nocif quand il est en contact avec la peau et/ou les yeux. La FDA (Food and Drug Administration) permet de l’utiliser comme un additif alimentaire indirect. Toutefois, des organisations spécialisées dans les études sur les cosmétiques ont considéré cet ingrédient comme sûr (soins personnels). Cependant, il convient de noter que, même si aucune sensibilisation particulière lors de l'utilisation du copolymère d'acrylates n’a été observée, cet ingrédient a été reconnu comme causant des irritations chez certaines personnes.



ACRYLATES/C10-30 ALKYL ACRYLATE CROSSPOLYMER
Cet agent épaississant serait non toxique ; il améliore la sensation agréable de la lotion. Acrylates/C10-30 alkyl acrylate crosspolymer est un épaississant approprié pour une utilisation dans les formulations, qui exigent l'apparence supérieure, une clarté exceptionnelle, la fluidité (rhéofluidifiant) et la suspension ou la stabilisation des propriétés. Il offre des performances efficaces dans une large gamme de pH, avec une efficacité plus grande viscosité à pH 5,0.
Ceci, avec une large compatibilité avec généralement utilisés ingrédients cosmétiques, le polymère s’utilise dans des applications de soins capillaires et de la peau.



ADIPIC ACID :
Cette substance, aussi appelée E355, est classée comme irritante. Des études sur les animaux ont montré des effets sur le métabolisme, le système gastro-intestinal et le sang à doses modérées, des effets neurotoxiques à doses modérées.
Utilisé comme aérosol, il serait un irritant pour les yeux, le nez et la gorge ; sous forme solide, il serait un irritant pour la peau et les yeux.



ALGIN :
Acide alginique, sel de sodium ou alginate de sodium. Cette substance est aussi appelée E401. Des études sur cette substance ont montré des perturbations endocriniennes et des effets sur le sang chez l'animal à doses modérées. La famille des algues comprend plus de 20.000 espèces connues. Un certain nombre d'espèces ont été utilisées pour élaborer des médicaments. Elles sont employées dans la fabrication d’anticoagulants, d’antibiotiques, d’agents antihypertenseurs, de réducteurs de cholestérol dans le sang, des agents dilatoires, des insecticides et comme agents luttant contre les tumeurs. En cosmétique, les algues sont utilisées comme agents épaississants, agents de rétention d'eau et d'antioxydants. Certaines algues seraient toutefois potentiellement irritantes pour la peau. Certains tests auraient fait apparaître que la présence de phycocyanine dans certaines algues peut provoquer des allergies et une dermatite. D'autres formes d'algues, tels que la mousse d'Irlande et le carraghénane contiennent des protéines, des vitamines A, du sucre, de l'amidon, de la vitamine B1, du fer, du sodium, du phosphore, du magnésium, du cuivre, et du calcium. La plupart des algues seraient bénéfiques pour la peau, soit comme agents émollients ou comme antioxydants. Cependant, dire que les algues peuvent éliminer les rides, soigner la peau, ou fournir d'autres prestations élaborées ne serait pas fondé.
Les algues présentes dans les cosmétiques sont généralement : Ulva lactuca, Ascophyllum, Laminaria longicruris, Laminaria saccharine, Laminaria digitata, Alaria esculenta, diverses espèces de Porphyra, Chondrus crispus, et Mastocarpus stellatus. L’utilisation des algues dans les produits de soin pour la peau ne serait pas essentielle, mais même si elles pouvaient avoir une fonction positive, elles ne constitueraient toutefois pas l'ingrédient miracle.



ALCOHOL DENAT. :
L'alcool dénaturé est de l'alcool éthylique auquel on a ajouté un ou plusieurs dénaturants afin de le rendre impropre à la consommation.
Des études ont montré des perturbations endocriniennes chez l'animal à hautes doses, des irritations de la peau chez l'animal à faibles doses, des effets reprotoxiques potentiels (à vérifier), des effets cancérigènes potentiels (à vérifier)
Par ailleurs, l'alcool favorise la pénétration des autres substances dans la peau. 



ALGAE :
Algae est une matière végétale obtenue à partir de diverses espèces d'algues. Les pigments naturels produits par les algues peuvent être utilisés comme alternative aux colorants chimiques et aux agents colorants.
Par exemple, le carrageenan, de l'algue rouge Chondrus crispus est utilisé comme stabilisant dans des produits laitiers et aussi dans les produits cosmétiques. (VOIR : CARRAGEENAN)



ALLANTOIN :
Présente dans le liquide amniotique de la vache, dans l'urine du veau, ou dans les racines de la grande consoude, l'allantoïne utilisée en cosmétique est généralement extraite du mucus de certains gastéropodes.



ALPHA-ISOMETHYL IONONE :
Ionones sont un groupe d'origine naturelle avec des produits chimiques odorants produits par synthèse.
Il est suspecté être une substance toxique pour le système immunitaire humain et toxique pour l’environnement.
Certaines études ont rapporté que l'alpha-ionone isomethyl-(méthyl ionone-gamma) pourrait provoquer des allergies.



ALPHA-METHYL IONONE : VOIR ALPHA-ISOMETHYL IONONE (synonyme)



ALUMINA :
Oxyde d'aluminium. Selon certains, de tels composants sont considérés comme étant chimiquement inertes, donc il n’y aurait pas de risque que l’aluminium se libère.
Toutefois, des études sur cette substance ont montré des effets neurotoxiques pour l'être humain, des effets toxiques pour le système nerveux, des formations de tumeurs chez l'animal à doses modérées. Il est aussi persistant et la bioaccumulation a été constatée. Il est aussi toxique pour l’environnement.



ALUMINUM :
Conclusions de  l'Afssaps au 17.11.2011
L’analyse des données épidémiologiques et des études chez l’animal n’a pas pu mettre en évidence de lien entre cancer et exposition à l’aluminium par voie cutanée.
En ce qui concerne son utilisation dans les produits cosmétiques, cette évaluation a été centrée sur les antitranspirants en raison des quantités importantes d’aluminium que ces derniers peuvent contenir et leur utilisation quotidienne.
L'analyse des données a permis de proposer une restriction de la concentration en aluminium à 0,6 % dans les produits antitranspirants ou déodorants.
 Il convient de préciser que cette restriction ne concerne pas l'exposition sur peau lésée par exemple après le rasage ou des microcoupures. 
De ce fait, l'Afssaps recommande de ne pas utiliser d'antitranspirants contenant de l'aluminium sur peau lésée.
(voir : http://www.afssaps.fr/Infos-de-securite/Points-d-information/Evaluation-du-risque-lie-a-l-utilisation-de-l-aluminium-dans-les-produits-cosmetiques-Point-d-information)

Parmi les composés de l’aluminium, plus de 25 sont utilisés dans des produits cosmétiques antitranspirants et apparaissent dans la base des données européenne cosing — Base de données européenne de la commission européenne sur les ingrédients et les substances cosmétiques (cosmetic  ingredients database (cosing) http://ec.europa.eu/enterprise/cosmetics/cosing/

Huit d’entre eux figurent à l’annexe III de la directive 76/768/ce relative aux produits cosmétiques (repris à l’annexe III du règlement 1223/2009/ce relatif aux produits cosmétiques), fixant la liste des substances que les produits cosmétiques ne peuvent contenir en dehors des restrictions et conditions prévues, limitant ainsi leur teneur à 20 % en hydroxychlorure d’aluminium et de zirconium anhydre. Les autres composés de l’aluminium peuvent être utilisés à des concentrations sans restriction.

Nom INCI des composés de l’aluminium pouvant être utilisés dans les produits cosmétiques, d’après CosIng
Ingrédients non restreints :
aluminum Bromohydrate - aluminum chloride - aluminum chlorohydrate - aluminum chlorohydrex - aluminum chlorohydrex peg - aluminum chlorohydrex pg  - aluminum citrate - aluminum dichlorohydrate - aluminum dichlorohydrex peg - aluminum dichlorohydrex pg - aluminum sesquichlorohydrate - aluminum sesquichlorohydrex peg - aluminum sesquichlorohydrex pg - aluminum sulfate - ammonium alum - sodium alum - sodium aluminum chlorohydroxy lactate

Ingrédients restreints :
aluminum Zirconium octachlorohydrate - aluminum Zirconium octachlorohydrex Gly - aluminum Zirconium pentachlorohydrate - aluminum Zirconium pentachlorohydrex Gly - aluminum Zirconium tetrachlorohydrate - aluminum Zirconium tetrachlorohydrex Gly - aluminum Zirconium trichlorohydrate - aluminum Zirconium trichlorohydrex Gly


Les substances suivantes seraient sans danger :
Aluminium Silicate - Potassium Alum - Aluminum/Magnesium Hydroxide Stearate - Calcium Aluminum Borosilicate

>>>> méfiance tout de même !
voir aussi : http://www.canalacademie.com/IMG/pdf/rapport_aluinvs.pdf



ALUMINUM CHLOROHYDRATE :
Origine : synthétique.
Cette substance est un sel d'aluminium utilisé principalement dans les déodorants traditionnels. Mis sur la peau, l'aluminium ferme les pores et empêche la formation de sueur. La désintoxication naturelle de la peau est réduite ou bloquée. L'aluminium pénètre la peau et rentre dans les capillaires. L'aluminium est associé à la maladie d’Alzheimer et au cancer du sein.
Des études sur cette substance ont montré des effets neurotoxiques avérés pour l'être humain, des effets toxiques possibles pour le système nerveux humain, des effets toxiques lorsqu'elle est utilisée dans des aérosols, des irritations de la peau chez les animaux à doses modérées.



ALUMINUM HYDROXIDE :
L’hydroxyde d'aluminium est une base minérale. Les bases inorganiques sont des alcalis qui ne contiennent pas des atomes de carbone. Lorsqu'il est placé dans l'eau, l’hydroxyde d'aluminium se sépare en cations (aluminium chargé positivement) et d'anions hydroxyde de sodium (chargé négativement). Les anions hydroxyde servent à diminuer l'acidité de l'eau (pH augmentation).
Résumé : des données probantes considèrent qu’il est toxique pour le système nerveux humain et des preuves solides confirment sa neurotixicité.
Voir ci-dessus.



ALUMINUM STARCH OCTENYLSUCCINATE :
Origine : Synthétique
Hydrogénoocténylbutanedionate d'amidon, sel d'aluminium.
Cette substance est un toxique puissant et reconnu du système nerveux humain.



4-AMINO-2-HYDROXYTOLUENE :
Synonym(s): 5-AMINO-O-CRESOL; P-AMINO-O-CRESOL; 4-AMINO-2-HYDROXY-1-METHYLBENZENE; 5-AMINO-2-METHYLPHENOL; PHENOL, 5-AMINO-2-METHYL-; 5-AMINO-2-METHYL- PHENOL; PHENOL, 5AMINO2METHYL; 2-HYDROXY-P-TOLUIDINE; 3-HYDROXY-4-METHYLANILINE; 5-AMINO-2-METHYLPHENOL; 5-AMINO-O-CRESOL
Toxique pour la peau. Cette substance chimique fait partie du groupe des amines aromatiques. Évaluation du SCCS (SCCP/1001/06) : elle possède un potentiel allergisant.



2-AMINO-4-HYDROXYETHYLAMINOANISOLE SULFATE :
Synonym(s): 2-AMINO-4-HYDROXYETHYLAMINOANISOLE SULFATE SULFATE, 2-AMINO-4- [ (2-HYDROXYETHYL) AMINO] ANISOLE SULFATE; 2- [ (3-AMINO-4-METHOXYPHENYL) AMINO] ETHANOL SULFATE; ETHANOL, 2- [ (3-AMINO-4-METHOXYPHENYL) AMINO] -, SULFATE; SULFATE ETHANOL, 2- [ (3-AMINO-4-METHOXYPHENYL) AMINO] -; 2- [ (3-AMINO-4-METHOXYPHENYL) AMINO] - SULFATE ETHANOL; (3-AMMONIO-4-METHOXYPHENYL) (2-HYDROXYETHYL) AMMONIUM SULPHATE
Cette substance peut former des nitrosamines (Colipa No A84). Les nitrosamines sont cancérigènes. D'après la Réglementation sur les cosmétiques de l'UE, l'emploi du 2-Amino-4-Hydroxyethylaminoanisole et de ses sels n'est plus autorisé depuis le 31/12/2009. (sources :
http://www.laveritesurlescosmetiques.com/themen_060_fr.php)



AMINOMETHYL PROPANOL :
Cette substance est considérée comme irritante pour l'homme. Des études sur les animaux ont montré des effets neurotoxiques à doses modérées, des perturbations endocriniennes à hautes doses. Par ailleurs, cette substance est toxique pour l'environnement et la faune.
Des études auraient démontré que l’aminométhyl propanol ne serait pas un sensibilisateur de la peau et les produits contenant de l’aminométhylpropanol étaient très peu irritants pour les yeux.
Certaines études cliniques auraient prouvé qu’il n'était ni un irritant cutané ni un sensibilisant cutané. La sécurité serait garantie à une concentration de 7 %. L’ingrédient peut être contaminé avec des amines secondaires qui peuvent former des nitrosamines potentiellement cancérigènes. Si les produits cosmétiques contiennent des amines secondaires, l’aminométhyl propanol ne doit pas être utilisé dans les formulations cosmétiques.



AMMONIUM GLYCYRRHIZATE:
Peu d'études ont été menées sur cette substance.
Considéré comme sûr dans les cosmétiques dans le respect de dosages précis.



AMMONIUM HYDROXIDE :
Ce produit est toxique pour la faune et l'environnement. C'est également un toxique reconnu pour la peau humaine. Des études animales ont montré des effets toxiques notamment lorsque cette substance est utilisée dans des produits de maquillage.



AMMONIUM LAURYL SULFATE :
Cette substance est un tensioactif synthétique dérivé du lauryl sulfate.
Des études ont montré des irritations de la peau chez l'animal à très petites doses. Cependant, cette substance serait considérée comme étant sans danger dans son usage cosmétique.



AMODIMETHICONE :
L’amodiméthicone est un polymère à base de silicium.
Le silicium est omniprésent dans la terre et du dioxyde de silicium est le sable commun.
Le silicone, comme le carbone peut former des polymères. Diméthicone est un mélange de fluide de polymères de siloxane parfois appelé polydiméthylsiloxane (PDMS). Il est optiquement clair, et est généralement considéré comme inerte, non toxique et non inflammable. Cette substance est un dérivé du diméthicone. Les silicones agissent comme des bouches pores au niveau de la peau et du cuir chevelu. Ils sont en outre quasiment non biodégradables et donc très polluants. Très peu d’études d’innocuité ont été menées sur cette substance. Toutefois, des experts ont estimé aussi improbable que les polymères de silicone soient considérablement absorbés par la peau en raison du poids moléculaire élevé de ces polymères.



ARGILES :
Jaune, rouge, verte, blanche, grise, bleue… il existe des argiles de différentes couleurs. Mais, toutes sont constituées principalement de silice (50 %) et d’alumine (14 %), soit de l’oxyde d’aluminium. Les différentes colorations sont dues aux minéraux qui entrent dans leur composition dans des proportions variables : fer, chaux, magnésie, oxydes alcalins, cuivre, calcium, phosphore…



ARGININE :
Cette substance est un acide aminé qui peut être extrait naturellement ou synthétisé.
Des études animales sur cette substance ont montré des effets neurotoxiques à très petites doses, des effets toxiques sur le foie, les reins, le sang, le système cardio-vasculaire et le système gastro-intestinal à hautes doses, des mutations cellulaires lors de tests in vitro sur des micro-organismes, des effets reprotoxiques à doses modérées, des perturbations endocriniennes à doses modérées.
Chez l’homme, on a relevé des malaises gastro-intestinaux, des diarrhées et des maux de tête.



ASCORBIC ACID :
L’acide ascorbique peut être obtenu synthétiquement ou par extraction de plantes et fruits.
Bien que son usage en cosmétique semble sans danger, des études sur des mammifères ont montré des mutations de cellules. De même, des études animales ont montré des effets sur le cerveau et sur le système nerveux pour des doses modérées à hautes doses, des perturbations endocriniennes et des effets reprotoxiques ont été montrés sur les animaux.



BARIUM SULFATE :
Sulfate de baryum (CI 77120) – Le Barium Sulfate est un sel inorganique.
Des preuves solides corroborent la neurotoxicité du barium sulfate sur l’homme
Le Sulfate de baryum est persistant, bio cumulable dans la faune sauvage et chez les humains.
Des données probantes prouvent que la substance est un toxique modéré pour le système nerveux humain et pour les organes des sens. 
À l’échelle nanométrique, l’ingrédient a un fort potentiel d’absorption de la peau.



BEHENOXY DIMETHICONE :
Behenoxy Dimethicone est un dimethyl siloxane polymer.
Le silicium est omniprésent dans la terre et du dioxyde de silicium est le sable commun. Le silicone, comme le carbone, peut former des polymères. Diméthicone est un mélange de fluide de polymères de siloxane parfois appelé polydiméthylsiloxane (PDMS). Il est optiquement clair, et il est généralement considéré comme inerte, non toxique et non inflammable. Dimethicone est le plus largement utilisé des polymères de silicone, et il est particulièrement connu pour sa rhéologique inhabituelle (ou flux) et  ses propriétés.
Il peut être utilisé dans les cosmétiques et produits de soins personnels vendus en Europe, selon les dispositions générales de la directive sur les cosmétiques de l'Union européenne.



BEHENTRIMONIUM CHLORIDE :
Composé d'ammoniaque toxique. L'ingestion peut être fatale. Des concentrations aussi faibles que 0,1 % peuvent être irritantes pour les yeux et provoquer la nécrose (mort des tissus) 
des muqueuses.



BEHENYL PCA : 
Peu d'études ont été menées sur cette substance.



BENTONITE :
Argile colloïdale principalement constituée de montmorillonite (CI 77004).
Cette substance n'est pas autorisée en tant que colorant aux États-Unis, mais elle est autorisée dans l'Union européenne.
Des études sur des animaux ont montré que cette substance pourrait être un toxique possible pour le système respiratoire humain. Des formations de tumeurs ont également été relevées à hautes doses.



BENZOATE DE SODIUM (voir SODIUM BENZOATE)



BENZOIC ACID :
Cette substance est dérivée du benzène. À noter que l'aspirine est dérivée de cette substance. Cette substance peut également exister sous une forme naturelle dans certains végétaux par exemple la gomme de benjoin qui est utilisée dans certains encens.
La concentration maximum de cette substance dans les produits cosmétiques est réglementée au Japon. L'Union Européenne restreint la concentration de cette substance dans les produits cosmétiques à 0,5 % maximum.
Des études sur cette substance ont montré des effets neurotoxiques chez l'animal à doses modérées, des irritations de la peau à faibles doses.
L'usage le plus critique pour cette substance serait apparemment dans les produits de maquillage.



BENZOPHENONE-1 :
Cette substance apparaît également sous le nom commercial Uvinul 400. Cette substance peut être photosensibilisante. Cette substance est reconnue comme étant toxique pour la peau humaine.
Des études animales ont montré des perturbations endocriniennes à doses modérées, des effets toxiques sur le métabolisme, le système gastro-intestinal, les reins, le foie et le sang à hautes doses, des effets neurotoxiques à hautes doses



BENZOPHENONE-4 :
Synonymes :
SULISOBENZONE, BENZENESULFONIC ACID, 5-BENZOYL-4-HYDROXY-2-METHOXY-; 5-BENZOYL-4-HYDROXY-2-METHOXYBENESULFONIC ACID; 5-BENZOYL-4-HYDROXY-2-METHOXYBENZENE SULFONIC ACID; 2-HYDROXY-4-METHOXYBENZOPHENONE-5-SULFONIC ACID; 2-HYDROXY-4-METHOXYBENZOPHENONE- 5-SULFONIC ACID; 1-PHENOL-4-SULFONIC ACID, 2-BENZOYL-5-METHOXY-; 5-BENZOYL-4-HYDROXY-2-METHOXY- BENZENESULFONIC ACID; 2-BENZOYL-5-METHOXY- 1-PHENOL-4-SULFONIC ACID; SULISOBENZONE (BENZOPHENONE-4) ; BENZENESULFONIC ACID, 5BENZOYL4HYDROXY2METHOXY; B4
Voir Benzophenone-1



BENZYL ALCOHOL :
Cette substance synthétique est extraite du pétrole ou des goudrons de charbon. 
Des études ont montré des effets neurotoxiques chez l'homme, des effets allergènes chez l'homme, des mutations cellulaires chez les mammifères, des effets nuisibles et toxiques pour l'homme lorsqu'il est utilisé dans les produits de maquillage ou dans les aérosols, des perturbations endocriniennes chez l'animal à hautes doses, des effets reprotoxiques chez l'animal à hautes doses, des irritations de la peau chez l'animal à petites doses.
Son innocuité par inhalation n'a pas été démontrée.
L'Union européenne a restreint l'usage de cette substance. Il doit impérativement être mentionné dans la liste des ingrédients lorsque sa concentration s'élève à 0.001 % dans les produits qui ne se rincent pas et à 0.01 % dans les produits qui se rincent. Sa concentration ne doit pas dépasser 1 %.
Certains produits labellisés bio, très peu heureusement, peuvent contenir cette substance.
Dans : Abricot, Amande, Pomme, Asperge, Banane, cassis, Mûre…



BENZYL BENZOATE :
Description chimique : Benzoate de benzyle.
L'usage de cette substance est restreint par l'Union européenne. 
Il doit être impérativement mentionné dans la liste des ingrédients INCI si sa concentration dépasse 0,001 % pour les produits qui ne se rincent pas et 0,01 % pour les produits qui se rincent.
Des études sur ce produit ont montré des effets toxiques possibles sur le système immunitaire humain.
Toxique pour l’environnement et la faune.



BENZYL CINNAMATE :
Des études sur ce produit ont montré des effets toxiques possibles sur le système immunitaire. L’usage est restreint en cosmétique.



BENZYL SALICYLATE :
Cette substance est reconnue comme un allergène et comme un toxique du système immunitaire. Son usage est restreint en Europe et sa concentration dans le produit fini est réglementée.



BHT :
Le BHT (Butyl Hydroxy Toluène ou E321) est un antioxydant synthétique. Contrairement aux antioxydants naturels comme vitamine E, le BHT est métabolisé par le corps humain et il est soupçonné d'être allergène et cancérogène. Il peut également, lors de sa fabrication, être contaminé par des métaux lourds, de l'arsenic ou des cendres sulfuriques. L'innocuité du BHT n'a pas été démontrée.
Certaines études reconnaissent le BHT comme étant toxique pour le système immunitaire humain, toxique pour la peau humaine. Il est classé comme étant susceptible d'être toxique ou nocif pour le système non reproductif. Des preuves limitées prétendent qu’il est toxique pour les organes des sens, pour le système respiratoire.
Une ou plusieurs études sur des animaux montrent des effets hépatiques à des doses élevées ainsi que des effets sur le système sanguin, le développement ainsi que la formation de tumeurs.



BISAMINO PEG/ PPG-41/ 3 AMINOETHYL PG-PROPYL DIMETHICONE
Composé de silicone qui rend les cheveux brillants. Doit être utilisé de manière modérée et en aucun cas sur une peau lésée ou endommagée.



BISABOLOL :
Cette substance est un terpène présent naturellement dans la camomille.
Le bisabolol est anti-irritant, anti-inflammatoire et anti bactérien. De ce fait, on le retrouve souvent dans les produits pour peaux sensibles.
Des études sur cette substance chez l'animal ont montré des irritations possibles à doses modérées et des perturbations endocriniennes à hautes doses. Elle favorise également la pénétration des autres substances dans la peau.



BUTYLENE GLYCOL :
Le Butylene Glycol est aussi appellé Butanediol.
Des études sur ce produit ont montré des effets irritants pour l'être humain, des effets reprotoxiques chez l'animal à hautes doses, des effets neurotoxiques chez l'animal à hautes doses, des perturbations endocriniennes chez l'animal à hautes doses.
Cette substance constitue un irritant pour la peau, les yeux et les poumons.
Dosage à respecter scrupuleusement.



BUTYL METHOXYDIBENZOYLMETHANE :
Il y a des études qui suggèrent que certains ingrédients de protection solaire comprenant cette substance ont une interférence sur le système hormonal dont l'œstrogène. Par conséquent, le Comité scientifique de la Commission européenne des produits cosmétiques et des produits non alimentaires destinés aux consommateurs (SCCNFP) a été invité à examiner si les filtres UV utilisés comme dans les produits solaires ont des effets oestrogéniques qui ont le potentiel d'affecter la santé humaine. Le SCCNFP a conclu que les filtres UV utilisés dans les produits solaires autorisés sur le marché européen n'ont pas d'effets œstrogéniques qui pourraient potentiellement affecter la santé humaine.
Méthoxydibenzoylméthane de butyle est répertorié comme 1 - (4-tert-butyl) -3 - (4-méthoxyphényl) propane-1 ,3-dione dans la directive Cosmétiques de l'Union européenne peut être utilisé comme un filtre UV dans les produits cosmétiques et de soins personnels produits à une concentration maximale de 5 %.
Un ou plusieurs tests in vitro sur des cellules de mammifères montrent des résultats positifs de mutation favorisant l’apparition du cancer.



BUTYLPARABEN :
Les parabènes sont principalement soupçonnés d'être des déclencheurs d'allergies et de cancérogénicité. Il a été démontré qu'ils peuvent déplacer les inhibiteurs des cellules cancéreuses et donc d'augmenter leur prolifération. Les parabènes sont également des allergènes (réactions cutanées) ayant un pouvoir allergisant modéré. Ils ont également des propriétés oestrogéniques favorisant la prolifération de cellules cancéreuses hormone sensible.



BUTYLPHENYL METHYLPROPIONAL :
Cette substance est une substance parfumante de synthèse. Son usage est restreint au sein de l'Union européenne. Sa présence doit être indiquée si sa concentration dépasse 0,001 % dans les produits qui ne se rincent pas et 0,01 % dans les produits qui se rincent.
Cette substance est un allergène et un toxique possible du système immunitaire humain.
Des études sur les animaux ont montré des effets neurotoxiques à doses modérées, des effets toxiques sur le système respiratoire lorsque cette substance est utilisée dans des produits aérosol, des effets reprotoxiques à hautes doses, des irritations de la peau à faibles doses.



C12-15 ALKYL BENZOATE :
Cette substance est un mélange de composés synthétiques dérivés du pétrole.
Aucune étude d'innocuité n'a été menée sur cette substance.
Suspecté d’être toxique pour l’environnement.



C12-16 ALCOHOLS
Cette substance est un mélange de composés synthétiques dérivés du pétrole et d'alcools gras.
Très peu d'études d'innocuité ont été menées sur cette substance.
Suspecté d’être une toxine environnementale.



C13-14 ISOPARAFFIN :
Cet ingrédient est issu de l'industrie pétrochimique. Il entre également dans la composition des pesticides... Très peu d'études d'innocuité ont été menées sur cette substance.
Des effets négatifs ont été constatés sur les organes non reproductifs. Des impuretés peuvent provoquer de l'eczéma et l'irritation.



C14-22 ALCOHOL (Myristyl alcohol et behenyl alcohol) - C12-20 ALKYL GLUCOSIDE
Émulsionnant végétal issu du glucose et d'alcool gras et sa configuration en jargon scientifique, soit association de polyphénols actifs d’olive et de gluconate de manganèse.



CAFEINE :
La caféine est extraite des feuilles de thé ou du café.
Des études sur les animaux ont montré des effets neurotoxiques à très faibles doses, des effets reprotoxiques à faibles doses, des effets sur les reins, le système respiratoire, le système gastro-intestinal, et le système cardio-vasculaire à faibles doses, des perturbations endocriniennes à hautes doses, des mutations cellulaires chez les mammifères lors de tests in vitro, des irritations de la peau à doses modérées.
La caféine ne semble pas être cancérigène pour l'homme.



CALCIUM ALUMINUM BOROSILICATE :
Des études ont montré des effets neurotoxiques ainsi que des effets sur le système nerveux de l’homme.



CALCIUM CARBONATE :
À l'échelle nanométrique, le calcium carbonate est présumé être potentiellement absorbable dans la peau.
Non évalué pour la sécurité en cosmétique.



CALCIUM PANTETHEINE SULFONATE :
Quelques recherches in vitro ont démontré un effet inhibiteur de la mélanine.



CALCIUM STEARATE :
Distéarate de calcium est suspecté d’être une toxine environnementale.
Des études indiquent que les sels de stéarate sont pratiquement non toxiques, et qu’ils ont un faible potentiel de toxicité aiguë par voie cutanée. Des études sur l'irritation de la peau ont démontré que des stéarates provoquaient des irritations minimes à des concentrations élevées.



CAMPHOR :
Le camphre est issu du camphrier, le "Cinnamomum camphora".
Il est utilisé dans les cosmétiques (soins capillaires ou dermiques) pour son action analeptique et purifiante. L’huile essentielle de camphre est reconnue comme puissant antiseptique. Ainsi est-il rajouté à l’alcool ou à certaines lotions pour cautériser une plaie ou une infection. Il doit toutefois être utilisé selon des normes strictes dans les produits. Les services de Santé canadiens autorisent l’usage du camphre, mais dans des limites ne dépassant pas 3 %.
Le Programme international sur la sécurité chimique a mis au point une monographie sur les usages et les effets potentiels de camphre. D’assez grandes doses orales de camphre sont nécessaires avant que les effets indésirables soient observés. Certains tests de cancérogénicité ont été négatifs et le camphre ne serait pas mutagène pour les bactéries.



CAPRYLOYL GLYCINE :
Aucune étude d'innocuité n'a été menée sur cette substance.



CARBOMER :
Des études cliniques ont montré que les carbomères, ces polymères présentent un faible potentiel d'irritation cutanée et de sensibilisation à des concentrations allant jusqu'à 100 %. Un polymère Carbomer aurait un faible potentiel de photo toxicité et de photo contact allergénique.
Les carbomères peuvent être utilisés dans les cosmétiques et produits de soins personnels vendus en Europe, selon les dispositions générales de la directive sur les cosmétiques de l'Union européenne.



CARRAGEENAN :
Cette substance est extraite des algues rouges et est aussi appelée E407.
Des études sur cette substance ont montré des effets toxiques sur les reins, le système gastro-intestinal, le système respiratoire et le système sanguin chez l'animal à petites doses, des effets neurotoxiques chez l'animal à doses modérées, des formations de tumeurs chez l'animal à hautes doses, cette substance ne serait cependant pas cancérigène pour l'homme.
Toutefois, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé la substance carrageenan utilisée dans les aliments, comme inclassable quant à la cancérogénicité pour l'homme. Le CIRC aurait toutefois par la suite classé le carrageenan comme cancérogène possible pour l'homme. Une monographie du JECFA indique qu’une dégradation a été effectuée sur le carrageenan obtenu d’extraits d'une espèce spécifique d'algues, l’eucheuma spinosum et ce par hydrolyse partielle à l'aide d'acide chlorhydrique dilué. Toutefois, l’ingrédient ne serait pas utilisé dans les aliments.
Le carrageenan et ses sels de calcium, de potassium et de sodium peuvent être utilisés dans les cosmétiques et produits de soins personnels vendus en Europe, selon les dispositions générales de la directive sur les cosmétiques de l'Union européenne.



CASTOR ISOSTEARATE SUCCINATE :
Très peu d'études ont été menées sur cette substance.



CELLULOSE GUM :
La gomme de cellulose est un produit semi-synthétique dérivé de plantes. Des études sur des animaux ont montré un effet sur la reproduction. Des études sur des animaux ont montré la formation de tumeurs cancéreuses à haute dose.
De nombreuses administrations (FDA par exemple) considèrent cette substance et ses dérivés comme non dangereux à faible dose, malgré les études sur animaux. À noter que les études animales à faibles doses n'ont pas été effectuées.



CETEARETH-20 :
Ceteareth-20 est un polyethylene glycol ether de cetearyl alcohol; il est potentiellement toxique, car il pourrait contenir des impuretés telles que le 1,4-dioxane.
Synonymes : PEG-20 CETOSTEARYL ALCOHOL; PEG-20 CETYL/STEARYL ETHER; POLYETHYLENE GLYCOL 1000 CETYL/STEARYL ETHER; POLYOXYETHYLENE (20) CETYL/STEARYL ETHER
L’usage est limité dans les cosmétiques quant à l’utilisation la concentration et la fabrication. Peu sûr pour une utilisation sur une peau lésée ou endommagée. Il a été toutefois considéré comme sûr pour une utilisation dans les cosmétiques, sous réserve des limitations de concentration ou d’utilisation. Il est considéré comme un activateur de pénétration dans la peau.



CETEARETH-25 :
(syn. : PEG-25 CETYL/STEARYL ETHER) Le Ceteareth-25 est un polyethylene glycol ether du Cetearyl Alcohol. L’usage est limité dans les cosmétiques quant à l’utilisation la concentration et la fabrication. Peu sûr pour une utilisation sur une peau lésée ou endommagée. Il a été toutefois considéré comme sûr pour une utilisation dans les cosmétiques, sous réserve des limitations de concentration ou d’utilisation. Il est considéré comme un activateur de pénétration dans la peau.

CETEARETH-33
Synonym(s): PEG-33 CETYL/STEARYL ETHER; POLYETHYLENE GLYCOL (33) CETYL/STEARYL ETHER; POLYOXYETHYLENE (33) CETYL/STEARYL ETHER
L’usage est limité dans les cosmétiques quant à l’utilisation la concentration et la fabrication. Peu sûr pour une utilisation sur une peau lésée ou endommagée. Il a été toutefois considéré comme sûr pour une utilisation dans les cosmétiques, sous réserve des limitations de concentration ou d’utilisation. Il est considéré comme un activateur de pénétration dans la peau.



CETETH-2
Ceteth-2 est un polyethylene glycol ether de Cetyl Alcohol.
Synonym(s): DIETHYLENE GLYCOL HEXADECYL ETHER; ETHANOL, 2- [2- (HEXADECYLOXY) ETHOXY] -; 2- [2-HEXADECYLOXY) ] ETHANOL; PEG-2 CETYL ETHER; POLYETHYLENE GLYCOL 100 CETYL ETHER; POLYETHYLENE GLYCOL (2) HEXADECYL ETHER; POLYOXYETHYLENE (2) CETYL ETHER; 2- [2- (HEXADECYLOXY) ETHOXY] - ETHANOL; 2- [2- (HEXADECYLOXY) ETHOXY] ETHANOL
Peut être contaminé par de l’éthylène oxide et du 1,4-dioxane.



CETRIMONIUM BROMIDE :
Le bromure de Cetrimonium administré par voie orale est mal absorbé par l'intestin. Le bromure de cetrimonium appliqué sur la peau a été absorbé par la peau, mais pas rapidement. Des irritations cutanées, de la sensibilisation et de l'irritation oculaire ont été observées avec ces sels d'ammonium quaternaire.
Tous les essais de mutagenèse utilisés étaient négatifs.
Le bromure de cetrimonium est répertorié comme alkyle (C12-C22) du bromure de triméthyl ammonium et de chlorure dans la directive Cosmétiques de l'Union européenne. Ces ingrédients peuvent être utilisés comme conservateurs à une concentration maximale de 0,1 %.
Des preuves solides le considèrent comme étant toxique pour la peau humaine. Au Canada, il est classé comme susceptible d’être toxique et nocif. Il est en outre soupçonné être une toxine environnementale et être persistant ou bio cumulable.



CETRIMONIUM CHLORIDE :
L'usage de cette substance est restreint par l'Union européenne à une concentration maximum de 0,1 %.
Cette substance est un toxique avéré pour la peau humaine. Des études sur les mammifères ont également montré des mutations cellulaires.



CETYL ESTERS :
Complexe résultant de la réaction d'acides mélangés et d'alcools mélangés et simulant la composition du blanc de baleine naturel. Se compose essentiellement d'esters myristiques, cétyliques et palmitiques d'acides myristiques et palmitiques.
Cette substance est un dérivé semi-synthétique d'acides gras. Très peu d'études d'innocuité ont été menées sur cette substance.
Les données de quelques études n'ont révélé aucune toxicité systémique, pas de sensibilisation ou de photosensibilisation, et peu d'irritation.



CETYL PALMITATE :
Cette substance est un irritant avéré lorsqu'il est utilisé dans des produits de maquillage. Très peu d'études auraient été menées sur cette substance.



CETYL PEG/ PPG-10/ 1 DIMETHICONE :
Ce agent de conditionnement de la peau est un produit chimique synthétique constitué de diméthicone, un polymère à base de silicium et de polyéthylène glycol (PEG)-polypropylène glycol (PPG) polymère. Il peut être contaminé par des impuretés de fabrication potentiellement toxiques telles que le 1,4-dioxane.
Il serait considéré comme sûr à utiliser dans les produits cosmétiques, bien que certains considèrent que les PEG agissent  comme un toxique cancérigène. Toutefois des restrictions d’utilisation, de concentration, de fabrication doivent être respectées. Il est jugé comme étant peu sûr pour une utilisation sur une peau lésée ou endommagée.
Certaines données le considèrent comme étant toxique pour les organes des sens.



CHLORHEXIDINE DIHYDROCHLORIDE :
La chlorhexidine est un conservateur synthétique et un antiseptique.
Le digluconate de chlorhexidine serait légèrement toxique par voie orale et par inhalation, selon certaines études. Le digluconate chlorhexidine ne serait que modérément irritant pour les yeux ou la peau. Des réactions d'hypersensibilité positives ont été citées dans des tests épicutanés chez les patients atteints d'eczéma. Dans des essais bactériens, la chlorhexidine testée a été à la fois positive et négative pour la mutagenèse. Dans deux autres systèmes, Digluconate chlorhexidine n'est pas génotoxique. Digluconate de chlorhexidine n'était pas cancérogène dans une étude de 2 ans d'eau potable.



4-CHLORORESORCINOL
Le 4-chlororésorcinol est une des substances colorantes qui ont été réévaluées par le SCCS (Colipa No A12, SCCS/1224/09). Le potentiel allergisant est considéré comme modéré. Le 4-chlororésorcinol fait partie du groupe des amines aromatiques et c'est une substance organohalogénée.
Sources : http://www.laveritesurlescosmetiques.com/themen_060_fr.php



CI 12085 :
RED 36
Rouge 36 est classé comme une couleur chimiquement monoazoïque.
Il aurait été déterminé sûr pour une utilisation dans les cosmétiques, sous réserve de limitations de concentration ou d'utilisation.
Il est toutefois persistant, bio cumulable dans la faune sauvage et il constitue une toxine environnementale.
Il est classé comme un possible toxique pour le système organique non reproductif.
Il provoquerait des dermatites selon certaines études.



CI 14700 :
Origine synthétique.
Cette substance est un colorant azoïque de couleur rouge qui est aussi appelé Red 4 ou E125.
Des études sur cette substance ont montré des mutations cellulaires et des formations de tumeurs chez les mammifères lors de tests in vitro.



CI 15850 :
Le Red 7 est classé comme une couleur chimiquement monoazoïque.
Synonym(s): PIGMENT RED 7, DISODIUM SALT; DISODIUM SALT PIGMENT RED 7



CI 15850 :
Red 6 est décrit chimiquement comme suit : disodium salt de 3-hydroxy-4-[(4-methyl-2-sulfophenyl)azo]-2-naphthalenecarboxylic acid.



CI 15985 :
Ce colorant azoïque synthétique de couleur jaune orangé est aussi appelé E110 ou Yellow 6. Ce colorant est autorisé par l'Union européenne pour un usage cosmétique. Il est interdit dans certains pays en tant que colorant alimentaire. C'est un allergène reconnu notamment pour les personnes allergiques à l'aspirine. Ces allergies ont différents symptômes, elles peuvent être entre autres, causes de troubles gastriques, diarrhées, vomissements, urticaire et de gonflement de la peau (œdème de Quincke). Ce colorant est aussi lié à des problèmes d'hyperactivité chez le jeune enfant. Bien que ce colorant soit considéré comme non cancérigène pour l'homme, des études in vitro ont montré des mutations cellulaires chez les mammifères.
Des études sur les animaux ont également montré des perturbations endocriniennes à hautes doses, des effets neurotoxiques à hautes doses. Cette substance est dérivée de l'industrie pétrochimique
Yellow 6 est répertorié comme CI 15985 dans la directive sur les cosmétiques de l'Union européenne ; et il est un agent colorant autorisé pour une utilisation dans tous les cosmétiques et produits de soins personnels. Le baryum insoluble, le strontium et les laques de zirconium, les sels et les pigments de Yellow 6 sont également autorisés, mais doivent passer le test d'insolubilité (voir annexe IV). Lorsqu'il est utilisé dans les produits cosmétiques dans l'Union européenne, cet ingrédient doit être appelé CI 15985.



CI 15985 :
YELLOW 6 LAKE:
Composants de Yellow 6 lake : acide benzènesulfonique de l'acide chlorhydrique et du nitrite de sodium.
Tartrazine est préparé à partir d'acide 4-amino benzène, qui est diazoté de l'acide chlorhydrique et du nitrite de sodium. Le composé diazoïque est ensuite couplé avec de l'acide (4'-sulfophényl)-1H-pyrazole-3-carboxylique 1-4,5-dihydro-5-oxo-ou de l'ester méthylique, l'ester d'éthyle, ou un sel de carboxylique acide. Le colorant résultant est purifié et isolé sous forme du sel de sodium. La
Tartrazine peut être convertie en une laque d'aluminium correspondant dans des conditions aqueuses en faisant réagir l'oxyde d'aluminium avec la matière colorante. L'oxyde d'aluminium non séché est généralement fraîchement préparé en faisant réagir le sulfate d'aluminium ou le chlorure d'aluminium avec du carbonate de sodium ou le bicarbonate de sodium, ou l'ammoniaque. Après formation des laques, le produit est filtré, lavé avec de l'eau et séché.
Le Jaune 6 est interdit en Norvège et en Finlande. 

Les effets secondaires - maux d'estomac, diarrhée, urticaire, vomissements, gonflement de la peau (œdème de Quincke) et les migraines, liés à l'hyperactivité chez les jeunes enfants.



CI 16035 :
Red 40
Cette substance est un colorant de couleur rouge d'origine pétrochimique. Il est aussi appelé E129. Initialement utilisé pour remplacer le colorant E123 pour la coloration des aliments, il est maintenant aussi utilisé dans les cosmétiques.
Des études ont montré des mutations cellulaires chez les mammifères lors de tests in vitro, des effets reprotoxiques chez les animaux à hautes doses, des effets sur le métabolisme chez les animaux à hautes doses.
Il est interdit ou trouvé dangereux pour l’utilisation dans les cosmétiques par le CTFA - International Cosmetic Ingredient.
Le Rouge 40 est répertorié comme CI 16035 dans la directive sur les cosmétiques de l'Union européenne. Cet agent colorant est toutefois autorisé pour une utilisation dans tous les cosmétiques et produits de soins personnels sans restriction (voir annexe IV). Lorsqu'il est utilisé dans les produits cosmétiques dans l'Union européenne, cet ingrédient doit être appelé CI 16035.



CI 17200 :
Red 33 Lake
Description chimique : 5-amino-4-hydroxy-3-(phénylazo)naphtalène-2,7-disulfonate de disodium et ses laques et sels autorisés.
Cette substance aussi appelée Red 33 est un colorant de couleur rouge.
Des études sur cette substance ont montré des mutations cellulaires chez les mammifères lors de tests in vitro.
RED LAKE 33: Dans la production industrielle des colorants, le terme «lake» est appliqué à des pigments ou des colorants qui sont précipités avec des sels métalliques tels que l'aluminium, le calcium, le baryum, ou autres. La plupart des pigments sont des laques produites synthétiquement à partir du goudron de houille ou du pétrole.



CI 19140
Yellow 5
Ce colorant azoïque d'origine synthétique est aussi appelé Tartrazine, Yellow 5 ou E 102. Il est souvent associé au colorant CI 42090 de couleur bleue pour obtenir du vert. L'Union Européenne autorise toutefois ce colorant dans les cosmétiques.
Ce colorant est un allergène reconnu, notamment pour les personnes allergiques à l'aspirine et chez les asthmatiques. Associée à des benzoates cette substance est suspectée de jouer un rôle dans le syndrome d'hyperactivité des enfants.
Des études sur les animaux ont montré des effets neurotoxiques à très petites doses,  des effets sur le système musculaire à très petites doses, des effets reprotoxiques à hautes doses, des mutations cellulaires chez les mammifères lors de tests in vitro.
La tartrazine peut causer des migraines, des démangeaisons, de la rhinite chez certaines personnes sensibles à ces substances. 
On peut éviter de les consommer dans sa nourriture, mais on peut parfois les consommer dans les produits cosmétiques. Le gros souci se situe essentiellement dans les produits tels les rouges à lèvres, baumes à lèvres de couleur, brillant à lèvres et crayons à lèvres, parce que toute personne qui les utilise régulièrement en «mange» une certaine quantité durant sa vie. Mais on en consomme aussi par sa peau dans les fonds de teint, fards, crèmes…
Des impuretés se trouvent parfois présentes dans des flacons commerciaux de cette couleur. Il a déjà été démontré que celles-ci peuvent causer le cancer, pas seulement en cas d’ingestion, mais aussi lorsque le produit est appliqué sur la peau.



CI 42051 :
Cette substance est un colorant bleu (aussi appelé E131) utilisé généralement dans les shampooings. L'Union européenne réglemente l'usage de cette substance, mais ne met pas de restriction à son usage dans les cosmétiques. L'usage de cette substance est interdit aux États-Unis. Cette substance est allergène.



CI 42090 :
Blue 1 lake
Cette substance est un colorant synthétique de couleur bleue.
Bien que ce colorant soit considéré comme non toxique dans son usage cosmétique, des études sur les animaux ont montré, à faibles doses, des effets neurotoxiques, des effets sur le système respiratoire. Par ailleurs, des études ont aussi montré des mutations cellulaires chez les mammifères.



CI 45410 :
Red 28 Lake.
Des preuves solides attestent qu’il a des effets neurotoxiques sur l’homme. D’autres données apportent des preuves plus modérées quant à la toxicité du système nerveux.
Il a toutefois été déterminé sûr pour une utilisation dans les cosmétiques, sous réserve de limitations de concentration ou d'utilisation.



CI 60730 :
EXT VIOLET 2
Synonymes : EXT D&C VIOLET 2 ; EXTERNAL D&C VIOLET 2 ; D&C VIOLET 2 EXT ; EXT D&C VIOLET 2 CI 60730 ; EXT VIOLET ; EXT VIOLET 2 ; EXTRACT VIOLET 2 ; D&C EXT VIOLET 2 - 2-(2-(2-(Tridecyloxy)ethoxy)ethoxy)ethanol ; Acid violet 43 ; Benzenesulfonic acid, 2-((9,10-dihydro-4-hydroxy-9,10-dioxo-1-anthracenyl)amino)-5-meth- yl-, monosodium salt ; CI 60730 ; Ext. D & C violet no. 2 ; Polyoxyethylene (3) tridecyl ether; Trideceth-3
EXT VIOLET 2 est classé comme une couleur chimiquement anthraquinone.
Des preuves solides attesteraient de sa toxicité. Toutefois, il serait déterminé sûr pour une utilisation dans les cosmétiques, sous réserve de limitations de concentration et d’utilisation.



CI 73360 :
Synonymes: RED 30, D&C RED NO. 30; 11484 RED ; 5,5'-DICHLORO-3,3'-DIMETHYL-THIOINDIGO ; AHCOVAT PINK FFD; AHCOVAT PRINTING PINK FF; AMANTHRENE PINK FF; AMANTHRENE PINK FFD; AMANTHRENE PINK FFWP; CALCOLOID PINK FFC; CALCOLOID PINK FFD
D & C Red 30 est un colorant synthétique produit à partir de sources de goudron de pétrole ou de charbon.
Le nom chimique de rouge 30 est le 6-chloro-2-(6-chloro-4-méthyl-3-oxobenzo [b] thién-2 (3H)-ylidène)-4-méthyl-benzo [b] thiophén-3 (2H)-one. Il appartient à la classe d'indigo de couleurs et est plus précisément décrit comme un colorant thioindigo. Red 30 est une couleur rose foncé avec du rouge. Red 30 est insoluble dans l'eau de sorte qu'il est considéré comme un pigment.
Red 30 est considéré comme persistant et bio cumulable dans la faune sauvage ; il est soupçonné d'être une toxine environnementale.
Classé comme étant susceptible d'être toxique ou nocif pour le système non reproductif humain.
Limité dans les produits cosmétiques pour l'utilisation, la concentration, ou des restrictions de fabrication additives – La couleur n’est pas approuvée par la FDA pour les produits cosmétiques utilisés autour des yeux.



CI 75120
Annatto, Bixin, C-Orange 12, E 160b, Natural Orange 4, Norbixin
Colorant fait à partir des graines de Bixa Orellana.
Admis dans les produits cosmétiques conformément aux réglementations imposées par la Commission européenne.



CI 75300
Jaune naturel - Curcuma
Pas de contre-indication.



CI 75470
Carmin  
Cochenille, extrait de cochenille, Carmine, Crimson Lake, naturel Red 4, C.I. 75470, E120 ou « acide carminique ».
COCHINEAL (COCCUS CACTI L.) est classé comme couleur naturelle.
Soupçonné d'être une toxine environnementale ;
Non soupçonné d'être bio cumulable.
Risques dans l’alimentation : hyperactivité, asthme, eczéma, insomnies. Il pourrait être cancérigène et mutagène.
Le rouge carmin est un pigment insoluble, préparé à partir d'une teinture soluble, le rouge cochenille. Il est traité avec des sels d'aluminium ou des sels de calcium pour devenir carmin.
Le colorant provient d’un insecte, le Dactylopius coccus, qui vit essentiellement sur le figuier de Barbarie (le Pérou est le premier producteur au monde de rouge cochenille). En réalité, on en tire deux couleurs : un rouge et un bleu. Une exigence : la substance doit être pasteurisée ou traitée de manière à détruire tous les micro-organismes viables de Salmonella.
En 2006, la FDA (Agence fédérale américaine des produits alimentaires et médicamenteux) a décidé que tous les colorants carmin de cochenilles utilisés doivent être mentionnés sur tous les aliments et les cosmétiques qui contiennent ces ingrédients, en raison de nombreux rapports reçus d’allergies sévères dues à la cochenille et aux extraits de carmin. Il est un sensibilisant connu, et il aurait la capacité de provoquer des réactions graves à ceux qui y sont sensibles.
Sels d’aluminium : L'Europe conseille de ne pas absorber plus d'un milligramme d'aluminium par semaine.
Une dose excessive de ce métal dans l'organisme par voie cutanée ou par ingestion conduit à son implantation dans le cerveau et il a été démontré qu’il y a une relation avec l’apparition et le développement de la maladie d'Alzheimer.
Selon une étude de l’Inserm, les personnes résidant dans des zones où l’eau est riche en aluminium connaissent un risque plus grand d’être atteint de démence.
(voir : http://seme.cer.free.fr/ecologie-sante/polluants-alimentaires.php).



CI 75810 
SPIRIT SOLUBLE CHLOROPHYLLE : est un dérivé du cuivre obtenu à partir de plantes vertes.
Pas de contre-indication.



CI 77000 :
CI 77000 est classé comme une couleur chimiquement inorganique. Il se compose d'aluminium en poudre fine.
Voir : ALUMINUM


CI 77004 : VOIR KAOLIN



CI 77007
Lazurite (bleu) - Ultramarine
Cette substance est le constituant principal du Lapis-Lazuli.
Lapis-lazuli (mélange de minéraux, le minéral principal est la lazurite qui contient de l’aluminium, du silicium, du sodium et du soufre)
Il peut provoquer des irritations de la peau ou du système respiratoire. Lors de l’ingestion, le soufre présent peut former avec les acides digestifs un gaz de sulfure d’hydrogène très toxique.
Tous les additifs de couleurs utilisées dans les produits alimentaires, les médicaments et les cosmétiques aux États-Unis doivent être approuvés par la FDA et énumérés dans le Code of Federal Regulations. La FDA approuve seulement des couleurs après un examen approfondi de toutes les données de sécurité et de la publication de la base de son approbation dans le Federal Register.
L’Ultramarine est répertoriée comme CI 77007 dans les directives cosmétiques de l'Union européenne (annexe IV, partie I) et elle peut être utilisée dans les cosmétiques et produits de soins personnels, sans limitation.



CI 77019
Mica (effet pailleté ou argenté)
Persistant- bioaccumulable dans la faune sauvage et l’être humain. Substances toxiques pour le système respiratoire humain - une ou plusieurs études sur des animaux ont montré des effets gastro-intestinaux à doses modérées.
Le mica utilisé en tant que colorant est une poudre blanche obtenue à partir d’un minéral d'origine naturelle, le mica muscovite. Le mica muscovite se compose principalement de potassium et de silicate d'aluminium (selon certaines sources, le silicate d’aluminium ne comporterait aucun risque de migration d’aluminium à l’intérieur du corps). Lorsqu'il est utilisé comme colorant dans les cosmétiques et produits de soins personnels, le mica doit se conformer aux spécifications précises prévues par l’Europe.



CI 77120 : VOIR BARIUM SULFATE



Cl 77163
Blanc - Bismuth Oxide Chloride
L'oxychlorure de bismuth est un minéral d'origine naturelle utilisé comme colorant dans le maquillage ; il donne l’effet brillant. Non soupçonné d'être une toxine environnementale.
Classé comme non potentiellement toxique, nocif ou bio cumulable.



CI 77266
Pur carbone
Aux USA, il est banni des produits cosmétiques, car il est considéré comme étant un cancérigène possible, donc dangereux. Il est classé comme étant susceptible d’être toxique et nocif.



CI 77268 :1
Noir de coke.
Il résulte de la carbonisation en vase clos, par exemple de sarments de vigne. Tous les noirs végétaux sont antisiccatifs.

Substance toxique (à certains dosages) pour le système respiratoire humain, mais toutefois admis pour l’usage cosmétique.
Très peu d'études d'innocuité airaient été menées sur cette substance.



CI 77288
Vert - Chromium oxide greens
L’oxyde de chrome est un pigment minéral utilisé comme colorant dans une variété de produits. Cet ingrédient contient du chrome trivalent, une forme de chrome qui fonctionne comme un oligo-élément essentiel dans le métabolisme humain.
Pigment d'origine animale, végétale, ou de source synthétique utilisé pour les aliments, les cosmétiques et d’autres produits.
Persistant ou bio cumulable, il n’est toutefois pas soupçonné être cancérigène chez l’homme. Pas vraiment évalué pour la sécurité dans les produits cosmétiques. Présumé avoir une forte absorption dans la peau.



CI 77289
Vert
Trioxyde de dichrome ou chromium hydroxide green.

Cette substance est suspectée être une toxine pour l’environnement ; elle est persistante et s'accumule dans le milieu naturel.
Elle n’est pas considérée comme étant être cancérogène pour l'homme, mais elle est soupçonnée être toxique et nocive.
Très peu d'études d'innocuité ont été menées sur cette substance.
Le vert d'hydroxyde de chrome est un pigment insoluble fabriqué à partir du chrome métallique. Cette forme de chrome est parfois associée à des effets néfastes sur la santé (en particulier suite à une exposition par inhalation). Toutefois, les risques sont fort limités compte tenu des réglementations spécifiques exigées par l’Europe qui permet son utilisation dans tous les cosmétiques et produits de soins personnels.



CI 77491
Rouge
Trioxyde de difer – ferric oxide : utilisé dans les cosmétiques, ce colorant est généralement d'origine synthétique. Cette substance pourrait être cancérogène (non vérifié). Son utilisation dans des aérosols a montré chez l'animal des effets sur le système respiratoire. Cette substance est persistante et s'accumule dans le milieu naturel.
Toutefois les risques sont fort limités compte tenu des réglementations spécifiques exigées par l’Europe qui permet son utilisation dans tous les cosmétiques et produits de soins personnels.



CI 77492
Jaune
Oxyde de fer
Ce colorant de couleur jaune est généralement synthétique dans les cosmétiques afin d'éliminer les sources de pollution présente dans la nature.
Les oxydes de fer synthétiques sont produits de diverses manières, y compris par la décomposition thermique de sels de fer.
Les risques de cette substance sont fort limités compte tenu des réglementations spécifiques exigées par l’Europe qui permet son utilisation dans tous les cosmétiques et produits de soins personnels.
Très peu d'études d'innocuité ont été menées sur cette substance.



CI 77499
Noir Tétraoxyde de trifer – black iron Oxide 
Persistant, bio cumulable dans la faune sauvage et l’être humain.
Les preuves sont insuffisantes pour prouver la toxicité sur le système respiratoire.
Pas considéré comme étant être cancérogène pour l'homme
Non évalué pour la sécurité dans les produits cosmétiques.
Non soupçonné d'être une toxine environnementale.
Les risques de cette substance sont fort limités compte tenu des réglementations spécifiques exigées par l’Europe qui permet son utilisation dans tous les cosmétiques et produits de soins personnels.



CI 77510
Bleu de Prusse ou Ferric ferrocyanide
Cette substance d’origine synthétique s'accumule et elle est persistance dans la faune, l'environnement et le corps humain.
Connue comme étant toxique pour le système respiratoire.
Classé comme étant susceptible d’être une substance toxique et nocive.
Cette Couleur est spécifiquement autorisée pour un usage dans les cosmétiques aux États-Unis et en Europe dans le respect de normes strictes.



CI 77718 : VOIR TALC



CI 77742
Violet - Manganese violet
Le Violet de manganèse est un sel inorganique d'ammonium pyrophosphate de manganèse utilisé comme colorant. Pigments d'origine animale, végétale ou de sources synthétiques utilisés pour les aliments, les cosmétiques et d’autres produits.
La Cochenille est un insecte. Ce colorant est largement utilisé ; ils sont continuellement testés sur les animaux en raison de leurs propriétés cancérigènes. Alternatives: les raisins, les betteraves, le curcuma, le safran, les carottes, la chlorophylle, le rocou, et l’orcanette.
Le violet de manganèse est classé comme étant susceptible d’être toxique ou nuisible. Il est soupçonné d'être une toxine environnementale, persistante ou bio cumulable.
Lorsqu'il est utilisé dans les cosmétiques et produits de soins personnels, le violet de manganèse doit se conformer aux spécifications de la FDA et aux conditions précisées par l’Europe.



CI 77820
Silver Oxide - Argent
Classé comme une couleur chimiquement inorganique. Il se compose d'argent métallique.
Usage limité dans les cosmétiques : restrictions d'utilisation, de concentration, de fabrication – l’additif couleur n'est pas approuvé par la FDA pour les produits cosmétiques qui sont utilisés autour des yeux.
Non soupçonné d'être bio cumulable. Classé toutefois comme susceptible d’être toxique ou nocif. Classé aussi comme n’étant pas susceptible d'être cancérogène pour l'homme. Toxique pour la faune et l'environnement.
Les données seraient insuffisantes pour déterminer la sécurité en cosmétique.
Le service de santé du Canada autorise l'utilisation de l'argent et ses sels dans les cosmétiques et produits de soins personnels. Mais ces sels d'argent sont limités à des concentrations de 0,04 % ou moins dans les bains de bouche. Les cosmétiques et produits de soins personnels contenant des sels d'argent ou d'argent doivent inclure la déclaration suivante sur l'étiquette: "Ce produit contient des sels d'argent et/ou de l'argent, éviter tout contact avec une peau éraflée ou abrasée."
Cette Couleur est spécifiquement autorisée pour un usage dans les cosmétiques aux États-Unis et en Europe dans le respect de normes strictes.



CI 77861
Tin Oxide
Doute quant à la transmission de nanoparticules dans la peau.
Non soupçonné d'être bio cumulable.
Non soupçonné d'être une toxine environnementale.
Données insuffisantes pour déterminer la parfaite sécurité en cosmétique.



CI 77891
Blanc
Dioxyde de titanetitanium dioxide ou E171.
Cette substance est utilisée depuis très longtemps dans les crèmes solaires. Il semblerait que cette substance puisse être considérée comme non dangereuse lorsqu'elle est utilisée dans des produits pour la peau, car elle y pénètre peu (peau saine uniquement). Par contre, son usage en inhalation semble être très dangereux. À noter que certaines crèmes solaires contenant cette substance peuvent aussi contenir des nanoparticules qui pénétrant dans la peau augmentent ainsi la dangerosité de cette substance.
Effets cancérogènes possibles pour l'être humain quand il est utilisé dans des aérosols ;
Risques de perturbation cellulaires qui pourraient conduire à des mutations cellulaires ou à des morts cellulaires pouvant être impliquées dans certaines maladies cardio-vasculaires ;
Impact sur le système respiratoire et sur le système immunitaire de l'animal à faibles doses lors de l’utilisation de produits aérosol ; 
Risques de détérioration du système cardio-vasculaire chez l'animal à  faibles doses,
Risques d’irritations pulmonaires chez l'animal à l’usage de faibles doses.



CI 77947
Blanc -
Zinc Oxide
Plusieurs études chez l'animal montrent des effets non désirés à faibles doses.
Preuves insuffisantes de toxicité du système immunitaire.
Susceptible d’être toxique pour le système respiratoire humain. 
Toxique, nocif, persistant, bio cumulable dans la faune sauvage. 
Présumé avoir une faible absorption dans la peau.
L’oxyde de zinc est souvent utilisé dans les lotions solaires pour se protéger des UV. Les produits solaires permettent de réduire ou d'éviter les coups de soleil et le vieillissement prématuré de la peau. Prévenir les coups de soleil est un facteur important dans la réduction du risque de contracter le cancer de la peau. Les écrans solaires ne doivent pas être confondus avec les lotions solaires bronzantes qui permettent à la lumière du soleil d'atteindre la peau et provoquer le bronzage (noircissement).
La FDA et l’Europe approuvent l’usage de cette substance après un examen approfondi de toutes les données de sécurité.



CINNAMAL :
L'Union Européenne restreint l'usage de cette substance qui est un puissant allergène. Sa présence doit être impérativement signalée si la concentration est supérieure à 0,001 % dans un produit qui ne se rince pas et 0,01 % dans un produit qui se rince.
Des études sur cette substance ont montré des effets toxiques sur le système immunitaire et la peau humaine, des effets sur le foie, le système gastro-intestinal et le système respiratoire chez l'animal à hautes doses, des perturbations endocriniennes chez l'animal à doses modérées, des effets neurotoxiques chez l'animal à doses modérées, des effets reprotoxiques chez l'animal à doses modérées, des irritations de la peau chez l'animal à hautes doses.
Dans : Cannelle, Muscade



CINNAMYL ALCOHOL :
L'usage de cette substance est restreint par l'Union européenne. Sa présence doit être indiquée si la concentration dépasse 0,001 dans les produits qui ne se rincent pas et 0,01 % dans les produits qui se rincent.
Cette substance est un allergène très puissant et un toxique reconnu du système immunitaire humain.

Des études sur les animaux ont montré des mutations cellulaires lors de tests in vitro, des effets reprotoxiques à hautes doses, des effets toxiques sur le sang à hautes doses, des irritations de la peau à faibles doses.



CITRAL :
Le citral, substance parfumante, est principalement présent dans les huiles essentielles de citronnelle, verveine, orange et citron. Le citral A s'appelle aussi geranial et le citral B s'appelle aussi neral. Son usage est restreint par l'Union européenne. La présence de citral dans les cosmétiques doit être indiquée si sa concentration dépasse 0.001 % dans les produits qui se rincent et 0.001 % dans les produits qui ne se rincent pas. Cette restriction est due aux propriétés allergènes du citral.
Des études ont montré des perturbations endocriniennes chez l'animal à hautes doses, des effets reprotoxiques chez l'animal à hautes doses, des mutations chez les mammifères lors de tests in vitro, des effets neurotoxiques chez l'animal à hautes doses.
Il est reconnu être un irritant pour la peau, les yeux et les poumons.



CITRIC ACID :
L’acide citrique est extrait d'agrumes ou fabriqué à partir des solutions de sucre fermentées. Le jus de citron contient de 5 à 8 % d'acide citrique. L'acide citrique est un Alpha Hydroxy Acid ou AHA. Il est utilisé principalement pour ajuster le pH des produits.
Généralement, il est considéré comme étant sans danger.
Toutefois, des études sur les animaux ont montré des irritations de la peau à doses modérées, des effets neurotoxiques à très petites doses, des effets sur le système respiratoire à faibles doses, des effets gastro-intestinaux à très petites doses.



CITRONELLOL :  
Cette substance est naturellement présente dans les huiles essentielles de Pomme, Abricot, Cassis, Mûre, Myrtilles, Orange, Fruits de la Passion, Pêche, Rose. Elle peut également être synthétisée.
Bien que considérée comme sans danger, cette substance n'est pas recommandée aux personnes ayant développé une allergie aux matières parfumées. L'usage de cette substance est réglementé au sein de l'Union européenne. La présence de cette substance doit ainsi être mentionnée si la concentration dépasse 0,001 % dans les produits qui ne se rincent pas et 0,01 % dans les produits qui se rincent.
Des études ont montré des effets toxiques possibles pour le système immunitaire humain, des effets neurotoxiques chez l'animal à doses modérées, des irritations de la peau chez l'animal à très petites doses.



CITRONELLYL METHYLCROTONATE :
Citronellyl Methylcrotonate est un ester de Citronellol (q.v.) and 3-methylcrotonoic acid.
Il est suspecté d’être une toxine environnementale.



COCAMIDE DEA
Cette substance est un composé semi synthétique dérivé de l'huile de coco.
Des études sur cette substance ont montré des effets toxiques sur le système immunitaire humain, des effets toxiques pour la peau humaine, des effets sur le système rénal chez les animaux à hautes doses, des effets sur le système respiratoire chez l'animal à hautes doses, des effets sur le foie chez l'animal à hautes doses, des irritations de la peau chez l'animal à petites doses, des formations de tumeurs chez l'animal à hautes doses, Cette substance est listée comme cancérigène possible.



COCAMIDE MEA
Limité dans les cosmétiques avec des restrictions d'utilisation, de concentration, ou de fabrication - pas de sécurité pour l’utilisation dans des produits aérosol.



COCAMIDOPROPYL BETAINE
Cette substance est un dérivé semi-synthétique dérivé de l'huile de coco. Tensioactive, cette substance est souvent utilisée avec le SLS (Sodium Laureth Sulfate) pour en atténuer les effets décapants.
Bien que considéré comme étant non nocif dans ses usages en cosmétique, le cocamidoprpoyl bétaïne est un toxique du système immunitaire.



COCAMIDOPROPYL BETAINE :
Cette substance est un dérivé semi-synthétique dérivé de l'huile de coco. Tensioactive, cette substance est souvent utilisée avec le SLS (Sodium Laureth Sulfate) pour en atténuer les effets décapants.
Bien que considéré non nocif dans ses usages en cosmétique, le cocamidoprpoyl bétaïne est un toxique du système immunitaire.



COLLAGEN :
Collagènes. Protéine fibreuse représentant le tiers du total des protéines des organismes des mammifères. Il s'agit d'un polypeptide composé de trois chaînes de peptides, riche en proline et en hydroxyproline.
Il peut être classé à risque en raison des maladies infectieuses de l’animal d’origine.



COPPER GLUCONATE :
Di-D-gluconate de cuivre. Suspecté d’être toxique pour les organes non reproductifs
Toxique pour l’environnement et la faune.



COUMARIN :
Bien qu'existant à l'état naturel dans les plantes, la coumarine utilisée dans les cosmétiques est généralement synthétique. On l'appelle également Benzopyrone.
Dérivé d'un acide aminé, elle possède des propriétés antioxydantes. Son odeur est celle du foin coupé.
L'usage de cette substance est restreint au sein de l'Union européenne. Sa présence doit être indiquée lorsque sa concentration dépasse 0,001 % dans les produits qui ne se rincent pas et 0,01 % dans les produits qui se rincent.
C'est un allergène reconnu et elle est photo sensibilisante.
 Des études animales sur cette substance ont montré des effets neurotoxiques à doses modérées, des effets toxiques sur le foie à faibles doses, des perturbations endocriniennes à hautes doses. Par ailleurs, cette substance est un toxique reconnu du système immunitaire humain et elle est également suspectée d'être cancérigène.



CYAMOPSIS TETRAGONOLOBA (GUAR) GUM :
Cyamopsis Tetragonolobus Gum est une substance résineuse tirée de l'endosperme broyé de Cyamopsis tetragonolobus - Légumineuses
toxiques pour le système immunitaire et respiratoire - Irritant pour la peau, les yeux et les poumons.
Très peu d'études d'innocuité ont été menées sur cette substance.



CYCLOHEXASILOXANE :
Cette substance fait partie de la famille des silicones. Cette substance persiste et s'accumule dans l'environnement et dans la faune.
Des études sur les animaux ont montré des effets toxiques sur le foie et des perturbations endocriniennes à hautes doses.



CYCLOMETHICONE
Des études sur les animaux ont montré des irritations de la peau à doses modérées. Cette substance persiste et s'accumule dans le milieu naturel et dans la faune.



CYCLOPENTASILOXANE :
Des études sur les animaux ont montré, pour les produits de maquillage contenant cette substance, des effets sur les organes à des doses modérées, ainsi que des irritations de la peau.
De plus, cette substance est persistante dans le milieu naturel (non biodégradable) et s'accumule dans le milieu naturel.
Lors d’analyses sur les animaux, il a été constaté des formations de tumeurs cancéreuses, des effets endocriniens et des effets neurotoxiques.



DECETH-3 :
Deceth-3 est un polyéthylène glycol ether du decyl alcohol.
Syn. : PEG-3 DECYL ETHER,  POLYETHYLENE GLYCOL (3) DECYL ETHER ; POLYOXYETHYLENE (3) DECYL ETHER.
De petites quantités de 1,4-dioxane, un sous-produit d'éthoxylation, peuvent être trouvées dans les ingrédients Deceth.
Les ingrédients Deceth peuvent être utilisés dans les cosmétiques et les produits de soins personnels vendus en Europe, selon les dispositions générales de la directive sur les cosmétiques de l'Union européenne.
Le 1,4-dioxane est cancérogène chez l'animal, il produit des tumeurs hépatiques et nasales. Il est classé cancérogène catégorie 3 par l'UE et dans le groupe 2B (cancérogène possible pour l'homme) par le CIRC.



DECYL GLUCOSIDE :
substance semi-synthétique dérivée de sucres et d'alcools gras ou de pétrole. Très peu d'études d'innocuité ont été menées sur cette substance.



DECYL OLIVE ESTERS :
Peu d’études ont été effectuées.



DEHYDROACETIC ACID :
L'usage de cet ingrédient est restreint par l'Union européenne qui le considère comme toxique et nuisible. À ce titre, sa concentration maximum ne doit pas dépasser 0,6 % et il est interdit dans les aérosols. Il arrive que certains fabricants l'incluent dans leurs listes INCI sous le terme dehydracetic .



2,4-DIAMINOPHENOXYETHANOL HCL :
Des études ont montré que le 2,4-Diaminophenoxyethanol HCl était pratiquement non irritant pour les yeux, et légèrement irritant pour la peau lorsqu'il est testé à une concentration de 4,0 %.
Sur la base des données disponibles, le 2,4-Diaminophenoxyethanol dichlorhydrate provoquerait une faible sensibilisation chez les humains. Des études de développement de 2,4-Diaminophenoxyethanol n'a pas abouti à des effets. La plupart des tests de génotoxicité chez les bactéries se sont révélés négatifs. 2,4-Diaminophenoxyethanol HCl n'a pas été actif dans les études de génotoxicité chez les animaux. Sur la base des résultats de deux études, le 2,4-Diaminophenoxyethanol n'était pas une substance cancérogène.
2,4-Diaminophenoxyethanol et ses sels sont énumérés dans la directive sur les cosmétiques de l'Union européenne et peuvent être utilisés comme un oxydant colorant pour la coloration des cheveux à une concentration maximale de 4,0 % dans le produit fini, ou lorsqu'il est utilisé en combinaison avec du peroxyde d'hydrogène, une concentration maximale d'utilisation à la demande de 2,0 %.



DICAPRYLYL CARBONATE ou DICAPRYLYL ETHER :
Quelques effets toxiques ont été relevés chez l'animal à hautes doses.



DIETHYLENE GLYCOL DIETHYLHEXANOATE/ DIISONONANOATE :
Diethylene Glycol Diethylhexanoate/Diisononanoate est un diester d’une mixture de 2-ethylhexanoic, isononanoic acids et diethylene glycol.
Des experts auraient indiqué que l'acide pélargonique n'est pas génotoxique ou toxique pour la reproduction ou le développement. À des concentrations de 12 % et moins, l'acide pélargonique n'est pas un irritant cutané. L’acide pélargonique n'est pas un sensibilisant. Les études sur les composés esters a indiqué que ces composés ne sont pas génotoxiques, et ils ne sont pas des irritants cutanés ou sensibilisants.
Les esters de l'acide pélargonique, y compris l'isononanoate d'isononyle, l'isononanoate Ethylhexyl et cetearyl isononanoate ne sont pas très solubles dans l'eau et ne pénètre pas facilement la peau. Toutefois, ces composés peuvent augmenter la pénétration cutanée d’autres substances. Des précautions doivent être prises dans la formulation de produits cosmétiques qui contiennent ces ingrédients en combinaison avec d'autres ingrédients pour lesquels l'absorption cutanée était un sujet de préoccupation.



DIISOSTEARYL MALATE :
Diisostearyl Malate est un diester d’isostearyl Alcohol (q.v.) et de Malic Acid (q.v.).
Manque de données à son sujet.
Toutefois, une étude japonaise indique que la substance a provoqué une chéilite (= une inflammation des lèvres).



DIMETHICONE :
Les silicones agissent comme des bouches pores au niveau de la peau et du cuir chevelu. Ils sont en outre quasiment non biodégradables et donc très polluants.



DIMETHICONOL :
Origine : Synthétique
Très peu d'études ont été menées sur cette substance. Cette substance est un polymère de silicone.



1,4-DIOXANE :
Le 1,4-dioxane est cancérogène chez l'animal, il produit des tumeurs hépatiques et nasales. Il est classé cancérogène catégorie 3 par l'UE et dans le groupe 2B (cancérogène possible pour l'homme) par le CIRC.



DIPALMITOYLETHYL HYDROXYETHYLMONIUM METHOSULFATE
Irritant cutané et polluant pour l’environnement



DIPROPYLENE GLYCOL :
Cette substance est un irritant reconnu pour l'homme.
Des études sur des animaux ont montré des effets toxiques sur les reins à doses modérées, des effets neurotoxiques à hautes doses.



DIISOSTEARYL MALATE :
Peu d’études ont été effectuées.



DISODIUM EDTA :
Des études sur cette substance ont montré des effets neurotoxiques chez l'animal à petites doses, des perturbations endocriniennes chez l'animal à hautes doses, des effets reprotoxiques chez l'animal à hautes doses, des mutations cellulaires chez les mammifères.
Par ailleurs, cette substance favorise l'absorption des autres substances dans la peau.



DISODIUM LAURETH SULFOSUCCINATE :
Cette substance est un composé synthétique dérivé d'acide gras et d'oxyde d'éthylène.
Cette substance peut être contaminée par de l'oxyde d'éthylène et du dioxane. Très peu d'études d'innocuité ont été menées sur cette substance.
Des irritations de la peau ont été constatées.



DISPERSE BLACK 9 :
Colorant pour cheveux.
Disperse Black 9 est légèrement toxique, voire non toxique lorsqu'il est administré par voie orale et pratiquement non toxique lorsqu'il est administré par voie intrapéritonéale. Le colorant est non irritant pour les yeux et la peau et n'est pas sensibilisant. Une suspension à 3 % du colorant ne produit aucune irritation ou de sensibilisation sur des sujets humains.
Disperse Black 9 était mutagène dans quatre systèmes de dosage différents. Un test de laboratoire sur une formulation de teinture pour les cheveux contenant le Disperse Black 9 a indiqué que le composé n'a pas été pas cancérogène lorsqu'il est appliqué par voie cutanée.
Le Disperse Black 9 est considéré comme étant sûr pour une utilisation comme ingrédient de teinture pour les cheveux.



DISTEARDIMONIUM HECTORITE :
Octadécanaminium-1, N,N-diméthyl N-octadécyl-, chlorure, produits de réaction avec l'hectorite. Très peu d'études d'innocuité ont été menées sur cette substance. Le disteardimonium hectorite est un «composé d'ammonium quaternaire": une vaste famille de conservateurs, de germicides et antiseptiques ; il a été créé par une réaction avec l'hectorite (un minéral). Les solutions diluées sont utilisées en médecine pour stériliser la peau. Utilisé comme un «agent de suspension», souvent avec des pigments.
Très peu d'études d'innocuité ont été menées sur cette substance.



DMDM HYDANTOIN :
L'usage de cette substance est restreint par l'Union européenne à une concentration maximale de 0,6 %. Son usage est réglementé au Japon. Cette substance est également nommée "Glydant".
Cette substance est un allergène reconnu. C'est également un libérateur de formaldéhyde !
Cette substance est un toxique reconnu pour la peau et le système immunitaire. Elle est reconnue comme dangereuse lorsqu'elle est utilisée dans des aérosols.
Des études sur les animaux ont également montré des effets toxiques sur le foie, les reins et le système gastro-intestinal.



ETHANOL :
À ce jour, l’éthanol est avant tout redouté pour son inflammabilité. L’éthanol à 70 % volumique, par exemple, peut s’enflammer au passage d’une flamme lorsqu’il est à une température de 21 °C. L’éthanol est très volatil. La consommation excessive et régulière d’alcool s’est révélée dangereuse pour la santé. Les effets et les mécanismes de l’éthanol par ingestion sont : cirrhose du foie, cancers, troubles du système nerveux, syndrome d'alcoolisation fœtale sont les pathologies les plus graves provoquées par la consommation excessive de boissons alcoolisées (INSERM, 2001). 
Il est également reconnu que l'inhalation de vapeurs d’éthanol et le contact cutané peuvent être une source d’irritation locale.



ETHANOLAMINE :
Des études sur cette substance ont montré des effets sur le système respiratoire chez l'homme, des effets sur le système immunitaire chez l'homme, des effets toxiques pour la peau chez l'homme, des effets neurotoxiques chez l'animal, des mutations de cellules chez les mammifères, des perturbations endocriniennes à fortes doses chez l'animal, des effets reprotoxiques à fortes doses chez l'animal, des effets irritants sur la peau chez l'homme.



ETHER ETHILIQUE (panthényl) :
ou l’éther diéthylique liquide peut être absorbé par la peau, mais, en raison de sa volatilité très élevée, la très grande majorité du liquide s'évaporera avant de pénétrer la peau ; cette évaporation produira d'ailleurs une sensation de froid intense. Lors de contact accidentel du liquide avec la peau, sa faible solubilité dans l'eau nécessite l'utilisation de savon et d'eau afin d'éliminer le produit.
Lors d'une fuite ou d'un déversement, il faut tenir compte du fait que l'éther diéthylique a la propriété de flotter sur l'eau en raison de sa densité inférieure à celle de l'eau, et de sa faible solubilité dans l'eau.
NOTE : La valeur de DIVS de l'éther diéthylique n'est pas reliée à un danger pour la santé, mais indique uniquement un danger d'explosibilité ; elle représente 10 % de la LIE.
Voir : http://www.reptox.csst.qc.ca/Produit.asp?no_produit=3699



ETHOXYDIGLYCOL :
Des études de toxicité cutanée ont constaté un faible degré de toxicité. Le butylène glycol a causé une légère irritation cutanée, mais aucune preuve de sensibilisation. Un certain nombre de formulations de produits contenant ces glycols à des concentrations allant jusqu'à 21,4 % ont été testées dans diverses irritations de la peau humaine et des tests de sensibilisation. Le degré d'irritation produite dépendait du produit particulier. Il n'y avait pas de corrélation entre le degré d'irritation et de la concentration du glycol présent dans le produit. Il n'y avait pas de réactions indicatives de sensibilisation de la peau à ces glycols dans les tests de sensibilisation cutanée et de phototoxicité ou de photosensibilisation.



ETHYLHEXYLGLYCERIN :
Irritant reconnu pour la peau, les yeux et les poumons.



ETHYLHEXYL METHOXYCINNAMATE :
L'usage de cette substance est limité à 10 % par l'Union européenne. Cette substance est un très puissant allergène. Elle serait également considérée comme étant une perturbatrice endocrinienne.



ETHYLHEXYL PALMITATE :
Substance irritante pour la peau, les yeux et les poumons : forte évidence.



ETHYLHEXYL STEARATE :
Cette substance est un irritant pour la peau, les yeux et les poumons de l'être humain (forte évidence). Très peu d'études d'innocuité ont été menées sur cette substance.



ETHYLPARABEN :
Les parabènes sont principalement soupçonnés d'être des déclencheurs d'allergies et de cancérogénicité. Il a été démontré qu'ils peuvent déplacer les inhibiteurs des cellules cancéreuses et donc d'augmenter leur prolifération. Les parabènes sont également des allergènes (réactions cutanées) ayant un pouvoir allergisant modéré. Ils ont également des propriétés ostrogéniques favorisant la prolifération de cellules cancéreuses hormono-sensible.



ETHYLHEXYL SALICYLATE :
Des recommandations limitent les concentrations dans les produits. Plusieurs études ont montré que la substance peut avoir des effets sur le système immunitaire.
Soupçonné d'être une toxine environnementale



EUGENOL :
L'eugénol est un phénol présent entre autres dans le clou de girofle (il peut représenter jusqu'à 85 % d'un clou de girofle). C'est un irritant pour la peau et un allergène très puissant. Son usage a été restreint dans les cosmétiques par l'Union européenne. Il doit impérativement apparaître dans la liste des ingrédients INCI si sa concentration dépasse 0,001 % dans un produit qui se rince et 0,01 % dans un produit qui ne se rince pas.
Il est utilisé notamment par les chirurgiens-dentistes, pour ses propriétés analgésiques et antiseptiques. Mélangé avec de l'oxyde de zinc, il permet aux dentistes de réaliser des pansements et des obturations de canaux.
Des études sur cette substance ont montré des effets toxiques sur le système immunitaire humain, des effets neurotoxiques sur les animaux à faibles doses, des effets sur le système respiratoire chez les animaux à très petites doses lorsqu'il est utilisé dans des produits aérosols, des perturbations endocriniennes chez l'animal à hautes doses, des irritations de la peau chez l'animal à très faibles doses.
Par ailleurs, on soupçonne cette substance, dans certains cas particuliers, d'avoir des effets cancérigènes légers. Ce n'est toutefois pas un cancérigène avéré.
Dans : Clou de girofle, Cannelle, Marjolaine, Muscade, Piment rouge, rose.



FARNESOL :
Cette substance odorante (odeur de muguet) est un alcool sesquiterpénique présent dans de nombreuses huiles essentielles, dont notamment la citronnelle, le néroli, la rose, lemon-grass, etc. Cette substance est un antimite naturel.
Cette substance est allergène. L'usage de cette substance est réglementé par l'Union européenne. Elle doit être mentionnée dans les ingrédients INCI si sa concentration dépasse 0,001 % dans les produits qui ne se rincent pas et 0,01 % dans les produits qui se rincent.
Des études sur cette substance ont montré de probables effets toxiques sur le système immunitaire humain, des effets neurotoxiques sur les animaux à doses modérées, des mutations cellulaires sur des micro-organismes lors de tests in vitro, des effets toxiques sur les reins chez l'animal à hautes doses.
Cette substance est considérée comme sans danger pour l'homme sous réserve de respecter les concentrations recommandées.



GERANIOL :
Cette substance est un alcool que l'on retrouve, entre autres, à l'état naturel dans les huiles essentielles de Pomme, Abricot, Airelles Noires, Cassis, Mûre, Coriandre, Gingembre, Muscade, Thym, Géranium, Rose, Palma rosa, Ylang-Ylang.
Cette substance est classée comme un irritant et un allergène pour l'homme. L'Union Européenne réglemente l'usage de cette substance dans les cosmétiques. Sa présence doit être signalée dans la liste des ingrédients INCI si la concentration dépasse 0,001 % pour un produit qui ne se rince pas et 0,01 % pour un produit qui se rince.
Des effets sur le foie et les reins ont été observés sur les animaux à hautes doses



GLUCOSE OXIDASE :
Cette substance est un enzyme.
Des études sur les animaux ont montré des perturbations endocriniennes à très petites doses, des effets sur le système respiratoire à très petites doses lorsqu'elle est utilisée dans des produits aérosol, des effets toxiques sur le sang à très petites doses, des irritations de la peau à doses modérées



GLUTAMIC ACID :
Cette substance, aussi appelée E620, est l'un des 20 acides aminés constituant les protéines.
Cette substance est synthétisée par le corps humain. Une trop forte concentration, due à des apports externes trop importants, est aujourd'hui soupçonnée de jouer un rôle dans des maladies neurologiques comme la maladie d'Alzheimer, la sclérose latérale amyotrophique ou bien encore le lathyrisme. Cette substance serait également impliquée dans les crises d'épilepsie.
Des études sur des animaux ont montré des effets toxiques sur le système cardio-vasculaire à très petites doses, des effets toxiques sur le système respiratoire à très petites doses lorsqu'elle est utilisée dans des produits aérosol, des effets neurotoxiques à doses modérées, des mutations cellulaires chez les mammifères lors de tests in vitro.



GLYCERETH-26 :
Cette substance synthétique est un dérivé de la glycérine et de l'oxyde d'éthylène. Cette substance est un éther de PEG. Aucune étude d'innocuité n'a été menée sur cette substance.



GLYCERIN ou GLYCEROL :
Elle peut être d'origine végétale ou animale, mais elle peut également être synthétisée à partir de matières glucidiques ou parmi des substances telles que le propylène.
Des études sur la glycérine ont montré : des effets reprotoxiques chez l'animal à doses modérées, des effets neurotoxiques à hautes doses, des perturbations endocriniennes à hautes doses, des effets neurotoxiques à hautes doses, des mutations cellulaires chez les mammifères.
La glycérine peut être utilisée dans les cosmétiques et produits de soins personnels vendus en Europe, selon les dispositions générales de la directive sur les cosmétiques de l'Union européenne. La glycérine issue de matières premières d'origine animale doit être conforme aux règlements européens sur les produits issus d’animaux.



GLYCERYL BEHENATE :
Glyceryl Behenate est un monoester de glycérine et de behenic acid.
Cette substance est un irritant avéré pour l'homme, notamment lorsqu'elle est utilisée dans des produits de maquillage. Cette substance favorise l'absorption des autres composants par la peau.
Irritant pour la peau, les yeux et les poumons.



GLYCERYL CAPRATE:
Irritant connu pour la peau, les yeux et les poumons. Il facilite la pénétration dans la peau des autres substances. Quand le respect absolu des dosages est tenu compte, il n’y a pas de risques.



GLYCERYL CAPRYLATE :
Cette substance est un composé synthétique dérivé de la glycérine et d'acides gras.
Cette substance est irritante pour l'être humain notamment lorsqu'elle est utilisée dans des produits de maquillage et dans des aérosols. Par ailleurs, elle favorise l'absorption des autres substances par la peau.



GLYCERYL DISTEARATE :
Glyceryl Distearate est un diester de glycérine et d’acide stéarique.
Serait sûr pour une utilisation dans les cosmétiques, sous réserve de limitations de concentration ou d’utilisation.
Considéré comme toxine environnementale incertaine.



GLYCERYL ISOSTEARATE :
Non dilué les monoesters de glycéryle peuvent produire des irritations cutanées mineures, en particulier dans la peau abrasée, mais en général ces ingrédients ne sont pas irritants dans les cosmétiques et produits de soins personnels, car les dans les concentrations utilisées sont trop faibles.



GLYCERYL LAURATE :
Irritant de la peau, des yeux et des poumons. Pénétrant de la peau.
L’usage en cosmétiques est strictement réglementé.



GLYCERYL LINOLEATE :
Irritant pour la peau, les yeux, les poumons (sévères constats)
L’usage en cosmétiques est strictement réglementé.
Très pénétrant dans la peau.



GLYCERYL OLEATE :
Cette substance est un irritant reconnu pour l'être humain notamment lorsqu'il est utilisé dans les produits de maquillage ou dans les aérosols.



GLYCERYL UNDECYLENATE :
Certaines études indiquent qu’il faut l’utiliser dans des limites strictes recommandées. Il constitue un activateur de pénétration de la peau.



GLYCOL DISTEARATE
Cette substance est un composé synthétique dérivé du glycol (lui-même dérivé du pétrole) et d'acides gras. Les études ont prouvé que la substance produit une faible toxicité, une faible irritation de la peau et des yeux. Lorsqu'elle est faite à partir de plantes, le stéarate de glycol, le stéarate de glycol SE, et le distearate peuvent être utilisés dans les cosmétiques et produits de soins personnels vendus en Europe, selon les dispositions générales de la directive sur les cosmétiques de l'Union européenne. Ingrédients d'origine animale doivent être conformes aux règlements.



GUAR HYDROXYPROPYLTRIMONIUM CHLORIDE
Cette substance est un composé éthoxylé.
Des études sur les animaux ont montré des effets neurotoxiques à hautes doses, des effets toxiques sur le système respiratoire à hautes doses lorsque cette substance est employée dans des aérosols.



HC BLUE 2 :
C’est un colorant pour cheveux.
Des études  ne montrent aucune preuve d'irritation cutanée, ni de sensibilisation, ou de photosensibilisation, et aucune irritation oculaire. Alors que le HC Blue n ° 2 est mutagène, il ne serait pas cancérogène. Les données cliniques ont indiqué une légère irritation et pas de sensibilisation.



HC YELLOW NO. 2 :
Colorant pour cheveux.
Le composé serait un irritant oculaire mineur lorsqu'il est testé à une concentration de 10 %. Ce n'était ni un sensibilisant, ni agent photosensibilisant à 10 %. Il n'était pas toxique pour le développement. HC Yellow n ° 2 ne serait pas mutagène.
Le HC Yellow n ° 2 serait sûr pour une utilisation dans les teintures capillaires à des concentrations allant jusqu'à 3 %.



HC YELLOW NO. 4 :
Colorant pour cheveux.
Au cours d’études menées, le HC Yellow n ° 4 n'aurait produit aucune irritation, sensibilisation, ou photosensibilisation. Le HC Yellow n ° 4 s'est révélé mutagène dans plusieurs tests, mais aucune preuve de la cancérogenèse a été trouvée dans les études par voie orale ou dermique.
La présence d'un faible niveau d'impureté dérivé de nitroaniline n'a pas été considérée présenter un risque pour la santé humaine parce que les produits contenant du HC Yellow n ° 4 sont utilisés d'une manière brève et discontinue, suivie d'un rinçage.



HC RED 3 :
Colorant pour cheveux.
Suspecté d’être cancérigène par certaines études et contredit par d’autres tests.
Une restriction a été fixée : l’ingrédient ne doit pas être utilisé dans les produits contenant du N-nitrosation, car il pourrait résulter à la formation de composés nitrosamines supplémentaires.
D’autres sources prétendent qu’il serait un irritant pour la peau.



HEXANEDIOL, 1,2-HEXANEDIOL :
Il contient de nombreux produits chimiques dans sa composition, y compris: Alpha-lipoïque acides, un antioxydant ; chrysine, un bioflavonoïde anti-inflammatoire ; diosgénine, un responsable de la bonne santé des taux de cholestérol du sang ; chlorhydrate de glucosamine, ce qui ralentit la dégénérescence des articulations, et l'indole -3-carbinol, un nutriment qui peut prévenir le cancer.
Toutefois, il est connu pour être un irritant dans certains cas, surtout pour les yeux. Il peut également causer une dermatite.



HEXYL CINNAMAL
Considéré comme un toxique possible pour le système immunitaire humain.
Recommandé de restreindre l’usage dans les produits cosmétiques - restrictions sur l'utilisation, la concentration ou la fabrication.
Non soupçonné d'être une toxine environnementale



HEXYLDECANOL :
Cette substance est un composé synthétique dérivé d'acides gras et du pétrole.
Bien que l’hexyldécanol est généralement considéré comme un ingrédient sûr, une étude publiée au sujet de la dermatite de contact a noté une réaction de «dermatite sévère imitant la thrombose veineuse profonde causée par de l’hexyldecanol."



HEXYLENE GLYCOL :
Origine : Synthétique. Cette substance peut être dérivée d'acides gras ou de pétrole.
Cette substance est un toxique reconnu pour le système immunitaire humain. Elle est également classifiée comme irritante. Elle est également soupçonnée d'avoir des effets neurotoxiques chez l'homme.
Des études sur les animaux ont également montré des perturbations endocriniennes à hautes doses, des effets toxiques sur le foie et les reins à petites doses, des irritations de la peau à petites doses.



HYDRATED SILICA :
Cette substance est aussi appelée acide silicique. Cette substance s'accumule dans la faune, dans le milieu naturel et dans l'être humain.
Cette substance a été suspectée d'être cancérigène, sans que cela soit confirmé.



HYDROGENATED OIL :
Le procédé d'hydrogénation consiste à ajouter de l'eau dans de l’huile.
Il s’agit d’huiles végétales transformées en beurre. On utilise un procédé d’hydrogénation (industriel ou artisanal). Les acides gras insaturés sont transformés en acide gras saturé en leur apportant des hydrogènes en plus. Les huiles hydrogénées ne seraient pas toxiques lorsqu'elles sont utilisées à l'extérieur du corps. Cependant, elles sont nocives pour les vaisseaux sanguins lorsqu’elles sont prises en interne par les aliments. Les huiles hydrogénées sont utilisées dans l'industrie alimentaire, car ils sont moins chers et ajouter du volume et du poids des aliments. Les huiles hydrogénées dans les produits de soins naturels sont souvent utilisées à la place d'émulsifiants nocifs tels que le PEG.



HYDROGENATED CASTOR OIL :
Huile de ricin hydrogénée
L'hydrogénation de l'huile de ricin a pour but de la rendre plus dure. Très peu d'études ont été menées sur cette substance.
Suspecté d’être une toxine environnementale persistante ou bio cumulable



HYDROGENATED LECITHIN : (VOIR LECITHIN)
La lécithe est un lipide naturel qui est hydrogéné pour le rendre plus dur (plus consistant).
Cette substance serait considérée comme étant sans danger dans les cosmétiques. Toutefois, cette substance favorise l'absorption par la peau d’autres substances, il convient donc de vérifier l'innocuité des autres substances présentes dans un produit la contenant.



HYDROGENATED POLYDECENE :
Soupçonné d’être toxique, bio cumulable et persistant pour l’être humain.
Suspecté d’être une toxine environnementale.


HYDROGENATED VEGETABLE OIL :
Huiles végétales modifiées par hydrogénation afin de les rendre solides. Peuvent causer des irritations aux yeux, mais pas à la peau.



HYDROGENATED PALM GLYCERIDES CITRATE : le processus chimique d'hydrogénation permet de rendre les huiles plus solides.
Aucune étude d'innocuité n'a été menée sur cette substance.



HYDROGEN PEROXIDE :
Le peroxyde d'hydrogène est utilisé comme agent antimicrobien et comme biocide. Au Japon, il est interdit et trouvé dangereux pour les produits cosmétiques ; une exception est faite pour les produits capillaires. L'utilisation est limitée dans les cosmétiques canadiens avec des recommandations et des exigences d’utilisation, de concentration et des restrictions de fabrication bien spécifiques surtout pour les produits utilisés pour les lèvres. En Europe, il est considéré comme étant toxique et nocif pour les produits utilisés autour de la bouche, sur les lèvres et les aérosols. Il a été considéré comme étant un irritant modéré pour la peau. Toutefois, le peroxyde d'hydrogène peut être utilisé dans les soins des cheveux, soins de la peau, des ongles, et les produits d'hygiène buccale à des concentrations maximales de 12 %, 4 %, 2 % et 0,1 %, respectivement.



HYDROGENATED POLYISOBUTENE :
Polymère synthétique.
En général, il n’est pas considéré comme un danger sérieux pour la santé. Il devrait avoir pourtant avoir un faible degré de toxicité lors de l'inhalation. Il constitue un irritant pour les yeux. Il peut causer des irritations aux yeux comme des picotements, des larmoiements et des rougeurs. Il peut causer une légère irritation cutanée et des réactions allergiques peuvent se produire.
Aucun effet nocif connu lors de l'ingestion.



HYDROLYZED JOJOBA ESTERS :
Pas de contre-indication connue.



HYDROXYCITRONELLAL :
L'usage de cette substance est réglementé par l'Union européenne. Sa présence doit être indiquée dans la liste des ingrédients INCI si sa concentration dépasse 0,001 % dans les produits qui ne se rincent pas et 0,01 % dans les produits qui se rincent.
Cette substance est allergène et est considérée comme toxique pour le système immunitaire humain. Des études sur les animaux ont également montré des effets toxiques à très petites doses lorsqu'elle est utilisée dans des produits de maquillage ainsi que des irritations de la peau à petites doses.



HYDROXYETHYL ACRYLATE
Toxique pour le système immunitaire. Classé comme toxique ou nocif.
Irritant modéré pour la peau, les yeux et les poumons.
Toxique pour la faune et l’environnement.



HYDROXYETHYLCELLULOSE :
Ce composé semi-synthétique est un dérivé de la cellulose. C'est un produit éthoxylé. Des études sur cette substance ont montré des effets reprotoxiques chez l'animal à hautes doses, des effets neurotoxiques chez l'animal à hautes doses, des effets cardio-vasculaires chez l'animal à hautes doses.
Il est considéré comme représentant de faibles risques pour la santé humaine, cette substance peut être utilisée dans les cosmétiques selon des dosages limités.



HYDROXYISOHEXYL-3-CYCLOHEXENE CARBOXALDEHYDE
En Europe, Hydroxyisohexyl 3- carboxaldéhyde a été associé à des allergies et des dermatites de contact. Il est inclus dans la liste des substances "allergènes". La présence de Hydroxyisohexyl 3-carboxaldéhyde doit être indiquée dans la liste des ingrédients lorsque sa concentration est supérieure à des pourcentages précis.



HYDROXYPROPYL BIS (N-HYDROXYETHYL-p-PHE-NYLENEDIAMINE) HCI : L’hydroxypropyl bis (N-hydroxyéthyl-p-phénylènediamine) HCl pourrait être utilisé en toute sécurité dans les formulations de teintures capillaires d'oxydation à une concentration maximale de 3,0 %. Cependant, comme les colorants capillaires d'oxydation sont mélangés avec du peroxyde d'hydrogène avant l'application, le maximum de concentration ne doit pas dépasser 1,5 %. L’Hydroxypropyl bis (N-hydroxyéthyl-p-phénylènediamine), HCl est un sensibilisateur, d’où les produits cosmétiques contenant cette substance doivent porter une étiquette d'avertissement d'un risque de sensibilisation.



HYDROXYPROPYL GUAR HYDROXYPROPYLTRIMONIUM CHLORIDE :
Le chlorure d'hydroxypropyltrimonium de guar est un composé organique qui est un dérivé soluble dans l'eau d'ammonium quaternaire de gomme de guar. Il donne des propriétés de conditionnement aux shampooings et après-shampoings produits de soins capillaires. Les effets de la densité de charge cationique, la concentration de guar en solution aqueuse, et le temps de traitement sur les cheveux blanchis ont été étudiés. Une méthode d'essai mécanique a été appliquée avec succès pour déterminer l'efficacité des guars cationiques pour améliorer la facilité de peignage. Les résultats ont été confirmés dans une formulation de shampooing à la fois sur vierge et cheveux décolorés.
Voir : http://www.healthdiscussions.org/hd/index.php?t=hydroxypropyl+guar+hydroxypropyltrimonium+chloride
Cette substance est un composé éthoxylé.
Des études sur les animaux ont montré des effets neurotoxiques à hautes doses, des effets toxiques sur le système respiratoire à hautes doses lorsque cette substance est employée dans des aérosols.



IMIDAZOLIDINYL UREA :
L'usage de cette substance est restreint par l'Union européenne à une concentration maximale de 0,6 %. Cette substance est aussi appelée "Germal 115".
C'est un puissant conservateur qui est très actif contre les bactéries et les champignons. C'est un puissant allergène et un libérateur de formaldéhyde. C'est un toxique reconnu du système immunitaire humain et un toxique reconnu de la peau humaine.
Des études sur les animaux ont également montré des effets toxiques sur le système gastro-intestinal à hautes doses.



ISOBUTANE :
Isobutane contenant moins de 0,1 % m/m de butadiène
Cette substance est un gaz naturel inflammable dérivé du pétrole. Elle est généralement utilisée comme gaz propulseur en remplacement des CFC pour limiter les effets sur la couche d'ozone et  sur l'effet de serre.
Cette substance est un toxique avéré pour l'être humain. C'est également un irritant avéré pour l'homme lorsqu'elle est utilisée dans des produits aérosol ou dans des produits de maquillage.



ISOBUTYLPARABEN :
Les parabènes sont principalement soupçonnés d'être des déclencheurs d'allergies et de cancérogénicité. Il a été démontré qu'ils peuvent déplacer les inhibiteurs des cellules cancéreuses et donc d'augmenter leur prolifération. Les parabènes sont également des allergènes (réactions cutanées) ayant un pouvoir de prolifération de cellules cancéreuses hormono sensibles.



ISOCETYL STEARATE :
Isocetyl Stearate est un ester d’isocetyl Alcohol (q.v.) et de stearic acid.
Des preuves solides attestent qu’il constitue un irritant humain surtout quand il est utilisé dans des produits de soin autour des yeux, sur la peau ou sous forme d’aérosol. D’autres études attesteraient du contraire. Il serait toutefois comédogène.
Il est soupçonné être une toxine environnementale, persistante ou bio cumulable.
Le stéarate d'isocétyle aurait une faible toxicité et aurait provoqué des réactions allergiques à des concentrations plus élevées que celles des produits cosmétiques ordinaires. Il ne serait ni sensibilisant ni phototoxique.



ISODODECANE :
Cette substance est un produit issu de l'industrie pétrochimique et qui est notamment utilisée dans les mascaras et fards à paupières waterproof à cause de son insolvabilité dans l'eau.
Très peu d'études d'innocuité ont été menées sur cette substance
Peu irritant pour la peau et les yeux. Toutefois, il vaut mieux ne pas l’utiliser sur une peau blessée, car la substance pourrait pénétrer dans l’organisme. Il peut provoquer des gerçures, une desquamation et une sécheresse de la peau lors d’usage fréquents


ISOEUGENOL :
L'usage de cette substance dérivée de l'eugénol est restreint par l'Union européenne. Sa présence doit être indiquée si la concentration dépasse 0,001 % dans les produits qui ne se rincent pas et 0,01 % dans les produits qui se rincent.
Cette substance est un allergène reconnu et un toxique reconnu du système immunitaire humain.
Des études sur des animaux ont montré des mutations cellulaires chez les mammifères lors de tests in vitro, des effets neurotoxiques à doses modérées, des effets toxiques sur le métabolisme et le foie à doses modérées, des perturbations endocriniennes à hautes doses, des effets reprotoxiques à hautes doses, des irritations de la peau à très petites doses.
Dans : Ylang-Ylang



ISOHEXADECANE :
Hydrocarbures en C4, exempts de butadiène-1,3, polymérisés, fraction tétra-isobutylène hydrogénée.
Cette substance est dérivée du pétrole. Peu d'études ont été menées sur cette substance qui est utilisée principalement dans les fonds de teint et les produits de maquillage.
Suspecté être toxique pour l’être humain, bio cumulable et toxique pour l’environnement. Risque de provoquer des dermatites de contact.



ISOPENTANE :
L’isopentane est un hydrocarbon.
Synonymes : BUTANE, 2-METHYL-; 2-METHYLBUTANE ; 1,1,2-TRIMETHYLETHANE ; 2-METHYL- BUTANE; BUTANE, 2METHYL ; 1,1,2-TRIMETHYLETHANE ; 2-METHYLBUTANE ; ETHYLDIMETHYLMETHANE ; ISOAMYLHYDRIDE ; ISOPENTANE (ACGIH)
Des preuves solides attestent qu’il constitue une substance toxique pour l’homme.
Il est classé comme étant un irritant pour la peau. Classé comme produit potentiellement toxique ou nocif pour l'utilisation autour de la bouche et sur les lèvres.
Considéré comme toxique pour la faune et l’environnement.



ISOPROPYL ALCOHOL :
L’isopropyl alcohol est un solvant commun. Cette substance synthétique est aussi appelée Isopropanol.
Des études sur cette substance ont montré des effets neurotoxiques prouvés chez l'être humain, des effets toxiques sur les reins, le système respiratoire, le système gastro-intestinal et le système cardio-vasculaire chez l'animal à petites doses, des effets reprotoxiques chez l'animal à hautes doses, des irritations de la peau, des mutations cellulaires chez les mammifères lors de tests in vitro, cependant, cette substance n'est pas classée comme cancérigène pour l'homme.



ISOPROPYL ISOSTEARATE :
Très peu d'études d'innocuité ont été menées sur cette substance.
Quelques études ont démontré des irritations de la peau et des yeux.



ISOPROPYL MYRISTATE :
Cette substance synthétique est un irritant reconnu pour l'être humain surtout lorsqu'il est utilisé dans des produits de maquillage ou des aérosols.



ISOPROPYL PALMITATE :
Cette substance est un composé synthétique dérivé d'acides gras. Des études sur cette substance ont montré des irritations de la peau chez l'animal à faibles doses, mais aussi des yeux.



ISOSTEARAMIDE MIPA:
Isostearamide MIPA est une mixture d’isopropanolamides - Isostearic Acid



ISOSTEARYL ALCOHOL :
N’est pas suspecté d’être toxique pour l’être humain ni bio cumulable, mais la substance est considérée comme étant toxique pour l’environnement.



KAOLIN : ou CI 77004
Substance présente à l'état naturel - kaolin (CI 77004). Le silicate d'aluminium hydraté (kaolin) est une argile plastique purifiée blanche composée de kaolinite, de silicate alumino-potassique, de feldspath et de quartz. Le kaolin est une argile blanche utilisée dans la fabrication de la porcelaine.
Selon certaines sources, le kaolin serait une argile au pouvoir absorbant ; son usage externe serait profitable aux peaux sèches ou fragiles ainsi qu'aux cheveux dévitalisés. Selon certaines sources, le silicate d’aluminium contenu dans le kaolin ne comporterait aucun risque de migration d’aluminium à l’intérieur du corps.
Son usage dans les produits cosmétiques serait dès lors considéré comme sans danger.
Cependant, des études sur les animaux ont montré des effets neurotoxiques à doses modérées ainsi que des effets sur le système respiratoire lorsque le kaolin est utilisé dans des aérosols.



LACTIC ACID :
L'acide lactique, aussi appelé E270, est un acide naturel (AHA : Alpha-Hydroxy-Acides) présent à l'état naturel dans le lait tourné. Les produits contenant des AHA sont autorisés au Canada si leur concentration maximale ne dépasse pas 10 %. Un certain nombre de mise en garde doivent apparaître sur la notice du produit, comme par exemple "éviter tout contact avec les yeux" ou "ne pas s'exposer au soleil après usage", etc. Le contact de produits contenant cette substance avec la peau doit être de fréquence et de durée limitée.
Des études sur les animaux ont montré des effets toxiques sur les reins et le sang à hautes doses, des mutations cellulaires, sans que toutefois les effets cancérigènes pour l'homme soient démontrés, des effets neurotoxiques à hautes doses, des irritations de la peau à très petites doses.



LANOLIN :
Lanoline : substance grasse obtenue à partir de laine de mouton. Elle contient une combinaison complexe d'esters et de polyesters, principalement des cholestérides et des isocholestérides des acides gras de poids moléculaire élevé.
La lanoline est une substance graisseuse sécrétée par les glandes sébacées du mouton pour protéger la laine et la rendre imperméable.
Cette substance est reconnue comme étant toxique pour le système immunitaire humain.



LANOLIN OIL :
L'huile de lanoline est la fraction liquide de la lanoline.
La lanoline est une substance graisseuse sécrétée par les glandes sébacées du mouton pour protéger la laine et la rendre imperméable.
La toxicité aiguë de cette substance est faible et les tests de sensibilisation cutanée sont négatifs. Une vaste expérience clinique indique qu'il y a une faible incidence de sensibilité à ce matériau chez les personnes exposées. Cela semble être dû principalement aux alcools de lanoline.
Il n'y a pas eu la preuve de photosensibilisation. Cependant, les effets comédogènes, ou la formation de boutons lors de l’usage de cosmétiques et produits de soins personnels contenant de la lanoline oil et des matières connexes ont été signalés.



LAURETH :
Les ingrédients laureth (laureth-1, Laureth-2, le laureth-3, Laureth-5, Laureth-6, Laureth-7, Laureth-8, Laureth-9, de laureth-10, laureth-11, laureth-12, laureth-13, laureth-14, laureth-15, laureth-16, laureth-20, laureth-21, laureth-25, laureth-30, laureth-38, laureth-40, laureth-50) sont des polyoxyethers de l'alcool laurylique. Le nombre dans le nom indique le nombre moyen d'unités d'oxyde d'éthylène dans la molécule. Dans les produits cosmétiques et d'hygiène personnelle, les ingrédients Laureth sont utilisés dans la formulation d'une variété de produits de bain, pour les  yeux, le visage, les cheveux, le nettoyage et les produits de protection solaire. Ils sont également utilisés dans les déodorants et des produits hydratants.



LAURETH-4 :
Laureth-4 est un polymère synthétique composé d'alcool laurylique et de PEG (polyéthylène glycol). En raison de la présence de PEG, cet ingrédient peut contenir des impuretés de fabrication potentiellement toxiques telles que le 1,4-dioxane.
Irritant humain - des preuves solides ont été mises à jour, surtout pour les produits à utiliser autour des yeux, sur la peau, ou sous forme d'aérosol (air)



LAURETH-7 :
Cette substance est un composé synthétique obtenu à partir d'acide laurique et d'oxirane (oxyde d'éthylène). Émulsifiants, tensioactifs, obtenus à partir de gaz toxiques et réactifs. Très peu d'études ont été menées sur cette substance.
Des groupes d'experts ont mené des recherches sur deux (Laureth-4 et Laureth-23). De nombreux Laureths ont reçu leur approbation quant à l’usage, y compris Laureth-7, pour l'utilisation en cosmétique. Cependant, de petites quantités de 1,4-dioxane, un sous-produit d'éthoxylation, peuvent être trouvées dans les ingrédients Laureth, et la présence potentielle de celui-ci peut être contrôlée par des étapes de purification et être enlevée avant de se fondre dans les formulations cosmétiques.



LAURETH-12 :
Laureth-12: Laureth-12 est un polymère synthétique composé d'alcool laurylique et de PEG (polyéthylène glycol). En raison de la présence de PEG, cet ingrédient peut contenir des impuretés de fabrication potentiellement toxiques tels que le 1,4-dioxane.
Le 1,4-dioxane est cancérogène chez l'animal, il produit des tumeurs hépatiques et nasales. Il est classé cancérogène catégorie 3 par l'UE et dans le groupe 2B (cancérogène possible pour l'homme) par le CIRC.



LAURETH-23 :
Ce composé synthétique est obtenu par modification chimique de l'acide laurique et d'oxirane. C'est un composé éthoxylé.
Des études sur cette substance ont montré des effets toxiques sur le cerveau et le système nerveux chez l'animal à faibles doses, des effets sur le système respiratoire chez l'animal à faibles doses, des effets sur les reins chez l'animal à faibles doses, des effets sur le système gastro-intestinal chez l'animal à  faibles doses, des effets sur le sang chez l'animal à doses modérées, des effets sur le foie chez l'animal à doses modérées, des effets irritants pour l'homme lorsqu’il est utilisé dans des produits de maquillage ou dans des aérosols, des perturbations endocriniennes chez l'animal à hautes doses, des mutations cellulaires chez les mammifères lors de tests in vitro.



LAURIC ACID :
Cette substance est aussi appelée acide dodécanoïque ou acide dodécylique.
Des études sur cette substance ont montré des effets neurotoxiques chez les animaux à hautes doses, des formations de tumeurs chez les animaux à hautes doses. Cependant cette substance ne semble pas être cancérigène pour l'homme. Des irritations de la peau chez l'animal à doses modérées peuvent se rencontrer.



LECITHIN :
Cette substance peut être extraite d'une grande variété d'animaux, d'oeufs ou de végétaux. Dans l'industrie cosmétique, elle provient généralement du soja.
Des études sur cette substance ont montré des effets toxiques sur le système respiratoire humain ainsi que des effets toxiques sur le système immunitaire humain lorsqu'elle est utilisée dans des aérosols, des effets neurotoxiques chez l'animal à doses modérées. Cette substance favorise en outre la pénétration des autres substances dans la peau. Généralement acceptée dans la fabrication de cosmétiques dans des limites strictes recommandées.



LIMONENE ou d-LIMONENE :
Effets toxiques sur le système immunitaire de l’homme.
Recommandations strictes d’utilisation en cosmétique.
Irritant pour les yeux, la peau, poumons. Effets reprotoxiques sur les animaux.
Toxique pour la faune et l’environnement.
Dans : citron



LINALOOL :
Le linalol est un alcool terpénique présent dans certaines huiles essentielles. C’est un allergène potentiel.
Son usage dans les cosmétiques est sans danger sous réserve de son degré de pureté lors du processus de fabrication.
Des études ont montré des effets neurotoxiques chez l'animal à doses modérées, des effets toxiques possibles sur le système immunitaire humain, des irritations de la peau chez l'animal à petites doses, des mutations cellulaires chez les mammifères.
L'union européenne impose que le linalool soit indiqué dans la liste des ingrédients INCI des produits cosmétiques si sa concentration dépasse 0.001 % dans les produits qui se rincent et 0.01 % dans les produits qui ne se rincent pas.
Dans : Bois de Rose (80 %), Bergamote, Lavande (30 %), Lavandin (30 %), Banane, mûre, Haricot, Myrtille, Pomme, Abricot, Artichaut, Thym, Rose, Palmarosa, Ylan-Ylang



LINOLEIC ACID :
Peu d'études sur cette substance, mais elle est suspectée être toxique pour l'environnement.



LYSINE :
Cette substance est l'un des 20 acides aminés constituant les protéines. Elle est notamment présente dans le lait non bouilli.
Des études sur cette substance ont montré des effets reprotoxiques à hautes doses et des mutations cellulaires chez les mammifères lors de tests in vitro.



M-AMINOPHENOL :
Synonym(s): m-AMINOPHENOL, 3-AMINOPHENOL; CI 76545; M-HYDROXYAMINOBENZENE; 3-HYDROXYANILINE; 3-HYDROXYBENZENAMINE; M-HYDROXYPHENYLAMINE; PHENOL, 3-AMINO-; 3-AMINO- PHENOL; PHENOL, 3AMINO; 3-AMINO-1-HYDROXYBENZENE; 3-AMINOPHENOL
Susceptible d’être cancérigène.
Le m-aminophénol est un colorant synthétique utilisé dans la coloration des cheveux ; il est produit à partir du goudron de houille.
Des études ont prouvé la toxicité pour la peau humaine. La substance doit être utilisée dans des concentrations bien spécifiques et pour des usages bien précis ; il a été dès lors déterminé sûr pour une utilisation dans les cosmétiques, sous réserve des limitations de concentration ou d'utilisation. Les preuves sont insuffisantes quant à son caractère cancérogène. Dans les produits utilisés autour de la bouche, les produits pour les lèvres, les aérosols, la substance a été classée comme toxique et nocive.

Le m-aminophénol est considéré comme étant toxique pour la faune et l'environnement.



MAGNESIUM ALUMINIUM SILICATE :
Description chimique : Acide silicique, sel d'aluminium et de magnésium.
Explications : Cette substance est considérée comme sans danger dans les cosmétiques, toutefois des études ont montré des effets neurotoxiques chez l'être humain, une toxicité avérée pour l'être humain.



MAGNESIUM SILICATE :
Soupçonné d’être cancérigène (preuves insuffisantes)
Soupçonné d’être toxique pour les voies respiratoires.
N’est pas considéré comme étant une toxine environnementale ou persistante ni bio cumulable.



MAGNESIUM STEARATE :
Cette substance (E572) est un colorant de couleur blanche. On le retrouve dans certains médicaments sous le nom de Séarate de Magnésium. Il est interdit en tant que colorant par les États-Unis.
Des études sur les animaux ont montré des perturbations endocriniennes à hautes doses ainsi que des effets toxiques sur le foie et le métabolisme.
L'acide stéarique du commerce est fait à partir de sels de stéarate sont fabriqués ; c’est en fait un mélange d'acides monocarboxyliques obtenus à partir de sources animales et/ou végétales.
Certaines études sur des cas d’absorptions orales indiquent que les sels de stéarate étaient pratiquement non toxiques, et qu’ils avaient un faible potentiel de toxicité aiguë par voie cutanée ; des irritations légères à des concentrations élevées ont été constatées. Les produits pharmaceutiques contenant du Stéarate de magnésium à 5,5 % n'étaient ni tératogènes ni mutagènes.
Il en a été conclu sur base des informations disponibles que les sels de stéarate étaient sûrs pour les produits cosmétiques.
Il peut être utilisé dans les cosmétiques et produits de soins personnels vendus en Europe, selon les dispositions générales de la directive sur les cosmétiques de l'Union européenne.



MALTITOL :
Cette substance édulcorante (substitut du sucre) est aussi appelée E965.
Des études animales ont montré des effets reprotoxiques à doses modérées.



M-AMINOPHENOL :
Substance synthétique produite à partir du goudron de houille.
Synonym(s): m-AMINOPHENOL, 3-AMINOPHENOL; CI 76545; M-HYDROXYAMINOBENZENE; 3-HYDROXYANILINE; 3-HYDROXYBENZENAMINE; M-HYDROXYPHENYLAMINE; PHENOL, 3-AMINO-; 3-AMINO- PHENOL; PHENOL, 3AMINO; 3-AMINO-1-HYDROXYBENZENE; 3-AMINOPHENOL
Toxique pour la peau humaine. Susceptible d’être cancérigène.
Toxique pour le système organique non reproductif de l’être humain (usage autour de la bouche et aérosols)



METHIONINE :
Des études sur cette substance ont montré des effets sur le développement chez l'animal à hautes doses, des perturbations endocriniennes chez l'animal à hautes doses



MENTHOL :
Le menthol est un parfum naturellement présent dans l'huile peppermint ; également fabriqué synthétiquement sur une grande échelle.
Le menthol est considéré comme sans danger dans les cosmétiques, toutefois des études chez l'animal ont montré des effets neurotoxiques à dose modérée.



METHYLSILANOL CARBOXYMETHYL THEOPHYLLINE ALGINATE :
Produit de la réaction de l'acide alginique et de la méthylsilanol carboxyméthyl théophylline
Le méthylsilanol, un dérivé organique du silicium, active la lipolyse qui s'oppose au stockage d'acide gras insaturé. La théophylline Alginate est un extrait naturel de thé vert qui stimule les cellules graisseuses de relâcher l'accumulation de toxines indésirables. Ce complexe est utilisé pour des propriétés anticellulite.



METHYLISOTHIAZOLINONE :
L'usage de cette substance est restreint par l'Union européenne. Une concentration maximum de 0,015 % est autorisée. Le Canada restreint aussi la concentration maximum de cette substance à 0,0015 % dans les produits qui se rincent et à 0,00075 % dans les produits qui ne se rincent pas. Le Japon restreint aussi l'usage de cette substance.
Ce conservateur est un allergène reconnu. De 2 à 4 % des personnes atteintes d'eczéma seraient allergiques à cette substance.
À noter que cette substance est souvent associée à la substance Methylchloroisothiazolinone qui souffre des mêmes défauts.
Des études sur cette substance ont montré des effets toxiques sur le système immunitaire humain, des effets toxiques sur la peau humaine, des effets toxiques chez les mammifères lors de tests in vitro.



METHYLPARABEN :
Les parabènes sont principalement soupçonnés d'être des déclencheurs d'allergies et de cancérogénicité. Il a été démontré qu'ils peuvent déplacer les inhibiteurs des cellules cancéreuses et donc d'augmenter leur prolifération. Les parabènes sont également des allergènes (réactions cutanées) ayant un pouvoir allergisant modéré. Ils ont également des propriétés ostrogéniques favorisant la prolifération de cellules cancéreuses hormono-sensibles.



METHYLPROPANEDIOL :
Cette substance est un solvant utilisé pour faciliter la pénétration dans la peau des autres ingrédients. Peu d'études ont été menées sur cette substance, mais il serait considéré comme un ingrédient sûr qui n’aurait pas d'effets secondaires indésirables ou des remarques particulières liées à son utilisation. Il n'existerait à ce jour aucune étude qui prouverait qu’il soit une toxine ou un irritant. Cependant, tout ingrédient qui facilite la pénétration de la peau devrait être utilisé de manière réfléchie, car il pourrait augmenter la probabilité que d'autres produits chimiques dangereux pénètrent dans l'organisme.



2-METHYLRESORCINOL :
Ingrédient utilisé pour la coloration des cheveux et pour le blanchiment. Il a été reconnu comme étant toxique pour la peau humaine.
Le résorcinol est considéré comme substance ne pouvant pas être utilisée dans les produits cosmétiques, sauf sous des restrictions et conditions bien particulières ; il peut être utilisé comme un agent de coloration d'oxydation pour la coloration des cheveux et pour les lotions capillaires à des fins professionnelles ainsi que dans les shampoings à des concentrations maximales de 5 % et 0,5 % respectivement. Le 2-méthylrésorcinol figure à l'annexe III, partie 2 (liste des substances provisoirement admises) de la directive sur les cosmétiques de l'Union européenne et il peut être utilisé comme un agent de coloration d'oxydation pour la coloration des cheveux à une concentration maximale de 2,0 %, ou lorsqu'il est utilisé dans combinaison avec du peroxyde d'hydrogène à une concentration maximale de 1 %.



MICA : VOIR CI 77019



MICROCRYSTALLINE WAX :
La cire microcristalline est un produit de la distillation du pétrole. La cire microcristalline se solidifie en petites aiguilles mal définies.
Soupçonné d’être toxique et nocif.



MIMONENE PHENOXYETHANOL :
Irritant pour la peau et les yeux
Toxique pour le système organique non reproductif. Toxique surtout pour les produits utilisés sur les lèvres et autour de la bouche. 



MINERAL OIL :
L’huile minérale est un mélange liquide d'hydrocarbures obtenu à partir du pétrole.
Risque de provoquer et de développer la polyarthrite rhumatoïde (RA).
Des études ont remarqué que des cosmétiques peuvent contribuer à l'arthrite chez les individus porteurs de certains génotypes ou simultanément exposés à d'autres agents inducteurs de l'arthrite.
L’huile minérale a aussi été considérée comme étant susceptible d’être toxique pour le système immunitaire humain surtout lors de l’usage d’aérosols et pour les organes non reproductifs. Cette substance se révèle être comédogène.
L'huile minérale peut être utilisée dans les cosmétiques et produits de soins personnels commercialisés en Europe, selon les dispositions générales de la directive sur les cosmétiques de l'Union européenne.



MYRISTIC ACID :
Cette substance naturellement présente dans les produits laitiers est aussi appelée acide tétradécanoïque.
Des études sur les animaux ont montré des irritations de la peau et des effets neurotoxiques à faibles doses. Des mutations cellulaires ont également été mises en évidence lors de tests in vitro sur des mammifères.
Cependant, cette substance n'est pas considérée comme cancérigène pour l'homme.



MYRISTYL ALCOHOL :
Cette substance est aussi appelée tétradécanol.
Des études animales sur cette substance ont montré des formations de tumeurs à hautes doses, des irritations de la peau à petites doses.
Suspectée d’être une toxine environnementale.


1-NAPHTOL :
Utilisé dans des teintures capillaires oxydantes. Strictement réglementé par l’Europe quant au dosage, car il a des effets allergisant.



NEOPENTYL GLYCOL DIHEPTANOATE :
Neopentyl Glycol Diheptanoate est un diester de neopentyl glycol et de heptanoic acid.
Pas d’informations sur ce produit.



NIACINAMIDE :
Des études sur cette substance ont montré des effets sur le foie et le sang chez l'animal à faibles doses, des mutations cellulaires chez les mammifères, des perturbations endocriniennes chez l'animal à doses modérées, des effets neurotoxiques chez l'animal à hautes doses.
Des études russes et japonaises effectuées sur des souris dans les années 1980 et 1990 ont trouvé que la substance outre tout ce qui précède que la substance était cancérigène. Pourtant, elle est approuvée par la FDA et de CIR pour son utilisation



N,N-BIS(2-HYDROXYETHYL)-P-PHENYLENEDIAMINE SULFATE
Synonym(s): N,N-BIS(2-HYDROXYETHYL)-p-PHENYLENEDIAMINE SULFATE, 4-AMINO-N,N-DI (B -HYDROXYETHYL) ANILINE SULFATE; 2,2'- [ (4-AMINOPHENYL) IMINO] BISETHANOL SULFATE; ETHANOL, 2,2'- [ (4-AMINOPHENYL) IMINO] BIS-, SULFATE; N1, N1-BIS (HYDROXYETHYL) -P-PHENYLENEDIAMINE SULFATE; SULFATE ETHANOL, 2,2'- [ (4-AMINOPHENYL) IMINO] BIS-; N1-BIS (HYDROXYETHYL) -P-PHENYLENEDIAMINE SULFATE N1; 2,2'- [ (4-AMINOPHENYL) IMINO] BIS- SULFATE ETHANOL; 2,2'- ( (4-AMINOPHENYL) IMINO) BISETHANOL SULFATE; N,N-BIS (2-HYDROXYETHYL) -P-PHENYLENEDIAMINE SULPHATE
Considéré comme toxique pour la peau et suspecté d’être cancérigène.



NYLON-12 :
Nylon-12 est un polyamide dérivé de 12-aminododecanoic acid. Très peu d'études d'innocuité ont été menées sur cette substance.
Bien qu'il existe peu d'études faites sur l'effet de nylon sur la sensibilité de la peau et la peau, son utilisation répandue dans les vêtements qui est en contact étroit avec la peau démontre que le Nylon n'est pas associé à des effets cutanés nocifs tels que des irritations de la peau ou de la sensibilisation. Le nylon est un polymère qui n’est pas absorbé par la peau ; en raison de la mauvaise absorption des polymères. Il n’y aurait donc pas beaucoup de crainte pour la santé humaine après une exposition à des polymères quand ils sont utilisés dans les cosmétiques et les produits de soins personnels.



O-CYMEN-5-OL :
La concentration de cette substance est restreinte à 0,1 % maximum par l'Union européenne, son usage est également restreint au Japon.
Des études ont montré des effets neurotoxiques chez l'animal  à petites doses, des effets sur le système respiratoire chez l'animal à hautes doses, des irritations de la peau chez l'animal à petites doses.



OCTYLDODECANOL :
Des études sur cette substance ont montré des effets toxiques pour l'être humain notamment dans les produits de maquillage, dans les crèmes pour la peau et dans les produits aérosol et des irritations de la peau chez l'animal à très petites doses.



OLEIC ACID :
Obtenu à partir de graisses animales et végétales et d'huiles diverses. Habituellement obtenu dans le commerce de suif non comestible.
Suspecté d’être une toxine pour l’environnement.



OLEAMIDE DEA :
Non dilué l’oléamide DEA a été considéré comme un irritant cutané modéré dans certaines applications et n'étant pas un irritant pour les yeux. Il a été déterminé sûr pour une utilisation dans les cosmétiques, sous réserve de limitations de concentration ou d’utilisation.



OLETH-5 PHOSPHATE :
Il serait un irritant de la peau et il peut causer des dommages aux yeux. (cfr. Handbook of green chemicals de Irene Ash)

OLETH-20 : voir OLETH-30 – même caractéristiques

OLETH-30 :
Oleth-30 est un polyéthylène glycol ether de l’oleyl alcohol. Des données sur les ingrédients oleth ont révélé des indices d'intensité légère à modérée d’irritation de la peau et des yeux. L’ingrédient n’est pas considéré comme étant toxique pour la reproduction ou le développement. Une étude a montré des effets sur le système rénal chez les patients brûlés traités avec une pommade faite principalement de polyéthylène glycol. Certaines études ont montré que les ingrédients Oleth peuvent augmenter la pénétration des autres ingrédients. L'utilisation de l'ingrédient dans les laques pour les cheveux est admise ; les ingrédients oleth ont été considérés comme sans danger pour l’utilisation dans les produits en aérosol.
De petites quantités de 1,4-dioxane, un sous-produit d'éthoxylation, peuvent être trouvés dans les ingrédients oleth.



ORYZANOL :
Oryzanol est un ester de l'acide férulique et un alcool terpénique.
Synonymes : ORIZANOL; GAMMA-ORIZANOL ; GAMMA-ORIZANOL ; GAMMA-OZ ; GAMMARIZA ; HI-Z ; OLIVER ; OZ
Certaines études ont montré que Gamma Oryzanol augmente le niveau de testostérone, l'hormone de croissance, et d'autres anabolisants (renforcement musculaire) d’hormones. Donc, il pourrait y avoir un certain risque d'utiliser des niveaux élevés de Gamma Oryzanol car il peut fausser les niveaux d'hormones, et dans les pires scénarios, éventuellement conduire à des tumeurs de la même façon que les parabens. Cependant, aucune étude n'a réellement lié Gamma Oryzanol à toutes les toxines cancérigènes. Bien qu’il soit considéré non dangereux, il vaudrait mieux s’abstenir.
Une autre étude de la poudre d’oryzanol précise ce qui suit :
La substance pulvérulente (= sous forme de poussière) peut causer une irritation des yeux. Les symptômes comprennent des picotements, larmoiement, rougeur et gonflement. Elle peut causer des irritations de la peau. Les symptômes peuvent inclure des rougeurs, des brûlures et une enflure.
(voir : http://www.animedproducts.com/images/MSDSGamOryz.pdf)



OXYQUINOLINE SULFATE
Synonym(s): 8-HYDROXYQUINOLINE SULFATE, CHINOSOL; HYDROXY-8-QUINOLINIUM SULFATE; OXINE SULFATE; 8-QUINOLINOL, SULFATE (2:1) (SALT) ; SULFATE (2:1) (SALT) 8-QUINOLINOL; 8QUINOLINOL, SULFATE (2:1) (SALT) ; 8-HYDROXY-CHINOLIN-SULFAT (GERMAN) ; 8-QUINOLINOL SULFATE; 8-QUINOLINOL, HYDROGEN SULFATE (2:1) ; ALBISAL; CHINOSOL
8-HYDROXYQUINOLINE SULFATE
Des études ont prouvé sa toxicité sur le système organique non reproductif.



OZOKERITE :
L’ Ozokérite est un hydrocarbure naturel solide (pétrole), variant du jaune clair au brun noir, qui provient de la polymérisation de certains bitumes, qui sert à fabriquer la cérésine et qui entre dans la confection des cirages et des isolants. La plupart des Ozokérite utilisées dans des applications commerciales sont extraites dans l'Est de l'Europe.
Combinaison complexe d'hydrocarbures résultant d'un traitement consistant à éliminer les matières acides. Se compose principalement d'hydrocarbures saturés à chaîne droite dont le nombre de carbones se situe en majorité dans la gamme C20-C50.
Des études chez l'animal ont montré une irritation de la peau à dose modérée. Peu d'études d'innocuité ont été menées sur cette substance. Des spécialistes ont décrété que l’Ozokérite était susceptible de provoquer une légère irritation cutanée et une irritation modérée des yeux ou pas. L’ozokérite ne provoquerait pas une sensibilisation cutanée. Lorsque des formulations contenant ces ingrédients ont été testées, elles n’ont produit aucune irritation de la peau et les formulations n'étaient pas phototoxiques.



PALMITIC ACID :
ou POTASSIUM PALMITATE
Cette substance présente à l'état naturel dans l'huile de palme est un acide gras souvent utilisé dans les mousses à raser pour retarder le séchage de la mousse.
Des études animales sur cette substance ont montré des effets neurotoxiques à faibles doses, des formations de tumeurs à hautes doses, des irritations de la peau à doses modérées ;
Cette substance n'est toutefois pas considérée comme un cancérigène pour l'homme.



P-AMINO-O-CRESOL :
Synonym(s): 5-AMINO-O-CRESOL; 4-AMINO-2-HYDROXYTOLUENE; 4-AMINO-2-HYDROXY-1-METHYLBENZENE; 5-AMINO-2-METHYLPHENOL; PHENOL, 5-AMINO-2-METHYL-; 5-AMINO-2-METHYL- PHENOL; PHENOL, 5AMINO2METHYL; 2-HYDROXY-P-TOLUIDINE; 3-HYDROXY-4-METHYLANILINE; 5-AMINO-2-METHYLPHENOL; 5-AMINO-O-CRESOL
Toxique pour la peau humaine et susceptible de provoquer des cancers.



P-AMINOPHENOL :
Cette substance fait partie du groupe des amines aromatiques. En 2005, le SCCS a demandé des données supplémentaires aux industriels pour pouvoir établir une évaluation de sécurité.
Sources : http://www.laveritesurlescosmetiques.com/themen_060_fr.php
Synonym(s): p-AMINOPHENOL, 4-AMINO-1-HYDROXYBENZENE; 4-AMINOPHENOL; CI 76550; 4-HYDROXYANILINE; 4-HYDROXYBENZENAMINE; 4-HYDROXYPHENYLAMINE; PHENOL, 4-AMINO-; PHENOL, P-AMINO-; 4-AMINO- PHENOL; P-AMINO- PHENOL; PHENOL, 4AMINO
Toxique pour le système immunitaire humain, pour la peau. Forte probabilité d’être cancérigène. Toxique pour l’environnement



PARAFFIN :
Cires de paraffine et cires d'hydrocarbures. Combinaison complexe d'hydrocarbures obtenue à partir de fractions pétrolières par cristallisation au solvant (déshuilage au solvant) ou par ressuage. Se compose principalement d'hydrocarbures à chaîne droite dont le nombre de carbones est en majorité supérieur à C20/cires de paraffine (pétrole), hydrotraitée. Combinaison complexe d'hydrocarbures obtenue par traitement d'une cire pétrolière à l'hydrogène en présence d'un catalyseur. Se compose principalement d'hydrocarbures paraffiniques à chaîne droite dont le nombre de carbones se situe en majorité dans la gamme C20-C50
Les paraffines sont des huiles minérales dérivées du pétrole. Elles sont utilisées en cosmétique traditionnel et elles ont l'inconvénient d'être des bouches pores qui empêchent la peau de respirer. Par ailleurs, elles ne sont pas biodégradables et constituent en cela un produit non écologique.
L'industrie cosmétique traditionnelle les utilise pour des raisons de coûts de fabrication par rapport aux huiles végétales qui sont plus coûteuses.
On les rencontre notamment dans les lotions pour bébé, dans les crèmes, etc.
Les huiles minérales comme le Paraffinum liquidum sont composées de chaînes d'hydrocarbures et à ce titre elles ne sont pas métabolisées par l'organisme.
Outre leur effet bouche-pores de la peau, les huiles minérales peuvent être stockées par l'organisme et sont soupçonnées d'y causer des dommages, notamment au foie ou au niveau des valves du coeur. Peu d'huiles minérales ont aujourd'hui été testées, mais les résultats des premiers tests devraient engager à une certaine circonspection à leur égard.



PARAFFINIUM LIQUIDUM :
L'huile minérale est un alcane / paraffine qui est entièrement composé d'hydrogène et de carbone. L'huile minérale est l'une des dizaines d'autres sous-produits de distillation du pétrole, ce qui en fait un liquide vaseline. Naturellement, l'huile minérale est très grasse, mais peut facilement être enlevée avec du savon et de l'eau.
L'huile minérale augmente le risque de cancer chez les rats qui sont irradiés deux fois par semaine pendant vingt semaines. L'huile minérale peut également causer des problèmes de santé s'il est absorbé dans le tissu ; il peut empêcher les nutriments essentiels d'atteindre les intestins, ainsi que provoquer l'incontinence temporaire. L'huile minérale ne doit jamais être inhalée, car il peut empêcher les poumons d'absorber les particules d'air, provoquant ainsi l'asphyxie.



PECTIN :
Considéré comme toxique pour le système immunitaire humain ainsi que toxique pour les voies respiratoires
Non suffisamment contrôlé pour les cosmétiques.



PEG :
Le mode de fabrication des PEG rend ceux-ci hautement contaminables par des polluants, dont notamment le 1,4-dioxane qui est un cancérogène ou l'oxyde d'éthylène  (un des éléments de base du gaz moutarde)  qui est quant à lui un irritant et un cancérogène. Par ailleurs, ils sont également allergisants et facilitent la contamination par des polluants du fait qu'ils augmentent la perméabilité de la peau. Les PEG sont également soupçonnés de favoriser l'acné et les points noirs, d'être irritants pour les yeux, et de provoquer des réactions allergiques.
Le bilan écologique des PEG est catastrophique. Rejetés dans le milieu naturel suite à leur utilisation dans des produits cosmétiques, les PEG se retrouvent dans le cycle de l'eau. Les stations d'épuration ne savent pas les dégrader, ainsi ils se retrouvent dans les cours d'eau et dans les boues d'épuration qui sont généralement épandues dans les champs pour fertiliser ceux-ci avant culture !
Des études sur cette substance ont montré des effets toxiques pour les organes sensoriels. Cette substance facilite l'absorption des autres ingrédients par la peau.
Ne surtout pas utiliser de produit contenant cette substance sur une peau abimée.


PEG-2 RAPESEEDAMINE : VOIR PEG
PEG-2 Rapeseedamine est un polyethylene glycol dérivé de rapeseedamine.
Synonym(s): POLYETHYLENE GLYCOL 100 RAPESEED AMINE; POLYOXYETHYLENE (2) RAPESEED AMINE



PEG-2 STEARATE : VOIR PEG
PEG-2 Stearate est un polyethylene glycol ester de stearic acid.



PEG-4 RAPESEEDAMINE : VOIR PEG



PEG-6 : VOIR PEG



PEG-7 GLYCERYL COCOATE : voir PEG



PEG-8 : VOIR PEG



PEG-10 SOYA STEROL :
Le mode de fabrication des PEG rend ceux-ci hautement contaminable par des polluants, dont notamment le 1,4-dioxane qui est un cancérogène ou l'oxyde d'éthylène  (un des éléments de base du gaz moutarde)  qui est quant à lui un irritant et un cancérogène. Par ailleurs, ils sont également allergisants et facilitent la contamination par des polluants du fait qu'ils augmentent la perméabilité de la peau. Les PEG sont également soupçonnés de favoriser l'acné et les points noirs, d'être irritants pour les yeux, et de provoquer des réactions allergiques.
Le bilan écologique des PEG est catastrophique. Rejetés dans le milieu naturel suite à leur utilisation dans des produits cosmétiques, les PEG se retrouvent dans le cycle de l'eau. Les stations d'épuration ne savent pas les dégrader, ainsi ils se retrouvent dans les cours d'eau et dans les boues d'épuration qui sont généralement épandues dans les champs pour fertiliser ceux-ci avant culture !



PEG-12 DIMETHICONE : voir PEG



PEG-14M : voir PEG



PEG-20 STEARATE : voir PEG



PEG-30 GLYCERYL STEARATE : VOIR PEG
PEG-30 Glyceryl Stearate est un polyethylene glycol ether de Glyceryl Stearate (q.v.).
PEG signifie polyéthylène glycol qui est un composé utilisé dans une multitude d'applications. Il est utilisé dans de nombreuses crèmes, même hypoallergéniques. Tout produit PEG ne semble poser aucun problème - sauf sur une peau irritée et abimée (qui, en pénétrant directement sous la peau, pénètre dans le flux sanguin, et pourrait conduire à une toxicité rénale). Le problème, ce sont les impuretés comme l'oxyde d'éthylène et le 1,4-dioxane connu pour augmenter la fréquence du cancer de l'utérus, du sein, la leucémie et le cancer du cerveau.



PEG-40 CASTOR OIL : voir PEG



PEG-40 HYDROGENATED CASTOR OIL :
Huile de ricin hydrogénée et éthoxylée.
Mêmes considérations que pour PEG



PEG-45/DODECYL GLYCOL COPOLYMER : VOIR PEG



PEG-60 HYDROGENATED CASTOR OIL : VOIR PEG
Huile de ricin hydrogénée et éthoxylée.



PEG-100 STEARATE : VOIR PEG
PEG-100 Stearate est un polyethylene glycol ester de stearic acid.
Limité dans les cosmétiques avec des restrictions d'utilisation, de concentration, ou de fabrication - pas de sécurité pour une utilisation sur une peau lésée ou endommagée



PEG-150 DISTEARATE : VOIR PEG
Selon une étude publiée dans l'International Journal of Toxicology, le PEG 150 Distearate peut contenir des impuretés nocives, y compris: l'oxyde d'éthylène, connue pour augmenter l'incidence des cancers de l'utérus et du sein et de la leucémie et le cancer du cerveau ; selon les résultats expérimentaux rapportés par le National Toxicology Program, le 1,4-dioxane, un agent cancérogène connu ; PAH, connu pour augmenter le risque de cancer du sein ; le plomb, le fer, et l'arsenic (Source). Les produits et formules contenant des PEG ne doivent pas être utilisés sur une peau éraflée ou irritée.


PEG/PPG-18/18 DIMETHICONE
Cette substance est un produit chimique de synthèse constitué par du diméthicone, un polymère à base de silicium et de polyéthylène glycol (PEG)-polypropylène glycol (PPG) polymère. Peut être contaminé par des impuretés de fabrication potentiellement toxiques tels que le 1,4-dioxane.


PENTAERYTHRITYL TETRAISOSTEARATE :
Peu d’études ont été faites sur cette substance.
Peut causer une irritation des yeux et de la peau. Peut causer une irritation des voies respiratoires et digestives. Les propriétés toxicologiques de ce produit n'ont pas été pleinement étudiées. (voir : http://fscimage.fishersci.com/msds/69086.htm)



PENTASODIUM PENTATE :
Suite à des études effectuées, des conséquences indésirables ont été observées suite  à l’utilisation de manière diverse de cette substance : des céphalées, des vertiges, des douleurs à la poitrine, des réactions allergiques, des dermatites, des nausées et des diarrhées.



PETROLATUM :
Pétrolatum ou vaseline. Combinaison complexe d'hydrocarbures obtenue sous forme semi-solide lors du déparaffinage d'huile résiduelle paraffinique. Se compose principalement d'hydrocarbures saturés cristallins et liquides dont le nombre de carbones est en majorité supérieur à C25. L'historique complet du raffinage est connu et il peut être établi que la substance à partir de laquelle il est produit n'est pas cancérogène.
La vaseline (petrolatum) est un dérivé du pétrole qui est également appelé "gelée de pétrole"
Il a été considéré comme étant potentiellement toxique et nocif.



PENTYLENE GLYCOL :
Selon certaines sources, le pentylène glycol présenterait un risque faible pour son utilisateur. Toutefois, des études faites dans les années 1970 avertissaient que des doses élevées avaient montré une neurotoxicité organique chez les animaux, ainsi que des irritations cutanées. Cependant, des études récentes ont été publiées montrant le pentylène glycol pouvait être un irritant qui provoque des dermatites de contact, ce qui suggère que cet ingrédient pourrait être un allergène émergent. "Il a des propriétés qui sont semblables à un allergène connu - le propylène glycol - bien qu'il soit considéré par certains comme moins irritant ou moins allergène." Dans un cas publié en Belgique dans la dermatite de contact, un patient a développé une dermatite de contact du visage et des paupières ; deux patients à Cleveland ont développé une dermatite des mains et du corps, après l’utilisation de crèmes topiques contenant le pentylène glycol.



PHENOXYETHANOL :
Le phenoxyethanol est reconnu comme un très puissant allergène au pouvoir allergisant très élevé. Il est également soupçonné de causer des troubles du système reproducteur, d'être un perturbateur hormonal, de causer des lésions rénales et d'être toxique pour le système nerveux et le cerveau (voir informations sur site de l'INSERM concernant l'EGPhE). C'est également un irritant pour la peau et surtout pour l'oeil.
À noter qu'on le trouve aussi dans la nature dans le thé vert et dans la chicorée, mais c'est celui d'origine chimique qui est généralement utilisé dans les cosmétiques traditionnels.


N-PHENYL-P-PHENYLENEDIAMINE :
Synonym(s): N-PHENYL-p-PHENYLENEDIAMINE, 4-AMINODIPHENYLAMINE; P-AMINODIPHENYLAMINE; 1,4-BENZENEDIAMINE, N-PHENYL-; N,4'-BIANILINE; CI 76085; OXIDATION BASE 2; 4- (PHENYLAMINO) ANILINE; N-PHENYL-1,4-BENZENEDIAMINE; N-PHENYL- 1,4-BENZENEDIAMINE; 1,4BENZENEDIAMINE, NPHENYL; N- (4-AMINOPHENYL) ANILINE
Des études sur cette substance ont montré des effets toxiques sur le système immunitaire humain, pour la peau humaine. Cette substance est listée comme cancérigène possible.



P-PHENYLENEDIAMINE
Des études sur cette substance ont montré des effets toxiques sur le système immunitaire humain, pour la peau humaine, le système respiratoire et le neurologique. Cette substance est listée comme cancérigène possible.
Il est aussi considéré comme une substance toxique pour l’environnement.



PHOSPHORIC ACID :
L'acide phosphorique est un acide caustique inorganique.
Suite à certaines études effectuées au Canada, il a été considéré comme étant toxique et nocif pour l’homme.
Des études effectuées sur des animaux ont permis de déterminer des effets toxiques à doses modérées. Il a également été constaté qu’il est un irritant pour la peau.
Administré en aérosol, l’acide phosphorique est un irritant pour les yeux, les voies respiratoires supérieures, et la peau. Il pourrait être particulièrement irritant pour la peau en présence de l'humidité... Une solution diluée tamponnée à un pH de 2,5 a provoqué une sensation modérée de picotement, un dommage passage en contact avec l'œil humain. Une solution à 75 % peut causer des brûlures graves de la peau.
Toutefois, il a été conclu qu'il n'y avait pas de motifs raisonnables de soupçonner un danger pour le public quand il est utilisé à des niveaux raisonnables. Donc, l’acide phosphorique peut être utilisé dans les cosmétiques et produits de soins personnels vendus en Europe, selon les dispositions générales de la directive sur les cosmétiques de l'Union européenne.



POLOXAMER 407:
Poloxamer 407 est un polyoxyethylene, polyoxypropylene block polymer.
Il est toxique pour le système immunitaire humain. Il est persistant, bio cumulables et il présente une forte toxicité chez l'homme.
Considéré comme susceptible d’être toxique et nocif pour les organes non reproductifs.
Suspecté d’être une toxine environnementale.





POLYACRYLAMIDE :
Cette substance est considérée comme sans danger dans les cosmétiques sous réserve d'une très faible absorption. Toutefois, des études ont montré des effets toxiques pour le foie chez l'animal à doses modérées, des effets neurotoxiques chez l'animal à hautes doses.



POLYAMIDE-2 :
Cette substance aurait montré des effets toxiques sur le système respiratoire.



POLYAMINOPROPYL BIGUANIDE :
L'usage de cette substance est réglementé au Japon à une concentration maximum de 0,1 %. L'Union Européenne réglemente également cette substance en limitant son usage à une concentration maximum de 0,3 %. Cette substance apparait également quelques fois sous le sigle PAPB.



POLYBUTENE :
Cette substance est un polymère du butène utilisé comme épaississant.
Le polybutène serait une substance irritante pour l'homme lorsqu'il est utilisé dans des produits autour des yeux, sur la peau et dans des aérosols. D’autres études contredisent ce qui précède sauf pour les aérosols.
Le polybutène serait considéré comme étant suspect pour le système organique de l’homme.
Il est toutefois autorisé pour l’usage cosmétique dans des proportions strictement contrôlées.



POLYETHYLENE :
Cette substance est un polymère, donc un plastique.
Cette substance est un irritant reconnu pour l'être humain, notamment lorsqu'il est utilisé dans des produits de maquillage. C'est également un toxique du système immunitaire et un cancérigène possible.
Des effets neurotoxiques ont été également notés chez l'animal à hautes doses.
Ne surtout pas utiliser de produits contenant cette substance sur une peau abîmée.



POLYTETRAFLUOROETHYLENE ACETOXYPROPYL BETAINE :
Le polytetrafluoroethylene Acetoxypropyl Betaine est un polymeric betaine.
En contact avec la peau la substance peut causer une irritation de la peau ou une gêne, voire la corrosion de la peau, des brûlures, des ulcères ou des éruptions. Le contact avec les yeux peut provoquer la corrosion des yeux ou la cécité.
Le contact avec la vapeur ou d'aérosol peut provoquer une irritation des yeux avec des larmoiements, des douleurs, ou une vision floue, des irritations de la gorge, des poumons. (voir : http://msds.dupont.com/msds/pdfs/EN/PEN_09004a2f8000711b.pdf)



POLYGLYCERYL-10 NONAISOSTEARATE :
Peu d’études semblent avoir été faites concernant cette substance.



POLYGLYCERYL – 10 NONAISOSTEARATE :
Peu d'études ont été menées sur cette substance.



POLYQUATERNIUM-7 :
Soit le Copolymère de chlorure de diallyldiméthylammonium et d'acrylamide
Cet ingrédient est un polymère synthétique à base de composés d'ammonium quaternaire.
Ecotoxicologie: soupçonné d'être une toxine environnementale et être persistantes ou bioaccumulables.
Des carences d'évaluation des risques et des lacunes dans les données sont rapportées. Des limites sûres de concentration dans le produit
classé comme toxique ou nocif potentiel doivent être respectées.
Problèmes de contamination: l’acrylamide est un cancérogène humain possible – Il est estimé être fort mutagène et en outre être un neurotoxique humain. Il est connu comme étant toxique pour le système immunitaire humain.



POLYQUATERNIUM-22 :
Polyquaternium-22 est un polymère synthétique composé d’acrylic acid et de diallyldimethylammonium chloride. Des effets aigus auraient été relevés. Il peut être nocif par inhalation, ingestion ou absorption par la peau. Il peut causer une irritation des yeux, de la peau. Le produit chimique et les propriétés toxicologiques n'auraient pas été étudiés à fond.



POLYQUATERNIUM-39 :
Le polyquaternium-39 est un sel d'ammonium quaternaire polymère d'acide acrylique, de chlorure de diallyl diméthylammonium et d'acrylamide.
L’usage de la substance par inhalation, ingestion ou absorption par la peau peut avoir des effets aigus et nocifs. Il peut causer des irritations des yeux et de la peau.



POLYSORBATE 20 :
Cette substance est aussi appelée "Tween 20" ou  E432.
Des études animales sur cette substance ont montré des perturbations endocriniennes à hautes doses, des effets reprotoxiques à hautes doses, des effets toxiques sur le foie, les reins, le système gastro-intestinal, le métabolisme et le sang à hautes doses, des irritations de la peau à doses modérées.



POLYSORBATE 60 :
Des études sur cette substance ont montré l'apparition de tumeurs chez l'animal à hautes doses ainsi que des effets reprotoxiques chez l'animal à hautes doses.
Le produit doit être utilisé dans des limites strictes en cosmétique. Surtout ne pas utiliser la substance sur une peau abîmée ou blessée.



POLYSORBATE 80 :
Cette substance est aussi appelée "Tween 80" ou E 433. Cette substance est un composé éthoxylé.
Des études animales sur cette substance ont montré des mutations cellulaires sur les mammifères lors de tests in vitro, des effets toxiques sur le foie, le métabolisme et le système gastro-intestinal à hautes doses, des effets reprotoxiques à très petites doses, des effets neurotoxiques à hautes doses.



POLYVINYL ALCOHOL:
Polyvinyl Alcohol est un polymère.



POTASSIUM BENZOATE :
Cette substance d'origine synthétique dans les cosmétiques existe aussi naturellement dans certains fruits comme les airelles. Peu d'études existent sur cette substance.



POTASSIUM COCOATE :
Des études animales sur cette substance ont montré des effets reprotoxiques à très hautes doses. Mais non considéré comme étant toxique pour la peau



POTASSIUM HYDROXIDE :
La potasse est généralement considérée comme sans danger dans les cosmétiques, cependant son usage est strictement réglementé en Europe.
Les concentrations maximales autorisées sont de 5 % dans les produits pour les ongles, 2 % dans les produits pour cheveux pour le grand public et 4,5 % pour les produits professionnels avec la mention "réservés aux professionnels". Les mentions "tenir hors de portée des enfants", "éviter tout contact avec les yeux", "danger de cécité" doivent obligatoirement apparaître.
Des études ont montré des mutations cellulaires chez les mammifères, des irritations de la peau à très petites doses.



POTASSIUM NITRATE :
Le nitrate de potassium est irritant pour les yeux, la peau et les voies respiratoires. La substance peut avoir des effets sur le sang, entraînant la formation de méthémoglobine lorsqu'il est ingéré. Les effets peuvent être retardés...



POTASSIUM PALMITATE : voir PALMITIC ACID



POTASSIUM SILICATE :
Toxique et irritant pour la peau humaine. Irritant également pour les yeux ainsi que pour les poumons quand il est utilisé sous forme d’aérosols.



P-PHENYLENEDIAMINE:
Synonymes du p-phénylènediamine :
1,4-Benzènediamineo Paraphénylènediamine (PPD ou PPDA), Para-aminoaniline (p-aminoaniline), 1,4-Pénylènediamineo Paradiaminobenzène (p-diaminobenzène)

Le p-phénylènediamine est un ingrédient largement utilisé dans les teintures capillaires ; il est associé à des réactions allergiques. Il est considéré comme étant un irritant pour la peau, les yeux et les poumons. Il est reconnu comme étant un neurotoxique, toxique pour les systèmes respiratoire, nerveux et immunitaire humain et toxique pour la peau. Il pourrait également provoquer des crises d’asthme, de l'irritation du pharynx et du larynx, et un choc anaphylactique qui pourrait être fatal. Il est également toxique pour l’environnement et la faune. Il est malgré tout admis dans les produits cosmétiques dans des usages spécifiques et dans des dosages précis.



PPG-26-BUTETH-26 :
Les essais cliniques de PPG-26-Buteth-26 ont permis de constater qu’il ne produit aucune irritation de la peau ou de sensibilisation. Sur la base de son poids moléculaire élevé seul, il est peu probable que PPG-28-Buteth-35 serait associée à une irritation de la peau ou de sensibilisation. PPG-9-Buteth-12 a un poids moléculaire plus faible que les Buteths PPG pour lequel il a été démontré une absence de sensibilisation de la peau et l'irritation, mais il est très soluble dans l'eau et il a un poids moléculaire de plus de 1000. Ces facteurs suggèrent que l'absorption cutanée serait très limitée et il serait peu probable que PPG-9-Buteth-12 serait de produire une irritation cutanée ou de sensibilisation. Parce que Buteths PPG sont butanol-initiés des copolymères linéaires, il était à craindre qu’il est toxique pour la reproduction et le développement, le n-butanol, pourrait être présent. Les données ont été fournies montrant l'absence de n-butyle alcool dans PPG-26-Buteth-26 à partir de laquelle il a été déduit que ce composé ne se trouve pas dans d'autres Buteths PPG.
De petites quantités de 1,4-dioxane, un sous-produit d'éthoxylation, peuvent être trouvées dans les ingrédients Buteth PPG. La présence potentielle de ce matériau est bien connue et peut être contrôlée par des étapes de purification de l'enlever à partir des ingrédients avant de se fondre dans les formulations cosmétiques.



PROLINE :
Cette substance est l'un des 20 acides aminés qui constituent les protéines.
Des études sur les mammifères ont montré des mutations cellulaires lors de tests in vitro.



PROPANEDIOL :
Classé comme étant un irritant pour la peau.



PROPYLENE CARBONATE :
Cette substance est un irritant pour l'homme notamment lorsqu'elle est utilisée dans des produits de maquillage. Des études animales ont également montré des effets toxiques sur les organes sensoriels lorsqu'elle est utilisée dans des produits de maquillage.



PROPYLENE GLYCOL :  
Cette substance est naturellement présente dans les graines de sésame et dans les champignons. Il est reconnu comme irritant pour la peau et favorise la pénétration des autres substances dans la peau. Le propylène glycol n'est pas un ether de glycol, mais un dialcool.
Des études sur cette substance ont montré des possibilités de toxicité pour la peau et le système immunitaire humain, des possibilités de toxicité pour le système respiratoire, des effets reprotoxiques chez l'animal à doses  modérées, des effets neurotoxiques chez l'animal à hautes doses, des perturbations endocriniennes chez l'animal à hautes doses, des mutations cellulaires chez les mammifères.



PROPYLENE GLYCOL DIBENZOATE :  
Peu de littérature trouvée à son sujet. Une étude mentionne toutefois :
Peut causer une irritation de la peau lors d’une exposition continue et lourde. L'inhalation de vapeurs peut provoquer une irritation des voies respiratoires.
Contact avec les yeux : il peut causer une sensation de brûlure, de l’irritation accompagnée de douleur et l’ulcération de la cornée ou de la conjonctive dans les cas graves.
Contact avec la peau : il peut causer une irritation, des picotements, des rougeurs et une enflure.
Ingestion: il peut causer de graves brûlures dans la bouche et au tube digestif.
(voir : http://www.unitexchemical.com/MSDS_CURR/UPLX284_MSDS.pdf)



PROPYLPARABEN :
Les parabènes sont principalement soupçonnés d'être des déclencheurs d'allergies et de cancérogénicité. Il a été démontré qu'ils peuvent déplacer les inhibiteurs des cellules cancéreuses et donc d'augmenter leur prolifération. Les parabènes sont également des allergènes (réactions cutanées) ayant un pouvoir allergisant modéré. Ils ont également des propriétés ostrogéniques favorisant la prolifération de cellules cancéreuses hormono-sensibles.


P-TOLUENEDIAMINE SULFATE :
Synonym(s): Toluene-2, 5-Diamine Sulfate, 1,4-BENZENEDIAMINE, 2-METHYL-, SULFATE; 2,5-DIAMINOTOLUENE SULFATE; 2-METHYL-1,4-BENZENEDIAMINE SULFATE; SULFATE 1,4-BENZENEDIAMINE, 2-METHYL-; 2-METHYL- SULFATE 1,4-BENZENEDIAMINE; 1,4-BENZENEDIAMINE, 2-METHYL-, SULFATE (1:1) ; 1,4-BENZENEDIAMINE, 2-METHYL-, SULFATE (1:1) (9CI) ; 1,4-BENZENEDIAMINE, 2-METHYL-, SULFATE (9CI) ; 2,5-DIAMINOTOLUENE SULFATE; 2,5-DIAMINOTOLUENE SULPHATE
Toxique pour la peau humaine et pour le système immunitaire. Toxique pour le système organique (bouche, lèvres). Toxique pour l’environnement.



RESORCINOL:
Cet ingrédient commun dans les produits de coloration des cheveux et de blanchiment est un irritant pour la peau. Il est toxique pour le système immunitaire et il est une cause fréquente d'allergie lors des teintures pour les cheveux. Dans les études animales, le résorcinol a prouvé qu’il pouvait perturber la synthèse des hormones thyroïdiennes et peut produire des effets goitrigènes.
Le gouvernement fédéral américain réglemente l'exposition à la résorcine dans le lieu de travail. Le résorcinol est énuméré à l'annexe III (substance qui ne peut être contenue dans les produits cosmétiques, sauf sous réserve des restrictions et conditions prévues), mais il peut être utilisé comme un agent de coloration d'oxydation pour la coloration des cheveux et lotions capillaires à usage professionnel ainsi que dans les shampoings à des concentrations maximales de 5 % et 0,5 %, respectivement. Les produits contenant du résorcinol être étiquetés "Contient de la résorcine" et comprennent le mode d'emploi figurant sur l'étiquette.
Le 2-méthylrésorcinol figure à l'annexe III, partie 2 (liste des substances provisoirement admises) de la directive sur les cosmétiques de l'Union européenne et peut être utilisé comme un agent de coloration d'oxydation pour la coloration des cheveux à une concentration maximale de 2,0 %, ou lorsqu'il est utilisé dans combinaison avec du peroxyde d'hydrogène, à une concentration maximale de 1 %.



RETINYL PALMITATE :
Palmitate de rétinyle. Cette substance est un dérivé du rétinol (Vitamine A) qui possède des propriétés anti oxydantes.
L'usage de cette substance est restreint au Canada à une concentration maximum de 1 %. Des études sur cette substance ont montré des effets reprotoxiques chez l'animal à faibles doses, des effets neurotoxiques chez l'animal à hautes doses, des effets toxiques sur le métabolisme et sur le système gastro-intestinal chez l'animal à hautes doses, des mutations cellulaires chez les mammifères lors de tests in vitro.
Une ou plusieurs études pratiquées sur des animaux ont démontré la formation de tumeurs à des doses très faibles



SACCHAROMYCES IRON FERMENT
Saccharomyces Ferment est obtenu par la fermentation avec Saccharomyces.
Légers soupçons : cancer, toxicité
Persistant dans le milieu par accumulation.
Des preuves limitées de toxicité pour la reproduction humaine.



SACCHAROMYCES ZINC FERMENT
Légers risques allergiques et immunotoxicités (= effets néfastes sur le fonctionnement normal du système immunitaire)



SALICYLIC ACID :
L'acide salicylique est obtenu initialement à partir du saule, mais généralement celui présent dans les cosmétiques est d'origine synthétique.
L'usage de cette substance dans les cosmétiques est sujet à restriction au Japon et au Canada. Les produits contenant cette substance sont déconseillés pour les enfants de moins de trois ans. L'Union Européenne restreint sa concentration à 0,5 %.
Des études ont montré des effets neurotoxiques chez l'animal à petites doses, des effets reprotoxiques chez l'animal à doses modérées, des irritations de la peau chez l'animal à doses modérées.
Par ailleurs, cette substance favorise l'absorption d'autres substances dans la peau. Enfin, cette substance s'accumule et persiste dans le milieu naturel et dans la faune.



SQUALANE :
Le squalane peut être extrait de l'huile de foie de requin ou de l'huile d'olive ou de l'huile de germe de blé.
Des études animales ont montré que le squalane peut être irritant à faible dose.



SILICA (Quartz)
La silice est un composé de silicium et d'oxygène. La forme amorphe est utilisée dans les cosmétiques et les produits de soins personnels. La silice amorphe comprend de la silice pyrogénée.
Cette substance est uniquement considérée comme sans danger dans les cosmétiques si elle ne peut pas être inhalée. Sa présence dans des cosmétiques pouvant être inhalés (poudre par exemple) est dangereuse.
Des études ont montré des effets toxiques sur le système immunitaire humain, des effets cancérigènes en cas d'inhalation, des effets de persistance et d'accumulation dans le corps humain et dans la faune, des effets toxiques pour le système respiratoire humain, des effets toxiques sur les reins.



SILICA DIMETHYL SILYLATE :
Silica dimethyl silylate est un silice – à base d’un dérivé synthétique.
Il s’agit d’une nouvelle substance non encore vraiment étudiée.



SIMETHICONE :
Cette substance est une huile de silicone.
Très peu d'études d'innocuité ont été menées sur cette substance. En général, les silicones agissent comme des bouches pores de la peau et empêchent celle-ci de respirer.



SILVER OXIDE : VOIR CI 77820



SOYBEAN GLYCERIDES POLYGLYCERYL-3 RICINOLEATE :
Aucune étude menée à ce sujet, à ma connaissance.



SODIUM BENZOATE :
Substance synthétique dérivée de l'acide benzoïque. Cette substance est suspectée d'avoir des effets sur la santé des enfants, notamment en augmentant l'hyperactivité de ceux-ci. L'usage en synergie de cette substance avec d'autres ingrédients (des colorants notamment) peut encore renforcer cet effet sur l'hyperactivité.
L'usage de cette substance est restreint à une concentration maximum de 0,5 % par l'Union européenne.
Des études ont montré : des effets neurotoxiques sur les animaux à doses modérées, des mutations cellulaires chez les mammifères, des perturbations endocriniennes chez l'animal à hautes doses, des effets reprotoxiques chez l'animal à hautes doses, des irritations de la peau à hautes doses ; cette substance est néanmoins considérée comme sans danger par l'industrie cosmétique.
De formule chimique (Na+ + C6H5COO-), le benzoate de sodium est le sel de sodium de l'acide benzoïque.
Le sodium benzoate se retrouve à l'état naturel dans certains fruits comme les canneberges, les airelles ou certaines prunes, pruneaux, cannelle et clous de girofle.
Il est fréquemment utilisé comme conservateur (Additif luttant contre la prolification bactérienne) dans l'industrie agroalimentaire (boissons sucrées, confitures allégées, chewing-gum, crevettes cuites, vins...) sous la référence code E211.
On retrouve également le sodium benzoate dans de nombreux médicaments en raison de ses propriétés (antiseptique, antifongique, expectorant), mais aussi dans les produits cosmétiques bios puisque c'est un des rares conservateurs autorisés avec entre autres la vitamine E, les alcools et certaines huiles essentielles.
Le sodium benzoate peut être d'origine végétale ou synthétisé à partir de l'acide benzoïque



SODIUM BISULFITE :
Des études américaines ont démontré que des solutions concentrées sont irritantes pour la peau, les yeux et les muqueuses.
L’Union européenne aurait classé comme toxique ou nocif l’usage de la substance dans des produits pour l'utilisation autour de la bouche et des lèvres.



SODIUM CARBOMER :
Le gélifiant/agent filmogène Sodium Carbomer est mauvais pour l'environnement.
Le Carbomer est un dérivé du pétrole ; il est irritant pour les yeux. Il fait partie d’un groupe d'agents épaississants utilisés essentiellement pour créer des formulations de type gel.



SODIUM CARBONATE :
Pour le chimiste contemporain le mot " soude ", nom usuel de l’hydroxyde de sodium de formule NaOH, est déjà un archaïsme. La " soude " des goémoniers, quant à elle, évoque des temps encore plus reculés et désigne le carbonate de sodium (Na2C03). Dans un passé récent les droguistes savaient encore distinguer cette " soude du commerce " utilisée comme décapant banal de la " soude caustique " (l’hydroxyde de sodium) bien plus corrosive. Le mot soude désigne également une plante des terrains salés appartenant à la famille des salsolacées qui comprend, entre autres, les salicornes. Depuis l’antiquité égyptienne, les populations du sud de la Méditerranée savaient utiliser les propriétés des cendres des plantes terrestres riches en carbonate de potassium et celles des plantes marines contenant du carbonate de sodium. Le nom de " al kali ", par lequel les arabes désignaient ces plantes et leurs cendres, se retrouve dans le terme " alcalin " de la chimie récente. Ces cendres pouvaient être utilisées pour dégraisser les laines ou fabriquer des savons, elles entraient également dans la composition du verre. (voir : http://seaus.free.fr/spip.php?article130)



SODIUM CETEARYL SULFATE
Acide sulfurique, esters mixtes de cétyle et de stéaryle, sels de sodium.
Des études sur cette substance ont montré des irritations de la peau chez l'animal à doses modérées.



SODIUM COCO SULFATE :
Le Sodium Coco Sulfate est un tensioactif dit naturel dérivé du coco.
Il présente de nombreux avantages en cosmétologie, il a un fort pouvoir moussant et détergent. Il serait moins nocif que le Sodium Lauryl Sulfate.



SODIUM DEHYDROACETATE :
Les cosmétiques contenant ces ingrédients sont pratiquement non irritants, non sensibilisants et non photo toxiques. Ils sont considérés comme étant  anti microbiens et efficaces à de faibles concentrations (inférieure et égale à 0,6 %) contre les bactéries et les champignons. Ces ingrédients sont plus susceptibles d'agir en empêchant la croissance des microbes, plutôt que de tuer les microbes.
Ils sont autorisés pour une utilisation à une concentration maximale de 0,6 %, exprimée en acide, et ne sont interdits que dans les aérosols (sprays).



SODIUM FLUORIDE :
L'usage de cette substance est réglementé au Canada et dans l'Union européenne. 
Les dérivés fluorés sont utilisés principalement dans les produits pour l'hygiène dentaire et les pâtes dentifrices où ils jouent un rôle protecteur vis-à-vis des caries. Cependant, les substances fluorées sont toxiques pour l'homme. À titre d'exemple, cette substance est capable de tuer un homme qui en aurait ingéré entre 5 et 10 grammes ! À noter que sur les dentifrices contenant des matières fluorées, il est généralement mentionné de contacter un centre antipoison en cas d'ingestion...
Le fluor s'accumule dans notre organisme de plusieurs manières : par l'eau que nous buvons, par les pâtes dentifrices, par l'alimentation, par le sel que nous utilisons, par certains compléments alimentaires (notamment certains prescrits par des dentistes). L'excès de fluor peut entraîner des fluoroses dentaires et/ou osseuses.
La fluorose dentaire se caractérise par l'apparition de petites taches blanches sur les dents. La fluorose osseuse est une maladie grave qui entre autres rend les os fragiles et cassants et qui peut aussi induire des problèmes neurologiques dus à la compression de la moelle épinière.
Des études sur cette substance ont également montré des effets neurotoxiques avérés pour l'être humain, des effets reprotoxiques chez l'animal à très petites doses, des perturbations endocriniennes à doses modérées, des formations de tumeurs et des mutations cellulaires chez l'animal à petites doses, des effets toxiques sur les reins, le système cardio-vasculaire, le système gastro-intestinal, le squelette et les muscles chez l'animal à très petites doses.




SODIUM HYDROXIDE :
La Soude est utilisée en cosmétique pour ajuster le pH des produits. Son usage est strictement réglementé en Europe. En concentrations élevées, il est considéré comme étant un irritant important pour la peau.
Les concentrations maximales autorisées sont de 5 % dans les produits pour les ongles, 2 % dans les produits pour cheveux pour le grand public et 4,5 % pour les produits professionnels avec la mention "réservé aux professionnels". Les mentions "tenir hors de portée des enfants", "éviter tout contact avec les yeux", "danger de cécité" doivent obligatoirement apparaître.
Des études ont montré des effets neurotoxiques chez l'animal à très petites doses, des effets sur le métabolisme chez l'animal à très petites doses, des mutations cellulaires chez les mammifères, des irritations de la peau chez l'animal à très petites doses.



SODIUM HYDROXYMETHYLGLYCINATE :
Cette substance peut potentiellement être contaminée avec du formaldéhyde. Elle n'a pas fait l'objet d'études suffisantes.
L’Hydroxyméthylglycinate de sodium (ShMG) est un conservateur utilisé dans de nombreux produits disponibles dans le commerce, y compris les shampooings, revitalisants, savons, hydratants, vaporisateurs pour le corps, lingettes pour bébés, parfums d'ambiance, des agents de nettoyage, et les pesticides. Il est dans une classe de produits chimiques connus sous le nom de formaldéhyde. Notamment, les membres de cette classe ont été associés à la dermatite de contact allergique, probablement en raison des agents eux-mêmes, le formaldéhyde qu'ils libèrent, ou les deux. Les études sur ShMG chez l'animal ont démontré un potentiel pour la sensibilisation et la dermatite, et le formaldéhyde chez les patients allergiques ont été rapportés à améliorer lorsque des produits contenant ShMG sont évités.
Le formaldéhyde est un irritant des yeux, du nez et de la gorge. Il a été classé en 2005 par l'OMS comme étant un cancérogène certain pour l'homme du nasopharynx et des fosses nasales. Certaines études épidémiologiques sur les effets de l’exposition prolongée au formaldéhyde ont également mis en avant des effets allergiques et un impact sur l’appareil respiratoire.



SODIUM LACTATE : VOIR LACTIC ACID
Mêmes considérations.
L’irritation de la peau augmente lorsque le pH d'une concentration donnée a été abaissé. L’Acide glycolique à des concentrations allant jusqu'à 10 % n'est pas un acide lactique comédogène et aux mêmes concentrations il n'a pas causé de réactions urticariennes immédiates. L’acide glycolique a été jugé non irritant voire très peu irritant dans les tests oculaires, tandis que l'acide lactique a été jugé non irritant à modérément irritant.
La plupart de ces ingrédients peuvent être utilisés sans restriction dans les cosmétiques et produits de soins personnels commercialisés dans l'Union européenne. La directive cosmétique européenne autorise une concentration maximale de 2,5 % dans les produits cosmétiques. Les limitations suivantes doivent être respectées : pureté minimale de 99 %, moins de 0,5 % des amines secondaires (qui concerne les matières premières), les moins de 50 ppb nitrosamines, pas de nitrites.



SODIUM LAURETH SULFATE :
Ce produit chimique très bon marché est un très bon agent moussant, c'est pourquoi on le retrouve dans de très nombreux produits cosmétiques traditionnels (savons, dentifrices, shampooings, etc.). 
Ce produit est soupçonné d'être cancérogène, de favoriser le passage des dioxines dans le sang et d'augmenter le taux de nitrate dans le sang.
En contact avec les tissus oculaires, il pourrait dérégler le développement des yeux chez l'enfant.
C'est également un produit irritant pour la peau.
Lors de sa fabrication, il peut être "pollué" par de nombreux composés qui peuvent être cancérogènes.



SODIUM LAUROAMPHOACETATE :
Il s'agit d'un composé synthétique dérivé d'acides gras. Très peu d'études d'innocuité ont été menées sur cette substance.
Certaines études sur des humains ont montré des effets cutanés équivoques. Les amphoacétates sont des composés organiques utilisés dans de nombreuses applications industrielles et dans des formulations cosmétiques pour la peau, les cheveux et les muqueuses, comme agents tensioactifs doux moussants et pour des produits de nettoyage dans des concentrations allant de 0,1 % à 50 %. Malgré le fait qu'ils ont été en usage depuis de nombreuses années, les cas d'allergie de contact sont extrêmement rares. Quelques rares patients ont développé une réaction eczémateuse après l'utilisation de détergents contenant des amphoacétates. Les réactions eczémateuses combinées au lauroamphoacétate AEE et le sodium peuvent être consécutifs à la présence d’une substance ancienne impure dans les amphoacétates des produits, tel qu’il a pu être démontré.



SODIUM LAUROYL SARCOSINATE :
Cette substance est susceptible d'être contaminée par la Nitrosamine. La Nitrosamine est un puissant cancérigène reconnu pour l'homme. C'est également un perturbateur endocrinien reconnu et un toxique du système immunitaire
L'usage de cette substance est restreint par le Japon. Cette substance facilite la pénétration des autres ingrédients dans la peau.



SODIUM LAURYL SULFATE :
Le SLS est un tensioactif synthétique à ne pas confondre avec le laureth sulfate de sodium. Cette substance est un allergène potentiel, il est irritant pour la peau (dermatite) lorsqu'il est utilisé dans des shampooings ou des savons. Il est de moins en moins utilisé dans ceux-ci, mais reste présent dans de nombreux dentifrices. Par ailleurs, il est suspecté d'être un cancérigène lorsqu'il est associé à certains autres produits chimiques. Enfin, il peut entraîner des ulcères aphteux notamment lorsqu'il est présent dans des pâtes dentifrices.
Des études sur cette substance ont montré des mutations cellulaires chez les mammifères, des effets neurotoxiques chez l'animal à doses modérées, des effets irritants pour l'être humain, des irritations de la peau chez l'animal à très petites doses, des perturbations endocriniennes chez l'animal à hautes doses, des effets reprotoxiques chez l'animal à hautes doses.



SODIUM LAURYL SULFOACETATE :
L’usage de cette substance doit se conformer à un dosage précis. Le sodium lauryl sulfoacetate n'est qu'un irritant léger pour la peau et pour les yeux. Dans certaines formulations cosmétiques, cependant, la propriété irritante est atténuée. Les effets irritants sont semblables à ceux produits par d'autres substances tensioactives, et la gravité de l'irritation semble augmenter avec la concentration. Plus longtemps cet ingrédient reste en contact avec la peau, plus grande est la probabilité d'irritation, qui peut ou peut ne pas être évidente pour l'utilisateur. À l'inverse, sodium lauryl sulfoacétate semble être moins irritant lorsque le produit est utilisé sans grande fréquence et qu’il est suivi d'un rinçage complet de la peau. Le sodium lauryl sulfoacetate peut être utilisé dans les cosmétiques et produits de soins personnels vendus en Europe, selon les dispositions générales de la directive sur les cosmétiques de l'Union européenne.



SODIUM LAUROYL SARCOSINATE :
Cette substance est susceptible d'être contaminée par la Nitrosamine. La Nitrosamine est un puissant cancérigène reconnu pour l'homme. C'est également un perturbateur endocrinien reconnu et un toxique du système immunitaire
L'usage de cette substance est restreint par le Japon. Cette substance facilite la pénétration des autres ingrédients dans la peau.



SODIUM LINOLEATE :
Suspecté d’être une toxine environnementale.
Très peu d'études d'innocuité ont été menées sur cette substance.
Classé comme n’étant pas suspecté d’être toxique ou dangereux pour le système des organes non reproductifs.
Il n’est pas suspecté d’être bio cumulable.



SODIUM MAGNESIUM SILICATE :
Acide silicique, sel de lithium, de magnésium et de sodium.
Très peu d'études ont été menées sur cette substance.
Il est généralement non irritant pour la peau. Certaines études ont montré que l’ingrédient est irritant s’il est placé dans les yeux. Il n’est toutefois pas génotoxique.
Il a été estimé que la plupart des formulations contenant cet ingrédient minéral n’est pas inhalé et le dosage formulé à faible concentration ne présente dès lors pas de risques. L’attention est particulièrement attirée par les sprays où les formules doivent contenir des % minimes. Il peut donc être utilisé dans les formulations cosmétiques et pour les soins personnels.



SODIUM METABISULFITE :
Le sodium metabisulfite est un sel inorganique utilisé comme conservateur. Connu comme étant toxique pour le système immunitaire et respiratoire de l’être humain. Il est classé comme étant toxique ou nocif dans les produits utilisés autour de la bouche et sur les lèvres. Il est considéré comme étant irritant pour la peau, les yeux et les poumons. La substance peut parfois provoquer une dermatite de contact allergique.



SODIUM METHYL COCOYL TAURATE :
Acide 2-(méthylamino)éthanesulfonique, dérivés N-acyles de coco, sels de sodium.
Quelques études l’auraient classé comme une toxine synthétique. Il est répertorié comme un irritant cutané et oculaire.



SODIUM METHYLPARABEN :
L'usage de cette substance, aussi nommée E219, est réglementé par l'Union européenne. Sa concentration maximale doit être de 0,4 % pour un ester et de 0,8 % pour un mélange d'esters.
Cette substance est un allergène reconnu de la famille des parabens. On la retrouve également dans des produits pharmaceutiques comme des solutions buvables sous le nom de Parahydroxybenzoate de Méthyle Sodique. Cette substance est un toxique reconnu pour l'être humain et un toxique avéré pour la peau humaine.
Les parabènes sont principalement soupçonnés d'être des déclencheurs d'allergies et de cancérogénicité. Il a été démontré qu'ils peuvent déplacer les inhibiteurs des cellules cancéreuses et donc d'augmenter leur prolifération. Les parabènes sont également des allergènes (réactions cutanées) ayant un pouvoir allergisant modéré. Ils ont également des propriétés ostrogéniques favorisant la prolifération de cellules cancéreuses hormono-sensibles.
Des études animales sur cette substance ont montré des perturbations endocriniennes, des effets neurotoxiques à doses modérées, des interférences dans l'expression des gènes.
Cette substance est considérée comme dangereuse pour l'homme.



SODIUM PALMITATE :
Cette substance est un sel de sodium de l'acide gras de l'acide palmitique.
Des études sur les animaux ont montré des modifications cellulaires chez les mammifères.



SODIUM SACCHARIN :
Cette substance, aussi appelée E954 est un édulcorant synthétique ayant un pouvoir sucrant 300 fois supérieur à celui du saccharose. Cette substance est utilisée dans les médicaments comme les sirops pour remplacer le sucre. On retrouve notamment cette substance dans les dentifrices.
Des études animales sur cette substance ont montré des effets neurotoxiques à très petites doses, des mutations cellulaires lors de tests in vitro sur des mammifères, des perturbations endocriniennes à hautes doses, des effets reprotoxiques à hautes doses.



SODIUM SILICATE :
Toxique reconnu pour la peau humaine, les yeux et les poumons.
Suspecté d’être toxique pour l’organisme (non reproductif)
Classé comme non dangereux en cosmétique dans le respect de doses prescrites.



SODIUM STANNATE :
Selon certaines informations, il pourrait provoquer des irritations de la peau avec rougeur et une irritation des yeux.



SODIUM STEARATE :
Toxique pour la peau humaine = forte évidence.



SORBIC ACID :
Ne pas confondre avec l'acide ascorbique (vitamine C).
L'Union Européenne restreint la concentration de ce produit à 0,6 %.
Des études ont montré des effets toxiques pour la peau humaine, des mutations cellulaires chez les mammifères, des irritations de la peau chez l'animal à très petites doses.
Cette substance est considérée comme sans danger dans les cosmétiques lorsqu'elle respecte les concentrations minimales. Elle est également autorisée dans les produits bio (autorisée par la norme BDIH principalement).



SORBITAN ISOSTEARATE
Les esters de sorbitan seraient relativement non toxiques par ingestion. L'isostéarate de sorbitan appliqué sur la peau serait un irritant modéré. Les esters de sorbitan n’agissent pas comme des agents sensibilisants. Le composant d'acide gras, testé seul cause généralement une irritation de faible ampleur ; il ne serait pas photo sensibilisant. Les esters de sorbitan ne sont pas des irritants oculaires. Ils ne sont pas mutagènes.
Les esters de sorbitan peuvent être utilisés dans les cosmétiques et produits de soins personnels vendus en Europe selon les dispositions prévues sur les cosmétiques par l'Union européenne. Les ingrédients d'origine animale doivent être conformes aux règlements de l’Union européenne.



SORBITOL :
Il est présent dans de nombreux aliments et cosmétiques, notamment dans les chewing-gums et dans tous les produits pour la bouche (bain de bouches, dentifrices, etc.) du fait qu'il apporte une sensation d'haleine fraîche. De plus, son faible apport calorique et sa qualité de sucre en font un ingrédient apprécié des industriels produisant des produits diététiques.
De fortes doses de sorbitol peuvent entraîner des diarrhées, des maux de ventre et dans certains cas des rétinopathies par accumulation de sorbitol dans les cellules du cristallin, voire des neuropathies. Il est établi que chez certains sujets des problèmes gastro-intestinaux (flatulences, diarrhées, etc.) peuvent apparaître à partir de 10 g de sorbitol quotidien. Certains bonbons en contenant plusieurs grammes, la dose limite peut être rapidement atteinte.
Le sorbitol est déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes



SQUALANE :
Le squalane peut être extrait de l'huile de foie de requin ou de l'huile d'olive ou de l'huile de germe de blé.
Des études animales ont montré que le squalane peut être irritant à faible dose.



STEARALKONIUM HECTORITE :
Description chimique : Benzèneméthanaminium, N,N-diméthyl N-octadécyl-, chlorure, produits de réaction avec l'hectorite/composés d'ammonium quaternaire, benzyl(alkyl de suif hydrogéné) diméthyles, chlorures, composés avec l'hectorite
suspecté d’être une toxine environnementale. Potentiellement bio cumulable, car la substance s'accumule dans la chaîne alimentaire de la faune, et également dans l’être humain – reste dans les tissus du corps pendant des années ou des décennies après l'exposition.
Beaucoup de lacunes dans les données. Des études doivent encore être menées.



STEARAMIDOPROPYL DIMETHYLAMINE :
Synonymes : Diethylaminoethyl stearamide, N-(2-(Diethylamino)ethyl)stearamide, Octadecanamide, N-(2-(diethylamino)ethyl)-, Stearamidoethyl diethylamine
Il serait suspecté d’être une toxine pour l’environnement.
Ce tensioactif synthétique est un dérivé aminé de l'acide stéarique, qui devient ammonium quaternaire en milieu acide. Selon une source, il pourrait causer une irritation des yeux et des dermatites.
Selon d’autres études, la diéthylamine serait une substance dangereuse et toxique si elle est inhalée ou si le contact direct est fait avec n'importe quelle partie du corps. Les auteurs recommandent que le niveau de concentration maximale admissible devrait être de 0,01 à 0,05 mg / l. (Russe)



STEARETH-2 :
Synonyms : Peg-2 stearyl ether; Polyethylene glycol (2) stearyl ether
Cette substance est un composé éthoxylé qui n’est pas sûr pour une utilisation sur une peau lésée ou endommagée.
Steareth-2 à des concentrations allant jusqu'à 60 % dans l'eau est un irritant léger pour les yeux. Il n’est ni mutagène, ni promoteur de tumeurs. Steareth-2 dans l'eau n’est ni un irritant primaire ni sensibilisant à la peau humaine.
De petites quantités de 1,4-dioxane, un sous-produit d'éthoxylation, peuvent être trouvées dans les ingrédients Steareth. Ce matériau est bien connu, car il peut augmenter la fréquence du cancer de l'utérus, du sein, la leucémie et le cancer du cerveau.



STEARETH-21 :
Steareth-21 est une substance synthétique composée de polyéthylène glycol polymère et de stearyl alcohol.
Synonym(s): PEG-21 STEARYL ETHER; POLYETHYLENE GLYCOL (21) STEARYL ETHER; POLYOXYETHYLENE (21) STEARYL ETHER
Limité dans les cosmétiques par des restrictions d'utilisation, de concentration, de fabrication – La substance n’est pas sûre pour une utilisation sur une peau lésée ou endommagée.
Elle pourrait être toxique pour les organes des sens. Elle est en outre suspectée d’être une toxine pour l’environnement.
De petites quantités de 1,4-dioxane, un sous-produit d'éthoxylation, peuvent être trouvées dans les ingrédients Steareth. Ce matériau est bien connu, car il peut augmenter la fréquence du cancer de l'utérus, du sein, la leucémie et le cancer du cerveau.  



STEARIC ACID :
L'acide stéarique est un acide gras obtenu à partir de graisses animales, notamment de bœufs, de vaches, de moutons ou encore de chiens et chats euthanasiés dans les refuges pour animaux ; mais aussi d’une substance grasse prise de l'estomac de porcs.
Toutefois, l'acide stéarique peut être trouvé dans de nombreuses matières grasses végétales comme la noix de coco.
L'acide stéarique peut être dur et irritant et pourtant elle est utilisée en cosmétique et autres produits tels : savons, lubrifiants, bougies, fixatifs, revitalisants, déodorants, crèmes, gomme à mâcher, aromatisants alimentaires.
Des études ont montré des effets neurotoxiques chez l'animal à très petites doses, des effets sur le système respiratoire chez l'animal à très petites doses (notamment dans les produits aérosol), des perturbations endocriniennes chez l'animal à hautes doses, des irritations de la peau chez l'animal à hautes doses, des mutations cellulaires chez les mammifères.
L'acide stéarique est suspecté d’être une toxine environnementale.
Pourtant des études ont démontré que cet acide gras ne serait pas irritant pour les yeux. Les acides lauriques, stéariques et oléiques ne seraient pas cancérigènes. Dans certaines études, des concentrations élevées d’acides oléiques, myristique et stéariques ne se seraient pas présentées comme étant irritantes pour l’homme. Les formulations de produits cosmétiques contenant les acides oléiques, lauriques, palmitiques et stéariques à des concentrations allant jusqu'à 13 % ne se seraient pas montrées comme étant des irritants primaires, cumulatifs ou sensibilisants.
Cette substance est généralement considérée comme sans danger dans les cosmétiques.
Dérivés de l’acide stéarique : stéaramide, stéaramine, stéarates, stéarique hydrazide, stéarone, stéaroxytriméthylsilane, Stearoyl acide lactylique, bétaïne stéarylique, stéarylique imidazoline.



STYRAX BENZOIN GUM :
Styrax Benzoin Gum est une résine balsamique tirée de Styrax benzoin, Styracacées. Elle peut contenir des acides résiniques et leurs esters, des terpènes, ainsi que des produits résultants de l'oxydation ou de la polymérisation de ces terpènes.
Elle provoquerait des allergies de contact.


SUCROSE ACETATE ISOBUTYRATE :
Substance synthétique (E444) dérivée de la canne à sucre. Cette substance est généralement considérée comme sans danger dans les cosmétiques.
Des études ont montré des effets neurotoxiques chez l'animal à hautes doses, des irritations de la peau chez l'animal à hautes doses



SYNTHETIC BEESWAX :
Cire d'abeille artificielle. Produit complexe issu de la réaction d'acides mélangés et d'alcools mélangés, et constituant par sa composition un substitut de la cire d'abeille naturelle. Se compose principalement d'esters alkyles en C18-30 d'acides gras en C16-32, d'acides gras en C16-32 et d'alcanes en C22-34.
La cire synthétique est un mélange de polymères de faible poids moléculaire de l'éthylène. La cire d'abeille synthétique est un mélange d'esters gras, d’acides gras, d’alcools gras, et d'hydrocarbures à haute masse moléculaire. Les propriétés de la cire d'abeille synthétique ressemblent à celles de la cire d'abeille.
Certaines études auraient démontré une faible possibilité d’irritation cutanée ainsi que des irritations modérées des yeux.



TALC :
CI 77718
Des études ont montré, chez l'animal, des possibilités d'irritation de la peau à doses modérées, mais aussi des irritations des yeux et des voies respiratoires.
À noter que le talc utilisé en cosmétique doit être non amiantiforme. Le talc peut être contaminé par des fibres d'amiante, ce qui pose des risques de toxicité respiratoire.
Il peut contenir en faible proportion du silicate d’aluminium, mais aussi du fer du nickel, du calcium ou du sodium.
(voir aussi : http://smart2000.pagesperso-orange.fr/talc.htm)



TEA-LAURYL SULFATE :
Ou TRIETHANOLAMINE LAURYL SULFATE
Des études ont montré qu'à des concentrations élevées, la TEA-lauryl sulfate est un irritant notable de la peau et des yeux. Il a toutefois été déterminé sûr pour une utilisation dans les cosmétiques, sous réserve de limitations de concentration.
Le TEA-lauryl sulfate n'est pas spécifiquement réglementé dans l'Union européenne. Le niveau de triéthanolamine dans les produits cosmétiques commercialisés dans l'Union européenne est limité à 2,5 %. Les produits cosmétiques et de soins personnels contenant du thé Laurylsulfate peuvent être commercialisés en Europe aussi longtemps que les restrictions concernant l'utilisation de triéthanolamine sont suivies. Cette substance est un allergène modéré.
Par ailleurs, si la triéthanolamine est mise en présence d'agents nitrosants (acide nitreux, oxydes d'azote, nitrites...) elle peut alors former des nitrosamines qui sont considérées comme des substances cancérigènes reconnues pour l'homme.
Des études sur cette substance ont montré que la triéthanolamine a des effets toxiques pour le système immunitaire humain, des effets toxiques pour la peau humaine, des effets toxiques pour le système respiratoire humain, des effets toxiques pour les reins et le foie sur les animaux à hautes doses, des perturbations endocriniennes chez les animaux à hautes doses, des irritations de la peau chez l'animal à doses modérées. Cette substance est considérée comme un cancérigène possible.



TERPINEOL :
Cette substance odorante est notamment présente dans les huiles essentielles de Cajeput, pin et petitgrain, entre autres.
Des études animales sur cette substance ont montré des mutations cellulaires lors de tests in vitro, des irritations de la peau à faibles doses.



TETRASODIUM EDTA :
Origine : Synthétique
Des études sur cette substance ont montré des effets toxiques sur les organes, dont les reins chez l'animal à faibles doses, des irritations de la peau chez l'animal à faibles doses. Cette substance favorise la pénétration des autres substances dans la peau.



TETRASODIUM ETIDRONATE
L'usage de cette substance est réglementé par l'Union européenne. La concentration maximale autorisée est de 1,5 % dans les produits capillaires et de 0,2 % dans les savons.
Origine : Synthétique
Des études animales sur cette substance ont montré des effets toxiques sur les reins.



TETRASODIUM EDTA :
Des études sur cette substance ont montré des effets toxiques sur les organes, dont les reins, chez l'animal à faibles doses, des irritations de la peau chez l'animal à faibles doses. Cette substance favorise la pénétration des autres substances dans la peau.



TETRASODIUM ETIDRONATE :
L'usage de cette substance est réglementé par l'Union européenne. La concentration maximale autorisée est de 1,5 % dans les produits capillaires et de 0,2 % dans les savons.
Des études animales sur cette substance ont montré des effets toxiques sur les reins.



TETRASODIUM PYROPHOSPHATE :
Peu de réactions sur la peau et les yeux au contact du produit.



TIN OXIDE : VOIR CI 77861




TITANIUM DIOXIDE : VOIR : CI 77891



TOCOPHERYL ACETATE :
Est un composé chimique qui se compose de l'acide acétique et du tocophérol (vitamine E). 
Des preuves solides démontrent qu’il est toxique pour la peau humaine
Cancer : une ou plusieurs études effectuées sur des animaux démontrent la formation de tumeurs à des doses élevées de la substance.
Soupçonnée d'être une toxine environnementale et être persistant ou bio cumulable
Beaucoup de carences d'évaluation des risques pour les cosmétiques. La concentration des produits doit être très limitée. 



TRIBEHENIN :
Également connu sous le nom de glyceryl tribehenate, un agent de conditionnement de la peau qui est un mélange de glycérine et l'acide béhénique.
Cette substance favorise la pénétration des autres ingrédients dans la peau. Peu d'études ont été menées sur cette substance.



TRICLOSAN :
Cette substance est un composé chloré. Elle est présente notamment depuis 1970 dans des déodorants, des produits d'hygiène buccale et des savons et poudre pour bébé !
L'Union Européenne restreint l'usage de cette substance. La concentration maximale admise est de 0,3 %. Le Canada restreint également l'usage de cette substance à 0,03 % dans les produits d'hygiène buccale et à 0,3 % dans les autres produits cosmétiques. Par ailleurs, la législation Canadienne impose de nombreuses autres restrictions à son usage, dont entre autres, l'interdiction de son utilisation par des enfants de moins de 12 ans et la mise en garde de ne pas avaler le produit. Le Japon restreint également l'usage de cette substance.
Le Triclosan est sur la liste REACH des substances à remplacer de toute urgence. Le Triclosan se retrouve dans de nombreux dentifrices non bios sous la forme de Trilitol qui est un mélange de Triclosan et de Xilitol.
Cette substance est susceptible d'être contaminée par d'autres substances comme le chloroforme ou la dioxine. Par ailleurs, de nombreuses autres substances peuvent être à leur tour contaminées par le Triclosan et donc par voie de conséquence par la dioxine et le chloroforme.
Cette substance est toxique pour l'environnement et dans la faune où elle persiste et s'accumule. C'est un perturbateur endocrinien reconnu pour l'homme à faibles doses. Il est également irritant pour l'homme. Il est par ailleurs soupçonné de favoriser la résistance des bactéries aux antibiotiques. Il peut être photo sensibilisant et il est totalement déconseillé d'utiliser des produits pour le visage en contenant.
Des études animales ont également montré des effets reprotoxiques à hautes doses, des mutations cellulaires chez les animaux lors de tests in vitro.



TRIDECANE :
On se réfère à la toxicité du tétradécane: possibilité d'irritation de la peau et des yeux. Aspiration pulmonaire : possibilité de pneumonite chimique et d'oedème pulmonaire. Possibilité de dermatose.



TRIDECETH-2 CARBOXAMIDE MEA : Un ingrédient de synthèse commun dans la couleur des cheveux et produits de blanchiment a été associé à des allergies.



TRIDECETH-12 :
Cette substance est un composé éthoxylé.
Des études animales ont montré des effets toxiques sur le foie à hautes doses, des irritations de la peau à doses modérées



TRIDECYL TRIMELLITATE :
Trimellitate de tridécyle est un triester de tridécyle alcool et d'acide trimellitique.
Il est classé comme susceptible d'être toxique ou nocif pour le système organique non reproductif.
Il est aussi soupçonné d'être persistant ou bio cumulable et constituer une toxine environnementale.
Toutefois, cet ingrédient serait considéré comme un faible risque pour les cosmétiques. Il faut noter de grandes lacunes dans les données de la recherche et un manque d'informations disponibles.



TRIETHANOLAMINE :
Cette substance est un allergène modéré. L'Union Européenne règlemente son usage et sa manipulation lors des phases de production. La concentration maximum ne doit pas dépasser 2,5 %. Par ailleurs, si cette substance est mise en présence d'agents nitrosants (acide nitreux, oxydes d'azote, nitrites...) elle peut alors former des nitrosamines qui sont considérées comme cancérigènes reconnus pour l'homme.
Des études sur cette substance ont montré des effets toxiques pour le système immunitaire humain, des effets toxiques pour la peau humaine, des effets toxiques pour le système respiratoire humain, des effets toxiques pour les reins et le foie sur les animaux à hautes doses, des perturbations endocriniennes chez les animaux à hautes doses, des irritations de la peau chez l'animal à doses modérées
Cette substance est considérée comme cancérigène possible.



TRIHEPTANOIN :
Cette substance favorise la pénétration des autres ingrédients dans la peau.
Des études animales ont montré des effets neurotoxiques à doses modérées, des effets toxiques sur les reins à doses modérées, des effets toxiques sur le système respiratoire à doses modérées lorsqu'elle est utilisée dans des produits aérosol.



TRIETHYL CITRATE
Cette substance est aussi appelée E1505.
Des études sur cette substance ont montré des effets toxiques sur le métabolisme des animaux à hautes doses. Par ailleurs, des effets toxiques sur le système respiratoire des animaux ont été démontrés, à hautes doses, lorsque cette substance est utilisée dans des produits aérosol.



TRIETHYLHEXANOIN :
Des études ont prouvé que le Trioléine n'a pas été ou peu absorbé par la peau  ou l’application cutanée n'a pas été associée à une irritation importante. En ce qui concerne les expositions oculaires, il a été relevé de légères irritations aux yeux. Aucune preuve de sensibilisation ou de photosensibilisation n’a été observée. Ces composés ne sont pas génotoxiques dans un certain nombre d'études in vitro et dans les systèmes d'essai in vitro.



PENTASODIUM TRIPHOSPHATE :
Synonymes : SODIUM TRIPOLYPHOSPHATE - TRIPHOSPHORIC ACID, - PENTASODIUM SALT…
Le pentasodium Triphosphate est un sel inorganique.
Il a été constaté qu’il provoquait des irritations au niveau de la peau et au niveau des yeux en cas de contact.



TROPOLONE :
La substance peut être nocive par inhalation, ingestion ou absorption par la peau ; elle peut causer une irritation des yeux et de la peau.
Les propriétés toxicologiques n'auraient pas été étudiées à fond.



TYROSINE :
Cette substance est un acide aminé.
Des études animales ont montré des mutations cellulaires chez les mammifères lors de tests in vitro, des effets reprotoxiques à doses modérées, des effets toxiques sur le foie, le sang ou les reins à hautes doses, des perturbations endocriniennes à hautes doses, des effets neurotoxiques à hautes doses, des irritations de la peau à très petites doses.



UNDECANE :
Irritation de la peau et possibilité d'irritation des yeux. Note: ce produit peut causer une pneumonite chimique s'il est aspiré dans les poumons.
Possibilité de dermatose. Effet cancérogène chez l'animal.



UREA :
L'urée utilisée en cosmétique est généralement d'origine synthétique. L'usage de l'urée est restreint au Canada. L'urée favorise la pénétration des autres produits dans la peau.
Des études ont montré des mutations cellulaires chez les mammifères, des effets neurotoxiques chez les animaux à doses modérées, des effets sur le système respiratoire chez l'animal concernant les produits aérosols, des effets reprotoxiques chez l'animal à hautes doses, des irritations de la peau chez l'animal à faibles doses



USNIC ACID :
Effets aigus potentiels : légèrement dangereux en cas de contact cutané (irritant), de contact avec les yeux (irritant), d'ingestion, d'inhalation.
Toxicité pour le système de reproduction : possible. Une exposition répétée ou prolongée ne devrait pas aggraver l'état de santé.



VINEGAR :
Classé comme étant susceptible d’être toxique et nocif
Non évalué pour la sécurité en cosmétique.



XYLITOL ou E967 :
Est un édulcorant naturel qui peut être extrait du bouleau. Son pouvoir sucrant est semblable à celui du saccharose, mais son apport énergétique est réduit de 40 à 50 %.
Des études animales sur cette substance ont montré des effets neurotoxiques à hautes doses, des effets toxiques sur le foie et le système gastro-intestinal à hautes doses.



YEAST POLYSACCHARIDES :
Peu d’études ont été effectuées.



ZINC CITRATE :
Il résulte d’études effectuées des preuves limitées de la toxicité de l’ingrédient sur le système immunitaire et des preuves limitées de la toxicité quand la substance est utilisée sous forme d’aérosol.
Le zinc citrate est persistant et bio cumulable dans la faune sauvage.



ZINC GLUCONATE :
Il a été mis en évidence qu’il pouvait être toxique pour le système immunitaire et toxique pour les organes non reproductifs. 



ZINC OXIDE :
L'oxyde de zinc est généralement considéré comme sans danger dans les cosmétiques, cependant en fonction de son usage, cette substance présenterait des risques plus élevés, notamment quand elle est utilisée dans des aérosols.
En effet, des études sur les animaux ont montré une toxicité pour le système immunitaire, des effets reprotoxiques, des mutations cellulaires chez les mammifères, des effets neurotoxiques à hautes doses, des effets irritants à doses modérées.
Par ailleurs, le bilan écologique de cette substance est mauvais. En effet, l'oxyde de zinc n'est pas soluble dans l'eau, mais uniquement dans de l'acide. À ce titre, il s'accumule donc dans le milieu naturel ou il est toxique pour la faune et l'environnement.
Enfin, l'oxyde de zinc utilisé dans les crèmes solaires peut être contaminé par des nanoparticules qui, si elles ne semblent pas pénétrer dans la peau, sont toxiques par inhalation et dangereuses pour l'environnement.



ZINC PCA :
De faibles preuves ont été constatées quant à la toxicité du système immunitaire.
Le zinc PCA est toutefois persistant et bio cumulable dans la faune sauvage.



ZINC RICINOLEATE :
Cette substance est susceptible d'avoir des effets toxiques lorsqu'elle est utilisée dans des produits aérosol. Elle est également très probablement immunotoxique.
Par ailleurs, cette substance s'accumule et persiste dans la faune et dans l'environnement. Il est toutefois autorisé dans les cosmétiques.



ZINC STEARATE :
Cette substance est un colorant de couleur blanche.
Des études sur cette substance ont montré des effets toxiques possibles pour le système immunitaire humain. Des effets toxiques possibles sur le sang et le système respiratoire humain ont été également mis en évidence lorsqu'elle est utilisée dans des produits aérosol.
Par ailleurs, cette substance s'accumule et persiste dans l'environnement et dans la faune.
Cette substance est autorisée comme colorant dans les cosmétiques par l'Union européenne.



Sources

La classification des ingrédients en « noir gras », « orange » ou « rouge » dans la liste qui précède a pu être faite grâce aux précieuses données recueillies dans un ou plusieurs sites ou livres suivants. Les critères les plus sévères ont été retenus pour dresser ce relevé.

Les sites de Rita Stiens, de Kelbio ou encore de l’EWG’s Skin Deep Cosmetics Data base parmi d’autres (voir les références ci-après) vous permettront d’analyser les divers ingrédients qui composent votre produit — avec des approches, des appréciations et des critères distincts, mais tout aussi valables. Toutes les solutions sont bonnes à prendre étant donné que le consommateur n’est pas spécialement un spécialiste en chimie cosmétique.


 1) La vérité sur les cosmétiques de Rita Stiens – outre les précieuses informations apportées aux consommateurs, ce site permet d’établir le profil des produits cosmétiques.

2) L’intéressant site de l’équipe Kelbio permet à la rubrique KEL Inci de rechercher des informations au sujet d’ingrédients présents dans les cosmétiques biologiques, naturels ou traditionnels. 

3) L’EWG’s Skin Deep Cosmetics Data base a été élaborée grâce à une équipe de scientifiques américains ayant pour mission la protection de la santé humaine et de l’environnement. Ce site apporte une multitude d’informations au sujet de substances recherchées.

4) L’U.S. Department of Health & Human services - Le ministère de la Santé et des Services humanitaires (HHS), soit le principal organisme du gouvernement des États-Unis pour la protection de la santé a fourni au public une liste très complète des substances utilisées entre autres dans les cosmétiques ; celle-ci est consultable sur leur site.

5) Le Cosmetics info met à disposition le fruit de ses recherches dans son Cosmetic Ingredient Review (CIR) (www.cir-safety.org). Cet organisme indépendant évalue l'innocuité des ingrédients utilisés en cosmétique aux États-Unis avec le soutien des US Food & Drug Administration (FDA) et la Consumer Federation of America.

6) L’équipe de Truth In Aging donne des renseignements intéressants sur les ingrédients des cosmétiques et produits de soin.

7) The good Scents company apporte des indications appréciables sur les substances des cosmétiques.

8) Le site de Yipeng Chemicals – Chemical Trading Platform fournit des données utiles sur les substances.

9) Le site du Health Discussions Org apporte une précieuse aide dans les recherches sur les ingrédients.

10) NvWah – Le Guide des ingrédients établi par une équipe de chimistes et de biochimistes qui ont enquêté sur des produits cosmétiques et leurs ingrédients est intéressant à consulter.

11) le site de Paula’s choise Products créé par Paula Begoun donne une liste alphabétique d’ingrédients cosmétiques avec quelques données utiles.

12) Le site de la CSST ou Commission de la santé et de la sécurité du travail québécois permet d’avoir quelques éléments dignes d’intérêt sur certaines substances.

13) Le livre de Michael et Irène Ash « Handbook of Green Chemicals » Deuxième édition apporte quelques éclairages précis.

14) Le site d’informations « Parlons cosmétiques » développé par la FEBEA - Fédération des Entreprises de la Beauté (Syndicat professionnel) met à disposition un guide des ingrédients.

15) Le site du Consumer Product Information Database (cpid) permet de rechercher des indications concrètes sur des ingrédients.

16) Une liste des substances chimiques nouvelles et polymères sur le site « Environnement Canada » peut constituer une aide précieuse dans les recherches.

17) Le site du « Chimical books » contient des informations fiables au sujet de substances.













Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.